Zoom sur ...

Portail VAE

 
Coronavirus-COVID-19 : Mise à disposition des organismes de formation et des CFA d`outils et de contenus pédagogiques à distance permettant de garantir la continuité de leur activité de formation
  

Alors que l’accueil en formation par les CFA et les organismes de formation est suspendu jusqu’à nouvel ordre, le Ministère du travail a recensé des outils et des ressources pédagogiques à distance permettant d’assurer la continuité pédagogique avec les stagiaires et les apprentis.

L’objectif est de permettre aux CFA et aux organismes de formation de maintenir le lien, au quotidien, avec les personnes déjà engagées dans un parcours de formation ou d’apprentissage, d’éviter ainsi les ruptures de parcours et de faciliter les échanges à distance entre les formateurs et les stagiaires ou apprentis, à travers différentes modalités : accès à des ressources pédagogiques en ligne, individualisation et coaching quotidien par sms ou par téléphone, programmation en audioconférence ou visioconférence de temps d’échanges, etc.

Pour ce faire, plusieurs acteurs (AFPA, CNED, Educagri, Kokoroe, Nathan, Openclassroom, Pix …) se sont portés volontaires pour mettre à disposition gratuitement :
- 1. Des solutions techniques permettant de diffuser des contenus et des activités, d’animer des formations et d’assurer le lien pédagogique à distance ;
- 2. Des ressources pédagogiques accessibles aux organismes de formation ;
- 3. Des ressources pédagogiques accessibles aux CFA.

Ces ressources, accessibles gratuitement, pour une durée pouvant aller jusqu’à trois mois, sont recensées sur le site du Ministère du travail.

Pour enrichir cette 1e offre de contenus de formation au service de la continuité pédagogique, le Ministère du travail lance un appel à contributions aux éditeurs de contenu, aux organismes de formation, au CFA , etc.

Appel à contributions : Vous êtes un organisme de formation ou un éditeur de contenus pédagogiques et vous souhaitez vous aussi rendre disponibles gracieusement des contenus de formation, proposez vos contenus en vous connectant à ce formulaire.

Source : travail-emploi.gouv.fr

Covid-19 - mesures relatives à la rémunération des stagiaires face à la pandémie COVID 19
  

Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d`Azur, Président de Régions de France?: «?Quelles que soient les circonstances nous maintenons la rémunération des 4000 stagiaires de la formation professionnelle et des 220 organismes de formations »

Nous traversons à l’échelle de notre pays et de notre Région, une situation inédite.
Le contexte de pandémie COVID 19 impact directement notre quotidien et en particulier le suivi de votre formation et de votre remunération. Une remunération qui vous est attribuée par la Région Provence Alpes Côte d’Azur.
Ainsi, j’ai décidé de prendre des mesures exceptionnelles et de maintenir votre remuneration. Cette mesure qui me semble être celle du bon sens et de la solidarité vous permettra, je l’espère apprehender plus sereinement la période difficile que nous traversons et de vous projeter dans la construction de votre avenir professionnel.

Voici les différentes mesures mises en place :

1. Votre organisme de formation maintient la session de formation. Celle-ci se déroulera à distance uniquement :

a. Vous êtes en capacité de suivre votre formation :
Vous serez alors tenus au respect des conditions de formation. Dans ce cas, votre rémunération ne sera pas impactée, l’organisme vous déclarera comme participant à la formation.

b. Vous n’êtes pas en capacité de suivre votre formation :
Deux cas de figure :
- Vous êtes parent d’un enfant de moins de seize ans dont les établissements scolaires sont fermés et devez garder vos enfants. Le Gouvernement a annoncé qu’un arrêt de travail était prévu pour les parents concernés. Conformément au Code du Travail régissant la rémunération des stagiaires, la rémunération habituelle est suspendue. Le versement d’indemnités journalières par les caisses d’assurances maladies sera complété par la Région pour garantir le maintien du montant de rémunération versé.
Vous trouverez ci-dessous, le détail de cette mesure et la procédure pour le dépôt de ces arrêts par votre centre de formation : https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/indemnites-journalieres-maladie-pour-isolement-04-03-2020
- Vous êtes confiné à votre domicile pour maladie avec un arrêt de travail. Le versement d’indemnités journalières par les caisses d’assurances maladies sera complété par la Région pour garantir le maintien de la rémunération.

2. Votre organisme de formation ne maintient pas la session formation :
Dans le cas de la suspension du parcours que vous avez débuté, la Région a décidé de vous accorder le maintien de votre rémunération selon les modalités habituelles jusqu`à la date de fin de votre formation.

Dans cette période inédite, sachez que la Région est à vos côtés et que les équipes sont mobilisées pour mettre en oeuvre les dispositions les plus adaptées aux circonstances.
La Région a également réaffirmé son soutien à l’ensemble des organismes de formation qui dispensent sur l’ensemble de notre territoire des formations innovantes et de qualité, pour nous permettre de gagner ensemble la bataille de l’emploi.

Nous entrons dans une phase inédite de notre histoire, à l’échelle de notre Région et du monde !
Nous devons être collectivement, individuellement et immédiatement déterminés à poursuivre autant que possible nos actions en faveur du public, sans jamais céder un pouce à notre rigueur dans l’application stricte des règles de confinement. Je sais pouvoir compter sur votre participation dans cette épreuve qui nous attend, et vous en remercie très chaleureusement.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.
Renaud MUSELIER

Source : pandemie-de-covid-19-dispositif-exceptionnel-pour-les-organismes-de-formation

Opco Uniformation - Financer votre plan de développement des compétences
  

Chaque année, le conseil d’administration d‘Uniformation fixe des critères d’accès aux fonds de la formation, quand ceux-ci proviennent de la contribution à la formation professionnelle et à l’apprentissage, la partie que nous appellerons « légale » (0,55% pour les structures de moins de 11 salariés et 1% pour les structures de 11 salariés et plus). Les branches professionnelles font de même pour les contributions fixées par leurs soins : celle dites conventionnelles.

Zoom sur les fonds issus de la contribution légale
Suite à la réforme de 2018 Pour la liberté de choisir son avenir professionnel, la contribution des entreprises à la formation professionnelle et à l’apprentissage finance plusieurs dispositifs de formation :
- L’alternance et les centres de formation des apprentis (CFA)
- Le compte personnel de formation
- Le conseil en évolution professionnelle
- Les projets de transition professionnelle
- La formation des demandeurs d’emploi
- Le plan de développement des compétences des entreprises de moins de 50 salariés

Une belle part est dédiée à l’alternance, ce qui mécaniquement fait baisser le disponible pour le financement du plan de développement des compétences.

Le conseil d’administration d’Uniformation a donc modifié ses critères 2020 : une seule demande de financement par an à hauteur de 1500 euros. Les frais annexes ne sont pris en charge que pour les structures de moins de 11 salariés. Pour en savoir plus

La même loi réserve l’accès à ces fonds aux entreprises et structures de moins de 50 salariés, bien que toutes les entreprises y contribuent.

Comprendre comment accéder aux fonds issus des contributions conventionnelles

Chaque année, votre branche professionnelle fixe un cadre : budget à la main des entreprises, parfois en fonction de la taille de structures, demande d’aides financières, offre de formation clés en main, projet collectif, prenez connaissance de ce qui est possible en consultant notre page dédiée, sans omettre d’utiliser les filtres en haut de page pour choisir votre branche professionnelle et la taille de votre structure.

Si les partenaires sociaux de la branche professionnelle dont relève votre entreprise n’ont pas instauré de financement conventionnel dédié, le financement de vos projets de formation relève des fonds légaux et de ce que vous investissez sur vos fonds propres pour le développement des compétences de vos salariés.

Source : uniformation.fr

Coronavirus - Opco Atlas : Continuité de service et conseils pratiques
  

Face à la crise sanitaire que nous traversons, nous tenions à vous assurer que nous restons mobilisés pour vous apporter le meilleur service possible. La majorité de nos équipes travaille à distance en application des consignes gouvernementales. Cette organisation n`a pas d`incidence sur la disponibilité et la réactivité de vos conseillers et conseillères formation.

Conscients des répercussions économiques de cette crise sur votre activité, nous mettons tout en œuvre pour que vos factures soient traitées dans les meilleurs délais.

Pour faciliter vos démarches et faire face à la conjoncture, nous vous invitons à suivre ces quelques conseils :

Facturation

- Utilisez systématiquement vos services en ligne pour nous transmettre vos documents.
- Communiquez-nous vos factures dès la fin de vos formations.
- Pour les formations longues, accélérez votre échéancier de facturation.

Formation ouverte et/ou à distance (FOAD)

- Si vous souhaitez poursuivre à distance des formations que vous dispensiez ou suiviez en présentiel, nos accords de prise en charge seront maintenus sous réserve que la formation respecte les obligations liées à la mise en œuvre d’une FOAD. Nous n’exigerons pas d’avenant à la convention de formation.
- Si vous êtes prestataire de formation, valorisez votre offre de formation à distance (FOAD) et respectez les obligations liées à leur mise en œuvre pour être sûrs d’être pris en charge.
- Téléchargez nos guides pratiques employeur et/ou salarié depuis la boîte à outil de notre site internet

Notre accueil téléphonique est maintenu, mais risque d’être saturé à certaines heures. Nous vous demandons la plus grande indulgence face aux possibles difficultés à nous joindre et vous encourageons à nous solliciter pour des demandes de première priorité.

Source : opco-atlas.fr

Coronavirus - Les mesures exceptionnelles de l`Afdas
  

En respect des dernières directives gouvernementales, l’accueil aux visiteurs dans toutes nos délégations et bureaux est provisoirement fermé.
Néanmoins, l’Afdas s’organise et met tout en œuvre pour poursuivre son activité dans les conditions les plus optimales possibles et déploie notamment le télétravail.
Ainsi vous pouvez nous contacter
par mail ou nous faire part d’une demande de rendez-vous téléphonique. Les coordonnées de votre conseiller sont disponibles sur notre site internet.

Concernant le dépôt de vos dossiers et l`envoi de vos courriers, vous pouvez nous les transmettre par mail à sg@afdas.com

Pour nous adresser vos demandes de prise en charge :
- Si vous êtes une entreprise, merci de saisir vos demandes à partir de votre espace sécurisé ou de déposer vos contrats de professionnalisation et les pièces constitutives dans l’espace d’échange dématérialisé prévu à cet effet.
- S’agissant des contrats d’apprentissage, merci de les scanner et de les adresser à apprentissage@afdas.com
- Si vous êtes intermittents ou artistes auteurs, puisque nous n’avons plus la possibilité de gérer les envois postaux, merci de scanner vos demandes et de les adresser par mail à vos correspondants habituels.

Dans ce contexte inédit, ces mesures s’imposent à nous tous et nous espérons qu`elles seront levées le plus tôt possible.

Source : afdas.com

Coronavirus - Coronavirus et maintien de l`activité de formation
  

Dans un contexte de lutte contre la propagation du virus COVID-19, l’accueil en formation par les organismes de formation est suspendu jusqu’à nouvel ordre.
Pour autant, le ministère du Travail et Régions de France invitent à une mobilisation de tous pour que l’activité de formation soit maintenue via le déploiement de modalités de formation à distance.

- Cela suppose de maintenir le lien, au quotidien, avec les personnes engagées dans une formation, à travers différentes modalités (accès à des ressources en ligne ; individualisation et coaching quotidien par sms ou téléphone ; programmation en audio ou visio de temps d’échanges, etc.).

- Pour garantir ce lien continu et régulier avec les stagiaires de la formation professionnelle et d’éviter ainsi les ruptures de parcours, le ministère du Travail travaille, avec Régions de France, à la mise à disposition des organismes de formation de ressources pédagogiques, à la fois sous la forme de plateformes et solutions techniques permettant de diffuser, d’animer des formations et d’assurer le lien pédagogique à distance, de contenus de formation et d’éléments de méthodes pour faciliter la transformation d’une formation en présentiel en formation à distance.

- Le type de ressources mobilisables et les accès à ces ressources seront proposés cette semaine, à la fois sur le site du Ministère du travail et de Régions de France.

- Dans tous les cas, et notamment lorsque le lien avec les stagiaires qui ont débuté leur formation ne pourra pas être maintenu, le ministère du Travail et Régions de France prendront les dispositions pour maintenir le niveau de rémunération des stagiaires durant toute la période de report.

Nous savons pouvoir compter sur la mobilisation de tous pour ne laisser personne sur le bord de la route, permettre aux demandeurs d’emploi de maintenir la dynamique d’apprentissage et de remobilisation qu’ils ont entamée et préparer ainsi l’avenir.

Source : paca.direccte.gouv.fr

Coronavirus - Dans le cadre d`évolution du contexte de l`épidémie de Covid-19, le ministère du Travail précise les règles applicables aux CFA et aux organismes de formation
  

Tous les CFA et les organismes de formation suspendent l’accueil en formation, et ce jusqu’à nouvel ordre. Ce principe s’applique à l’ensemble des personnes en formation quel que soit leur statut. Les organismes de formation et les CFA sont invités à poursuivre l’activité, à travers des modalités de formation à distance.

- Pour les CFA, les règles suivantes s’appliquent :
• Le « coût contrat » est maintenu et sera payé par les OPCO. Les CFA ne pourront donc pas avoir accès à l’activité partielle, sauf décision de fermeture par la préfecture.
• Les jeunes en formation devront rejoindre leur entreprise. Si celle-ci est en activité partielle, ils en bénéficieront au même titre que les salariés ; leur rémunération sera maintenue.

- Les salariés en contrat de professionnalisation bénéficieront des mêmes mesures, y compris sur la modalité de financement et de prise en charge par les OPCO. Les organismes de formation ne pourront donc pas avoir accès à l’activité partielle au titre de cette activité de formation en alternance.

- Pour les organismes de formation, le principe est de privilégier le maintien de l’activité lorsque les formations peuvent se poursuivre par un enseignement à distance et donc le maintien du financement de la prestation par leur financeur.

• Les règles de contrôle de service fait évoluent pour permettre l’organisation de la formation à distance avec des modes de preuve facilitées et allégées ; les preuves pourront être apportées par tout moyen.
• En cas de besoin, les décalages éventuels des sessions seront rendus possibles.
• En cas d’impossibilité de maintenir temporairement l’activité, les règles d’activité partielle s’appliquent aux salariés du centre ou de l’organisme de formation concerné
• Dans tous les cas, les bénéficiaires demandeurs d’emploi en cours de formation voient leur rémunération de stagiaire de la formation professionnelle garantie pendant la période de suspension, jusqu’à la fin de la formation.

- Pour accompagner les CFA et les organismes de formation à recourir à la formation à distance, le ministère du Travail mettra prochainement à disposition des centres de formation, de leurs stagiaires ou apprentis, des outils et des contenus numériques.

- Un Questions / Réponses précise les modalités applicables aux CFA. Ce Questions / Réponses s’enrichira dans les prochains jours d’informations complémentaires sur l’activité des organismes de formation

Source : paca.direccte.gouv.fr

Coronavirus - Précisions sur l’activité des CFA et des organismes de formation
  

Le ministère du Travail a indiqué, dès le mercredi 12 mars au soir, que les CFA suspendront l’accueil en formation des jeunes à partir du lundi 16 mars 2020, et ce jusqu’à nouvel ordre. Ce principe s’applique également aux prépas apprentissage.

Le ministère du Travail tient à apporter les précisions suivantes :
- Le « coût contrat » est maintenu et sera payé aux CFA par les OPCO. Les CFA ne pourront donc pas avoir accès à l’activité partielle.
- Les jeunes en formation devront rejoindre leur entreprise. Si celle-ci est en activité partielle, ils en bénéficieront au même titre que les salariés. Leur rémunération sera maintenue.
- Les CFA sont invités à recourir à la formation à distance. Le ministère du Travail mettra prochainement en place des outils pour les accompagner.

Les EPIDE et les E2C suspendront également l’accueil en formation des jeunes, et ce jusqu’à nouvel ordre.

Pour les organismes de formation, le principe est de privilégier le maintien de l’activité et l’accueil des stagiaires, en appliquant les mesures barrières recommandées par le Gouvernement, dès lors que la situation sanitaire le permet.
- Les adaptations de l’organisation des sessions de formation seront favorisées et facilitées. Les financeurs de formation favoriseront les modalités de réalisation les plus adaptées.
- La formation à distance sera facilitée. Les modalités de contrôle de service fait seront adaptées en conséquence et les preuves apportées par tout moyen.
- Dans ce cadre, les financeurs de formation faciliteront l’accès à des possibilités de connexion (par exemple dans des tiers lieux implantés dans les territoires) à même de garantir l’égalité de l’accès au droit.
- En cas de besoin, les décalages éventuels des sessions seront rendus possibles.

Contact presse : sec.presse.travail@cab.travail.gouv.fr
Tél : 01 49 55 32 21

Source : travail-emploi.gouv.fr

Appel à Projets Axe Transverse du PRIC Provence-Alpes-Côte d`Azur
  

En région Provence-Alpes-Côte d`Azur, l`Etat et Pôle emploi lancent dans le cadre du Pacte Régional d`Investissement dans les Compétences un appel à projets en faveur d`actions innovantes d`insertion dans l`emploi.

Le Pacte Régional d`Investissement dans les Compétences a pour objectif de construire une société des compétences, en ciblant les publics peu ou pas qualifiés exclus du marché du travail.
Pour atteindre cet objectif il est indispensable d`engager une modernisation et une transformation des contenus et des modes de mise en œuvre de la formation et de l`accompagnement, par une adaptation aux besoins émergents, aux nouveaux métiers et à l`évolution des nouveaux modes d`apprentissage.

En région Provence-Alpes-Côte d`Azur, le Pacte Régional d`Investissement dans les Compétences conclu en juin 2019 soutient les expérimentations menées dans ce sens en offrant l`opportunité de mettre en œuvre ou de consolider des réponses adaptées aux besoins économiques au plus près des territoires. Il encourage les approches disruptives pour construire les compétences demandées par les employeurs, les innovations en matière de contenus, de méthodes, de techniques et d`outils pédagogiques plus agiles.

C’est dans cette dynamique d’innovation que s`inscrit l`appel à projets « Innovations et expérimentations » afin d`impulser des propositions d`actions innovantes pouvant émaner des territoires et en lien avec les secteurs d`activité et les métiers. Cet appel à projets concerne tous les types d`acteurs (publics ou privés), dès lors qu`ils sont dotés d`une personnalité morale.

L`appel à projets est disponible en ligne.

Le dossier de candidature est entièrement dématérialisé et est accessible sur :
https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/AAP-PRIC-PACA

BPF - Le bilan pédagogique et financier
  

Tout organisme de formation réalisant des actions entrant dans le champ de la formation professionnelle doit fournir, avant le 30 avril de chaque année, un bilan pédagogique et financier. Articles L. 6352-11 et R. 6352-23 du Code du Travail. Ce bilan porte sur le dernier exercice comptable clos de l’organisme de formation.

Que doit-il contenir ? Le bilan pédagogique et financier indique : 1° les activités de formation conduites au cours de l’exercice comptable ; 2° le nombre de stagiaires accueillis ; 3° le nombre d’heures-stagiaires et d’heures de formation correspondant, en fonction de la nature, du niveau, des domaines et de la durée des formations dispensées au titre de la formation professionnelle ; 4° la répartition des fonds reçus selon leur nature et le montant des factures émises par le prestataire ; 5° les données comptables relatives aux prestations de formation professionnelle; 6° les produits financiers tirés du placement des fonds reçus. Articles L. 6352-11 et R. 6352-22 du Code du Travail. Les organismes n’ayant eu aucune activité de formation durant l’année retournent le bilan pédagogique et financier avec la mention « Néant ».

Quelle est la procédure à suivre ? Les organismes de formation procèdent à la télé déclaration de leur bilan pédagogique et financier sur l’application "Mon activité formation ». Les bilans pédagogiques transmis par courrier ne seront pas pris en compte.

Quels sont les documents à joindre au bilan ? « Sur demande des inspections compétentes, le bilan, le compte de résultat et l`annexe du dernier exercice clos sont transmis par l`organisme de formation. » Article L. 6352-11 du Code du Travail. Les organismes à activités multiples, quel que soit le montant de leur chiffre d’affaires, doivent joindre un compte de résultat spécifique à l’activité de formation. En PACA, les organismes de formation sont dispensés de cet envoi et doivent simplement tenir les documents à disposition en cas de contrôle.

Quel est le lien entre déclaration d’activité et bilan pédagogique et financier ? La déclaration d’activité devient caduque : - lorsque le bilan pédagogique et financier ne fait apparaître aucune activité de formation ; - lorsque le bilan n’a pas été adressé à l’autorité administrative dans les délais prévus. Article L. 6351-6 du Code du Travail. Dans ce cas, les organismes ne peuvent plus organiser d’actions de formation professionnelle, sauf à introduire une nouvelle demande.

Les sanctions Toute infraction aux dispositions relatives au bilan pédagogique et financier peut donner lieu à l’application de sanctions pénales : - amende de 4 500 € ; Article L. 6355-15 du Code du Travail. - à titre complémentaire, interdiction temporaire ou définitive d’exercer l’activité de dirigeant d’un organisme de formation. Article L. 6355-23 du Code du Travail.

Source : espace-competences.org

OPCO AKTO (anciennement ESSFIMO) – entreprises à forte intensité de main d’œuvre
  

L’OPCO AKTO regroupe les branches suivantes :

- IDCC 3043 - Convention collective nationale des entreprises de propreté et services associés du 26 juillet 2011
- IDCC 1413 - Accord national professionnel relatif aux salariés permanents des entreprises de travail temporaire
- IDCC 2378 - Accords nationaux professionnels concernant le personnel intérimaire des entreprises de travail temporaire
- IDCC 2002 - Convention collective interrégionale de la blanchisserie, laverie, location de linge, nettoyage à sec, pressing et teinturerie
- IDCC 2691 - Convention collective nationale de l’enseignement privé indépendant (hors contrat)
- IDCC 1351 - Convention collective nationale des entreprises de prévention et de sécurité
- IDCC 0275 - Convention collective nationale du personnel au sol des entreprises de transport aérien
- IDCC 3218 - Convention collective nationale de l’enseignement privé non lucratif (EPNL)
- IDCC 0573 - Convention collective nationale des commerces de gros
- IDCC 731 - Convention collective nationale des commerces de quincaillerie, fournitures industrielles, fers, métaux et équipement de la maison, cadres
- IDCC 1383 - Convention collective nationale des commerces de quincaillerie, fournitures industrielles, fers, métaux et équipement de la maison, employés et personnels de maîtrise
- IDCC 1979 - Convention collective nationale des hôtels, cafés, restaurants (HCR)
- IDCC 1391 - Convention collective régionale concernant le personnel de l’industrie, de la manutention et du nettoyage sur les aéroports ouverts à la circulation publique de la région parisienne
- IDCC 3219 - Convention collective nationale de branche des salariés en portage salarial
- IDCC 2060 - Convention collective nationale des chaînes de cafétérias et assimilés
- IDCC 2147 - Convention collective des entreprises des services d’eau et d’assainissement (entreprises en gérance, en concession ou en affermage assurent l’exploitation, le service, le pompage, le traitement et la distribution d’eau à usage public, particulier, domestique, agricole)
- IDCC 2583 - Convention collective nationale de branche des sociétés concessionnaires ou exploitantes d’autoroutes ou d’ouvrages routiers
- IDCC 1944 - Convention collective nationale du personnel navigant technique des exploitants d’hélicoptères
- IDCC 1671 - Convention collective nationale des maisons d’étudiants
- IDCC 1516 - Convention collective nationale des organismes de formation
- IDCC 7520 - Convention collective nationale de l’enseignement agricole privé (CNEAP)
- IDCC 2101 - Convention collective nationale de l’enseignement privé à distance
- IDCC 1311 - Convention collective nationale de la restauration ferroviaire
- IDCC 7509 - Convention collective nationale des organismes de formation et de promotion agricoles
- IDCC 2408 - Convention collective nationale des personnels des services administratifs et économiques, personnels d’éducation et documentalistes des établissement d’enseignement privés
- IDCC 0635 - Convention collective nationale du négoce en fournitures dentaires
- IDCC 1501 - Convention collective nationale de la restauration rapide (restauration livrée)
- IDCC 1266 - Convention collective nationale du personnel des entreprises de restauration de collectivités
- IDCC 2149 - Convention collective nationale des activités du déchet
- IDCC 158 - Convention collective nationale du travail mécanique du bois, des scieries, du négoce et de l’importation des bois
- na - Secteur des exploitations forestières et scieries
- na - Secteur des propriétés forestières

Ainsi que les entreprises ne relevant pas d’une convention collective nationale ou d’un accord national de branche sur la formation, dont l’activité principale relève du champ d’intervention de l’opérateur de compétences en application des dispositions du 2° du II de l’article L. 6332-1-1 du Code du travail.

Source : travail-emploi.gouv.fr

OPCO ATLAS – services financiers et conseil
  

L’OPCO ATLAS regroupe les branches suivantes :

- IDCC 2335 - Convention collective nationale du personnel des agences générales d’assurances
- IDCC 2120 - Convention collective de la banque
- IDCC 3210 - Convention collective de la banque populaire
- IDCC 2247 - Convention collective des entreprises de courtage d’assurances et/ou de réassurances
- IDCC 0787 - Convention collective nationale des cabinets d’experts-comptables et de commissaires aux comptes
- IDCC 1486 - Convention collective nationale applicable au personnel des bureaux d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs-conseils et des sociétés de conseils (BET, SYNTEC)
- IDCC 1801 - Convention collective nationale des sociétés d’assistance
- IDCC 2357 - Accord du 3 mars 1993 relatif aux cadres de direction des sociétés d’assurances
- IDCC 0653 - Convention collective de travail des producteurs salariés de base des services extérieurs de production des sociétés d’assurances
- IDCC 1679 - Convention collective nationale de l’inspection d’assurance
- IDCC 0438 - Convention collective nationale de travail des échelons intermédiaires des services extérieurs de production des sociétés d’assurances
- IDCC 1672 - Convention collective nationale des sociétés d’assurances
- IDCC 1468 - Convention collective de branche du Crédit mutuel
- IDCC 2931 - Convention collective nationale des activités de marchés financiers
- IDCC 0478 - Convention collective nationale des sociétés financières
- IDCC 3213 - Convention collective nationale des collaborateurs salariés des entreprises d’économistes de la construction et des métreurs-vérificateurs
- IDCC 2543 - Convention collective nationale des cabinets ou entreprises de géomètres experts, géomètres topographes photogrammètres, experts-fonciers
- IDCC 2622 - Convention collective du crédit maritime mutuel

Ainsi que les entreprises ne relevant pas d’une convention collective nationale ou d’un accord national de branche sur la formation, dont l’activité principale relève du champ d’intervention de l’opérateur de compétences en application des dispositions du 2° du II. de l’article L. 6332-1-1 du Code du travail.

Source : travail-emploi.gouv.fr

EDOF - Guides d`utilisation
  

Si, en tant qu’organisme de formation, vous délivrez des formations sanctionnées par une certification*, vous êtes concerné par EDOF. Nous vous invitons à vous connecter pour saisir votre offre de formations ou actions éligibles au CPF.
*Vos actions de formation doivent préparer à une certification enregistrée au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) ou au Répertoire Spécifique (RS) ; pour plus de renseignements sur ces répertoires, vous pouvez consulter le site de France compétences.

Vous êtes également concerné par EDOF si vous proposez un ou plusieurs types d’actions suivants :
- Action de bilan de compétences ;
- Action de VAE ;
- Action de formation et d`accompagnement à la création/reprise d`entreprise ;
- Action pour les permis de conduire B, C, C1, C1E, CE, D, D1, D1E, DE ;
- Action liée à l’exercice de missions de bénévolat ou de volontariat.

Vous devez disposer d’un numéro de déclaration d’activité en tant qu’organisme de formation, avoir adressé votre Bilan Pédagogique et Financier à la DGEFP dans le portail dédié, et répondre aux exigences des décrets relatifs à la qualité des actions de formation professionnelle (Code du travail Article L6351-1 et Article L6352-11 – Décret N° 2015-90 du 30 juin 2015 en vigueur au 01/01/2017 et décret N° 2019-564 du 6 juin 2019 en vigueur au 01/01/2021).

Présentation d’EDOF :
- Présentation EDOF et de ses rubriques

L`essentiel à savoir pour un démarrage rapide :
- Quick Start

Se connecter à EDOF et gérer les accès :
- OF : Comment activer votre accès à EDOF à la 1ère connexion ?
- Partenaire : Comment activer votre accès à EDOF à la 1ère connexion ?
- Gestionnaire EDOF : comment créer des accès / habiliter des "Utilisateurs EDOF"

Gestion des données administratives, financières et des coordonnées :
- Enregistrer ou modifier vos coordonnées bancaires
- Gérer les listes d`adresse et de contact (des lieux/contacts de formation, d`information et d`inscription)

Saisie manuelle du catalogue :
- Créer et gérer une offre de formation
- Ajouter une action de formation à une offre
- Créer une offre de formation en blocs de compétences

Formation Permis de Conduire :
- Créer une formation "Permis de conduire"

Formation Clea :
- Créer une formation "Clea"

Formation "Bilan de Compétences" :
- Créer une offre "Bilan de compétences"

Formation VAE :
- Créer une offre "Validation des acquis de l`expérience" VAE

Formation "Accompagnement à la Création / Reprise d`entreprise" :
- Créer une offre "Accompagnement à la création/reprise d`entreprise"

Gestion des dossiers de formations :
- Gérer la demande d`inscription à une session de formation
- Gérer le dossier de formation : de l`entrée en Formation à la Déclaration de Service Fait
- Gérer une annulation ou un report de session de formation

Gestion de la facturation :
- Enregistrer ou modifier vos coordonnées bancaires
- Gérer la facturation d`un dossier de formation

Pour tout problème de connexion, la hotline Caisse des Dépôts est à votre disposition au 09 70 82 35 51, du lundi au vendredi, de 9h à 17h (appel non surtaxé).

Source : Portail EDOF

Enregistrement sur demande au RNCP : Comment déposer une demande d’enregistrement d’une certification professionnelle au RNCP ?
  

Les demandes d’enregistrement se font au travers d’une téléprocédure prévue dans l’arrêté du 4 janvier 2019.

L’article 3 de cet arrêté précise les informations à transmettre à France compétences.Tout dossier transmis doit être complet et communiquer les éléments suivants sur le projet de certification professionnelle:
- Le niveau de qualification;
- Le domaine d`activité;
- La structuration de la certification en blocs de compétences;
- Le cas échéant, les correspondances avec d`autres certifications professionnelles et leurs blocs de compétences;
- Les référentiels du projet de certification professionnelle et tout autre document constitutif de la certification professionnelle;
- Le bulletin n° 3 du casier judiciaire ayant moins de trois mois de date des personnes exerçant, en droit ou en fait, lafonction de direction de cet organisme;
- Pour un CQP, les documents permettant d`attester la création du CQP par une ou plusieurs CPNE de branche professionnelle,ainsi que l`identification de la personne morale détentrice des droits de la propriété intellectuelle;
- Le cas échéant, les habilitations délivrées à des organismes pour préparer à acquérir les certifications professionnelles ou à organiser des sessions d`examen pour le compte du ministère ou de l`organisme certificateur.

Source : France Compétences

Enregistrement sur demande au RNCP : Les critères d’évaluation des demandes d’enregistrement au RNCP
  

France compétences examine les demandes d’enregistrement au RNCP selon 9 critères prévus dans le décret n° 2018-1172 du 18 décembre 2018:
- 1° L`adéquation des emplois occupés par rapport au métier visé par le projet de certification professionnelle s`appuyant sur l`analyse d`au moins deux promotions de titulaires du projet de certification professionnelle;
- 2° L`impact du projet de certification professionnelle en matière d`accès ou de retour à l`emploi, apprécié pour au moins deux promotions de titulaires et comparé à l`impact de certifications visant des métiers similaires ou proches;
- 3° La qualité du référentiel d`activités, du référentiel de compétences et du référentield`évaluation;
- 4° La mise en place de procédures de contrôle de l`ensemble des modalités d`organisation des épreuves d`évaluation;
- 5° La prise en compte des contraintes légales et règlementaires liées à l`exercice du métier visé par le projet de certification professionnelle;
- 6° La possibilité d`accéder au projet de certification professionnelle par la validation des acquis de l`expérience;
- 7° La cohérence des blocs de compétences constitutifs du projet de certification professionnelle et de leurs modalités spécifiques d`évaluation;
- 8° Le cas échéant, la cohérence des correspondances totales ou partielles mises en place avec des certifications professionnelles équivalentes et de même niveau de qualification et leurs blocs de compétences;
- 9° Le cas échéant, les modalités d`association des commissions paritaires nationales de l`emploi de branches professionnelles dans l`élaboration ou la validation des référentiels.

Source : France compétences

Enregistrement sur demande au RNCP : Qu’est-ce qu’une certification professionnelle?
  

France compétences a parmi ses missions l’instruction des demandes d’enregistrement au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

L’article L.6113-1 du Code du Travail créé par la loi n°2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel précise que «les certifications professionnelles enregistrées au RNCP permettent une validation des compétences et des connaissances acquises nécessaires à l’exercice d’activités professionnelles. Elles sont définies notamment par:
- Un référentiel d’activités qui décrit les situations de travail et les activités exercées, les métiers ou emplois visés;
- Un référentiel de compétences qui identifie les compétences et les connaissances, y compris transversales, qui en découlent;
- Un référentiel d’évaluation qui définit les critères et les modalités d’évaluation des acquis.Les certifications professionnelles sont classées par niveau de qualification et domaine d’activité[...] et sont constituées de blocs de compétences, ensembles homogènes etcohérents de compétences contribuant à l’exercice autonome d’une activité professionnelle et pouvant être évaluées et validées.»

Source : France Compétences

Répertoire Spécifique : Le périmètre
  

Les habilitations :
Les habilitationsLes habilitations ou certifications, découlent d’une obligation légale et réglementaire, nécessaires pour l’exercice d’un métier ou d’une activité professionnelle sur le territoire national.Ces habilitations sont citées dans la loi n°2018-771 du 5 septembre 2018 qui a modifié l’article L. 6321-2 du code du travail « Toute action de formation qui conditionne l`exercice d`une activité ou d`une fonction, en application d`une convention internationale ou de dispositions légales et règlementaires, constitue un temps de travail effectif et donne lieu pendant sa réalisation au maintien par l`entreprise de la rémunération."

Il s’agit par exemple de la FIMO, des habilitations électriques, de certificats dans le transport maritime, de licences dans l’aviation civile, de la formation sauveteur secouriste du travail, etc.Les habilitations constituent des autorisations, après formation spécifique, délivrées à une personne spécialement désignée ou qualifiée pour un travail déterminé de surveillance, d`entretien ou d`utilisation d`un matériel particulier ou d`un produit. Ce type de certification se distingue d’un ensemble de compétences nécessaires à l’exercice d’un métier, même si elles peuvent s’insérer dans le contenu du référentiel d’une certification professionnelle. Par exemple, l’habilitation électrique est une reconnaissance individuelle de capacité de travail en sécurité dans un environnement à risques électriques, ce n`est en aucun cas une reconnaissance de compétences en électricité, électrotechnique ou électronique.Dans le cas des habilitations, la demande d’enregistrement au répertoire spécifique doit être déposée par le ministère certificateur en charge de la réglementation concernée. Le texte déposé est nécessairement contraint par la réglementation, qui définit le plus souvent des contenus de formation obligatoire que des référentiels de compétences.

Les certifications de compétences transversales :
Il s’agit des certifications de compétences transversales mobilisables dans diverses situations professionnelles. Ces certifications sont constituées d’un ensemble homogène et cohérent de compétences, indépendantes d’un contexte professionnel particulier, mais néanmoins indispensables pour l’exercice de nombreux métiers.On citera en premier lieu le Socle de connaissances et de compétences professionnelles (CléA), qui s’appuie sur un référentiel de 7 compétences clés ou compétences socles. Il s’agit également de toutes les certifications linguistiques, notamment celles concernant les langues étrangères.De nombreuses certifications informatiques avec une forte valeur d’usage internationale sont également concernées.

Les certifications de compétences complémentaires à un métier :
Il s’agit de certifications de compétences relatives à des techniques ou des méthodes appliquées à un métier : techniques de la voix-off et du doublage pour les comédiens et les journalistes ; technique du BIM (building information modeling qui se traduit par modélisation des informations du bâtiment) ; certifications de soudure selon des normes de qualité pour des soudeurs industriels.Cela concerne également les diplômes universitaires qui ne correspondent pas à un métier mais à des compétences complémentaires dans un secteur d’activité (Gouvernance, protection et exploitation des données de santé ; Compétences managériales et transversales des dirigeants du logement social ; Techniques actuarielles).Selon l’article L. 6113-4 du code du travail, les CQP peuvent maintenant faire l’objet d’une demande d’enregistrement au répertoire spécifique comme au RNCP. Il s’agit dans le présent paragraphe d’une qualification complémentaire à un métier.

Les intitulés :
Ne pas utiliser de noms de métiers pour une demande d’enregistrement au RS afin d’éviter toute confusion avec les certifications enregistrées au RNCP.Les libellés de diplômes ne sont pas souhaitables afin de bien distinguer les objets de certification entre RNCP et répertoire spécifique. En effet, il convient de mettre en avant la compétence attendue plutôt que la nature de la certification. La dénomination du certificateur ne doit pas apparaître, sauf en cas de très forte valeur d’usage et lorsque le nom du certificateur est reconnu comme indissociable de l’intitulé de la certification.L’intitulé doit être en français, sauf dans le cas avéré où l’anglicisme dans l’intitulé représente une très forte valeur d’usage sur le marché du travail.

Les certifications acquises en ligne et/ou en formation à distance :
Des nombreuses certifications au répertoire spécifique sont basées sur des tests en ligne pouvant parfois être constitutifs de mise en situation professionnelle : la certification numérique Pix ; les tests de langue les plus répandus ; de nombreuses certifications informatiques qui utilisent les centres de test Pearson Vue (leader mondial dans ce domaine avec 14 millions de personnes concernées par an). Dans ce cas, le jury de délivrance de la certification n’existe pas, il est remplacé par l’étalonnage du test (sur la base du CERCL pour les langues par exemple) qui délivre les résultats de l’évaluation automatiquement.

Source : France Compétences

Répertoire spécifique : Le cadre juridique
  

La définition du répertoire spécifique figure à l’article L. 6113-6 du code du travail créé par la loi n°2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel :
« Sont enregistrées pour une durée maximale de cinq ans, dans un répertoire spécifique établi par France compétences, sur demande des ministères et organismes certificateurs les ayant créées et après avis conforme de la commission de France compétences en charge de la certification professionnelle, les certifications et habilitations correspondant à des compétences professionnelles complémentaires aux certifications professionnelles. Ces certifications et habilitations peuvent, le cas échéant, faire l`objet de correspondances avec des blocs de compétences de certifications professionnelles. »

Le répertoire spécifique se substitue à l’inventaire dans les conditions précisées par la loi du 5 septembre 2018 : « Jusqu`au 1er janvier 2021, les certifications et habilitations recensées à l`inventaire mentionné à l`article L. 335-6 du code de l`éducation dans sa rédaction antérieure à la présente loi sont automatiquement enregistrées au répertoire spécifique mentionné à l`article L. 6313-6 du code du travail dans sa rédaction résultant de la présente loi. ».

Les formations visant à l’obtention d’une certification enregistrée au répertoire spécifique peuvent porter la dénomination « formation certifiante » selon l’article L. 6313-7 du code du travail.

Source : France Compétences

Blocs de compétences : Autres principes
  

Pour chaque bloc de compétences, plusieurs éléments seront analysés :
1)L’intitulé du bloc de compétences ;
2)La liste de compétences professionnelles spécifiques au bloc ;
3)Les modalités d’évaluation des compétences indiquées ;
4)La logique et la cohérence de structuration de la certification professionnelle en blocs de compétences ;
5)Les modalités d’obtention des blocs de compétences en vue de l’obtention de la certificationprofessionnelle.

L’intitulé du bloc de compétences Les intitulés des blocs doivent permettre l’identification de la cohérence du bloc, souvent via la description de l’activité, qui représente une partie identifiée de la certification professionnelle. Dans ce contexte, intituler un bloc par un nom de métier doit être écarté, afin de bien montrer qu’un bloc ne couvre pas la qualification dans son entier et n’a pas de niveau. L’intitulé précis du bloc assure sa traçabilité et permet son utilisation dans le cadre de la formation tout au long de la vie.

Un bloc commun peut être défini pour plusieurs certifications professionnelles par un même certificateur ou par plusieurs certificateurs. En cas de blocs identiques, il y a une obligation d’équivalence qui s’impose à l’organisme certificateur, les blocs concernés étant des objets juridiques distincts car relevant de certifications distinctes et de même niveau de qualification. Cette équivalence peut aussi être réalisée au niveau des blocs rattachés à des certifications de niveaux de qualification différents si cette équivalence n’entraîne pas d’incohérence quant au positionnement des certifications professionnelles concernées sur le cadre le cadre national des certifications professionnelles. Cette obligation peut se matérialiser par une demande contraignante de la commission, à l’article 6113-7 du code du travail et précisée à l’article R. 6113-13 du même code.

Du point de vue de l’usager, un bloc n’a pas de durée de validité. Il est acquis à vie. Cependant, le certificateur peut faire évoluer sa certification quand les conditions d’exercice des activités changent ou évoluent. Dans ce contexte, au même titre que la durée de validité de la certification, la durée de validité du bloc dans le cadre d’un parcours d’acquisition de la certification doit être explicite et transparent sous réserve des évolutions des compétences constatées par l’analyse des situations de travail. En effet, une personne ayant validé un bloc de compétences doit pouvoir opérer un choix éclairé sur la suite de son parcours d’obtention de la certification dans sa totalité, que ce soit par la VAE ou par la formation. Le passeport d`orientation, de formation et de compétences, prévu au dernier alinéa de L. 6323-8 du code du travail, qui recensera les certifications acquises par les titulaires du compte personnel de formation permettra par ailleurs d’attester et de mettre en visibilité les blocs de compétences dans une logique d’employabilité et d’accès à la qualification.

L’accès à la certification professionnelle est possible, soit par la formation, soit par la VAE soit par la mise en œuvre d’un parcours mixte d’accès à la qualification (formation et VAE). La validation de la certification professionnelle peut être acquise par : -la somme des blocs de compétences constitutifs de la certification, le cas échéant via desévaluations spécifiques ;-la validation des blocs de compétences complétées d’une ou plusieurs modalités de validationsvisant principalement à attester de la capacité du candidat à mobiliser de manière coordonnée lescompétences des différents blocs de compétences.

Source : France Compétences

Blocs de compétences : Finalité
  

Les blocs de compétences représentent une modalité d’accès modulaire et progressive à la certification, dans le cadre d’un parcours de formation ou d’un processus de VAE, ou d’un combinatoire de ces modalités d’accès. Ils permettent également l’inscription dans une logique de filière de formation.

Les blocs de compétences sont conçus pour avoir une utilité sociale. Ils représentent des repères sociaux et des signaux lisibles sur le marché du travail.

Selon une logique professionnalisante et par le fait qu’ils sont constitués de compétences professionnelles, les blocs de compétences facilitent l`accès et l’adaptation à un métier visé.

Les compétences transversales à un même métier et les compétences transposables à plusieurs situations de travail ou à plusieurs métiers permettent la mobilité et la reconversion professionnelle. Cela inscrit les blocs de compétences dans une logique d’employabilité permettant l`adaptation au changement tout au long de la vie professionnelle.

Source : France Compétences

Blocs de compétences : Définition
  

La définition législative des blocs de compétences est prévue à l’art. L. 6113-1 du code du travail : « Les certifications professionnelles sont constituées de blocs de compétences, ensembles homogènes et cohérents de compétences contribuant à l`exercice autonome d`une activité professionnelle et pouvant être évaluées et validées. ».

Au regard de la définition de l’article L. 6113-1, l’article R. 6113-9 du décret du 18 décembre précité, fixe la cohérence des blocs de compétences comme critère d’enregistrement au RNCP : « 7° La cohérence des blocs de compétences constitutifs du projet de certification professionnelle et de leurs modalités spécifiques d`évaluation ». Ce critère implique a contrario, qu’en l’absence de structuration en blocs, la certification ne peut être enregistrée au RNCP (sauf accès réglementé au métier, cf. 5°).

Source : France Compétences

Blocs de Compétences : Le cadre juridique à l`usage de l`instruction de demandes d`enregistrements au Répertoire national de certifications professionnelles
  

La loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l`emploi et à la démocratie sociale a introduit les blocs de compétences comme « parties identifiées de certification professionnelle, classées au sein de ce répertoire », en le mettant en relation avec les dispositions relatives aux formations éligibles au compte personnel de formation (CPF).

Cette loi a engendré des travaux importants engagés en parallèle par la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP) et le Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation (Copanef), visant des principes et des éléments permettant la traçabilité et l’usage des blocs de compétences tout au long de la vie.

Le régime juridique actuel des blocs de compétences, nourri de ces travaux antérieurs, s`applique dans le cadre de l’enregistrement de certifications professionnelles au RNCP, selon les dispositions fixées à l’article 31 de la loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel et celles du décret n° 2018-1172 du 18 décembre 2018 relatif aux conditions d’enregistrement des certifications professionnelles et des certifications et habilitations dans les répertoires nationaux.

Une expérimentation visant l`acquisition de blocs de compétences dans le cadre des actions de validation des acquis de l`expérience (VAE), est prévue à l’article 9 de la loi du 5 septembre 2018 précitée.

Source : France Compétences

Qualité de la formation : 7 instances de labellisation reconnues par France compétences
  

ette reconnaissance est valable pour une période de trois ans à compter du 1er janvier 2020, conformément aux dispositions de l’article R. 6316-4 du code du travail. Elle précise le périmètre d’intervention couvert par les 7 instances au titre de la certification qualité « Qualiopi ».

Cette procédure s’inscrit dans le cadre de la loi relative à la Liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018. Celle-ci prévoit qu’à compter du 1er janvier 2021, pour accéder aux financements publics ou mutualisés, les prestataires de formation professionnelle, de bilan de compétences et de validation d’acquis d’expérience ainsi que les centres de formation d’apprentis devront faire l’objet d’une certification unique délivrée par un organisme certificateur accrédité par le Comité français d’accréditation sur les bases d’un référentiel unique national.

Consulter la liste des instances de labellisation reconnues par France Compétences

Source : France Compétences

« Qualiopi » : la nouvelle marque de certification qualité des prestataires d’actions de formation
  

Déposée auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), la marque Qualiopi a pour objectif d’attester la qualité du processus mis en œuvre par les prestataires d’actions concourant au développement des compétences, qu’il s’agisse d’actions de formation, de bilans de compétences, d’actions permettant de faire valider les acquis de l’expérience ou d’actions de formation par apprentissage.

Cette marque peut être délivrée par des organismes certificateurs retenus par le CofracComité français d’accréditation respectant le référentiel national qualité.
La loi offre également la possibilité que cette certification soit délivrée par une instance de labellisation reconnue par France compétences pour une période de 3 ans. Cette modalité de reconnaissance se base également sur le référentiel national unique.

Le décret du 6 juin 2019 détaille le contenu du référentiel national qualité, qui servira de socle aux acteurs de la formation professionnelle pour bâtir leur démarche qualité et viser la certification requise au 1er janvier 2021.

Le référentiel national qualité est organisé autour de 7 critères reliés à 22 indicateurs qui s’appliquent à l’ensemble des prestataires (tronc commun), auxquels s’ajoutent 10 indicateurs spécifiques à l’apprentissage ou aux formations certifiantes.

Selon le décret, les critères auxquels doivent satisfaire les prestataires sont :
- Les conditions d’information du public sur les prestations proposées, les délais pour y accéder et les résultats obtenus
- L’identification précise des objectifs des prestations proposées et l’adaptation de ces prestations aux publics bénéficiaires, lors de la conception des prestations
- L’adaptation aux publics bénéficiaires des prestations et des modalités d’accueil, d’accompagnement, de suivi et d’évaluation mises en œuvre
- L’adéquation des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement aux prestations mises en œuvre
- La qualification et le développement des connaissances et compétences des personnels chargés de mettre en œuvre les prestations
- L’inscription et l’investissement du prestataire dans son environnement professionnel
- Le recueil et la prise en compte des appréciations et des réclamations formulées par les parties prenantes aux prestations délivrées

Source : France Compétences

Alternance : Comment rédiger une offre de formation ?
  

Il faut tenir compte de deux règles fondamentales :
- l’offre de formation doit être identifiée comme telle sans possibilité d’être confondue avec une offre d’emploi.
- l’offre doit être formulée selon le format LHÉO : Langage Harmonisé d`Échange d`informations sur l`Offre de formation. Ce format vous indique les informations qui doivent être renseignées pour que les offres puissent être présentées de façon homogène et être lisibles et comparables entre elles pour les candidats et les employeurs.

Les informations minimales à fournir dans une offre de formation sont indiquées sur le site dédié : http://lheo.gouv.fr/. Ce site s’adresse à l’ensemble des acteurs travaillant dans la formation professionnelle.

En tant qu’établissement de formation, vous êtes invité à prendre connaissance de ce langage. Vous y trouverez la liste des informations à fournir pour rédiger votre offre. Chacun des éléments est cliquable afin que vous puissiez visualiser la description des informations à renseigner dans chacune des rubriques.

Source : Portail de l`Alternance

Alternance : Soumettre une offre de formation en alternance
  

L’ensemble des offres de formation est centralisé au niveau régional par les CARIF (Centres d`animation, de ressources et d`information sur la formation) et les OREF (Observatoires régionaux emploi formation).
Une fois votre offre rédigée, vous êtes invités à prendre contact avec le CARIF-OREF de votre région dont vous trouverez les coordonnées sur le site : https://reseau.intercariforef.org/

Alternance : Proposer une formation en professionnalisation
  

La formation dispensée dans le cadre d’un contrat de professionnalisation participe à l’acquisition d’une qualification professionnelle reconnue :
- diplôme ou titre professionnel enregistré dans le Répertoire national des certifications professionnelles - RNCP ;
- certificat de qualification professionnelle (CQP) de branche ou interbranche ;
- qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale.

La période alternant les enseignements théoriques en organisme de formation et pratiques en entreprise (période d’action de professionnalisation) est située au début d’un contrat de professionnalisation réalisé en contrat à durée indéterminée.Dans le cas d’un contrat à durée déterminée, elle occupe toute la durée du contrat.

Les enseignements généraux, professionnels et technologiques sont dispensés par un organisme de formation, ou par l’entreprise elle-même si elle dispose d’un service de formation interne doté de moyens distincts de ceux des services de production.

Ces enseignements ont une durée comprise entre 15 % et 25 % de la durée totale du contrat de professionnalisation à durée déterminée ou de la période d’action de professionnalisation du contrat à durée indéterminée ; cette durée ne peut pas être inférieure à 150 heures.

! Un accord de branche peut toutefois porter cette durée au-delà de 25 %, soit pour certains publics (bénéficiaires du RSA, de l’ASS, de l’AAH ou d’un contrat unique d’insertion, demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus inscrits depuis plus d’un an sur la liste des demandeurs d’emploi, etc.), soit pour certaines qualifications !

Tout organisme de formation déclaré comme tel est habilité à dispenser une formation professionnelle dans le cadre du contrat de professionnalisation.

L’activité de dispensateur de formation peut être exercée en toute autonomie, par la création de sa propre structure de formation ou en mettant ses compétences au service d’une organisation déjà existante.

Source : Portail de l`Alternance

Alternance : Proposer une formation en apprentissage
  

L’article L6211-1 précise que l`apprentissage concourt aux objectifs éducatifs de la nation tout en contribuant à l`insertion professionnelle. Cette formation a pour objet de donner à des travailleurs, ayant satisfait à l`obligation scolaire, une formation générale, théorique et pratique, en vue de l`obtention d`une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles. La formation est gratuite pour l`apprenti et pour son représentant légal. L`apprentissage alterne donc une formation pratique en entreprise et des enseignements dispensés pendant le temps de travail dans un centre de formation d’apprentis. La durée de formation en centre de formation est fonction des exigences propres à chaque niveau de qualification et des orientations prévues par les conventions ou les accords de branches. Elle ne peut cependant pas être inférieure à 25 % de la durée totale du contrat.
Cette formation est dispensée dans le cadre d’un contrat d’apprentissage.

La loi Avenir professionnel du 5 septembre 2018 a profondément simplifié la structure juridique dispensant des formations en apprentissage.

Tout organisme de formation peut, dès lors que ses statuts le précisent, dispenser une formation en apprentissage.
Pour répondre au besoin de formation en apprentissage exprimé, il peut également conclure une convention autorisant la dispense d’une partie ou de l’intégralité des enseignements par des établissements d’enseignement, des organismes de formation ou encore des entreprises. Il conserve, dans ce cas, la responsabilité pédagogique et administrative des enseignements dispensés.

Dans le cas d’une convention conclue entre un CFA et un établissement d’enseignement, il peut être spécifiquement créé une Unité de formation par apprentissage (UFA) qui dispense une formation dont il garde la responsabilité pédagogique.

INFO : les CFA existant avant le 1er janvier 2019 ont jusqu’au 31 décembre 2021 pour se conformer à la nouvelle législation. Ils poursuivent donc la dispense de leur formation sous les formes juridiques existantes avant la promulgation de la loi.

Spécificités à respecter pour les organismes de formation dispensant une formation en apprentissage, c’est-à-dire les centres de formation d’apprentis (CFA) :
- Assurer les 14 missions dévolues au CFA notamment celles d’accompagner les personnes en situation de handicap en nommant un référent chargé de l’intégration des personnes en situation de handicap, d’encourager la mobilité en nommant un personnel dédié (cf article L6231-2) ;
- Instituer un conseil de perfectionnement dont la fonction est de veiller à son organisation et à son fonctionnement( dès la parution du décret renvoi également ?) ;
- Tenir une comptabilité analytique (idem dès la parution du décret) ;
- Diffuser annuellement des résultats (taux d’obtention des certifications, taux de poursuite d’étude, etc.) ;
- Délivrer une carte "Etudiant des métiers" ;
- Se soumettre pour les formations diplômantes à un contrôle pédagogique associant les corps d’inspection ou les agents publics habilités par les ministres certificateurs et des représentants désignés par les branches professionnelles et les chambres consulaires.

Source : Portail de l`Alternance

Alternance : Comment formaliser un contrat en alternance ?
  

Pour le contrat d’apprentissage : Le contrat d’apprentissage doit être établi par écrit à l’aide du formulaire Cerfa FA 13 (et sa notice) signé par l’employeur et l’apprenti (ou son représentant légal s`il est mineur).
Le contrat précise le nom du ou des maîtres d’apprentissage. L’employeur atteste des titres ou diplômes dont ceux-ci sont titulaires et la durée de leur expérience professionnelle dans l’activité en relation avec la qualification recherchée.
Avant le début de l’exécution du contrat ou, au plus tard, dans les 5 jours ouvrables qui suivent celui-ci, l’employeur transmet à son opérateur de compétences (OPCO) le contrat d’apprentissage accompagné de la convention de formation et le cas échéant de la convention d’aménagement de durée. Les transmissions peuvent se faire par voie dématérialisée.
L’OPCO statue sur la prise en charge financière dans un délai de 20 jours à compter de la réception de l’ensemble des pièces.
Le refus de prise en charge financière est notifié aux parties, par décision motivée ainsi qu’au centre de formation d‘apprentis. La notification peut être faite par voie dématérialisée.
Attention : le dépôt du contrat conditionne le versement de l’aide unique aux employeurs éligibles.
Les employeurs du secteur public adressent leurs contrats à l’unité territoriale de la DIRECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) dont ils dépendent.

Pour le contrat de professionnalisation : Le contrat de professionnalisation doit être établi par écrit à l’aide du formulaire Cerfa EJ 20 (et sa notice). Il est accompagné du document précisant les objectifs, le programme et les modalités d’organisation et de sanction de la formation. Au plus tard dans les 5 jours suivant la conclusion du contrat, l’employeur envoie le contrat de professionnalisation à l’opérateur de compétences (OPCO) dont il dépend. Il s`agit de l`organisme auquel l`entreprise verse annuellement la contribution formation professionnelle. Si l`entreprise ne verse pas encore cette contribution, il faut consulter la convention collective pour savoir si celle-ci désigne un OPCO en particulier. Si aucun OPCO n`est désigné dans la convention collective l`employeur peut s`adresser à un OPCO interprofessionnel. Il est toutefois conseillé aux employeurs de déposer le dossier avant le début de l’exécution du contrat de professionnalisation, afin de s’assurer auprès de l’OPCO de sa conformité et de la prise en charge des dépenses de formation. L’OPCO dispose de 20 jours pour prendre une décision de prise en charge financière de la formation et rendre un avis sur la conformité du contrat. A défaut de réponse dans ce délai, l’OPCO prend en charge le contrat de professionnalisation et le contrat est réputé déposé. Si l’organisme refuse la prise en charge financière au motif que les stipulations du contrat sont contraires à une disposition légale ou à une stipulation conventionnelle, il notifie sa décision motivée à l’employeur et au salarié titulaire du contrat. Après avis de conformité et confirmation de prise en charge des dépenses de formation, l’OPCO dépose le contrat auprès de la Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) du lieu d’exécution du contrat, sous une forme dématérialisée.

Source : Portail de l`Alternance

Alternance - Comment choisir entre les deux contrats proposés ?
  

Le contrat d’apprentissage a pour but d’obtenir un diplôme d`État (CAP, BAC, BTS, Licence, Master,…) ou un titre à finalité professionnelle inscrit au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), dont l’ensemble des titres professionnels relevant du ministère chargé du Travail.

Le contrat de professionnalisation a pour but d`acquérir une qualifiaction professionnelle reconnue (un diplôme ou un titre professionnel enregistré dans le Répertoire national des certifications professionnelles – RNCP) ; un certificat de qualification professionnelle (CQP) ; une qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale.

À titre expérimental pour une durée de 3 ans, le contrat de professionnalisation pourra définir un parcours de formation « sur-mesure » qui ne sera pas nécessairement qualifiant ou certifiant. Les employeurs et les opérateurs de compétences pourront définir eux-mêmes, en accord avec le salarié, les compétences à acquérir dans le cadre d’un contrat de professionnalisation. La souplesse de ce contrat doit permettre aux personnes éloignées de l’emploi de disposer d’une formation sur mesure, plus adaptée à leurs besoins. D’autre part, elle permettra aux entreprises de pouvoir embaucher d’emblée un salarié, qui sera formé au plus près des besoins réels du terrain.

Source : Portail de l`Alternance

Nouvelle version du Bilan Pédagogique et Financier
  

La nouvelle version 2020 du Bilan Pédagogique et Financier (BPF) est disponible pour les professionnels de la formation professionnelle.

Il permet aux organismes de formation de retracer l`activité de prestataire de formation pour le dernier exercice comptable clos.
Il doit être transmis chaque année, avant le 30 avril suivant lexercice de clôture.

Cette version du BPF est disponible en ligne.
Plus d`informations en consultant notre page dédiée sur le site Internet du CARIF.

Fongecif PACA devient Transitions Pro PACA
  

[…] Transitions Pro Paca est un lieu où les actifs peuvent envisager leur projet de changement de métier, en leur permettant d’accéder à une formation pour développer de nouvelles compétences. Partenaire d’avenir des salariés, Transitions pro Paca est au cœur des mobilités professionnelles, aussi bien pour son public que pour ses partenaires et reste une porte d’entrée qui conduit vers demain[ … ]

[… ] Nos services sont gratuits et accessibles depuis notre site internet ou par téléphone (04 91 13 93 80). Chacun de ces services vous est proposé dans le respect de la confidentialité […]

[…] Nos 3 principales missions : - Assurer jusqu’à leurs termes, les financements des dispositifs pris en charge avant 2018 - Mettre en œuvre et dispenser le CPF de transition professionnelle - Gérer le dispositif "démissionnaires"[…]

CPF : 400.000 comptes activés depuis le 21 novembre
  

1 million de téléchargements, 1 million de visiteurs uniques sur le site et 400.000 activations de comptes : au vue de ses premiers résultats, le lancement, le 21 novembre dernier, du nouveau format du compte personnel de formation est plutôt un succès. Pour accélérer l’accès à la formation professionnelle des actifs, des dispositifs d’abondement par les entreprises et Pôle emploi seront possibles dès 2020. Les régions aussi sont sollicitées.

Le Contrat de Développement Professionnel Intérimaire (CDPI)
  

Le Contrat de Développement Professionnel Intérimaire vous permet :

- De proposer à vos intérimaires peu ou pas qualifiés une formation en vue d’obtenir une 1ère qualification, une qualification différente ou complémentaire,
- D’améliorer l’employabilité de vos intérimaires en leur permettant d’accéder à des missions plus qualifiées ou à des emplois permanents,
- De renforcer la maîtrise des savoirs de base de vos intérimaires,
- D’optimiser la gestion de vos budgets formation

Plus `informations sur le Contrat de Développement Professionnel Intérimaire, sur le site du FAF.TT

AFPA. DevOps, nouvelle formation pour nouveau métier
  

Pour un nouveau besoin identifié au sein d’entreprises, l’Afpa participe à la création d’un nouveau Diplôme (Titre) professionnel d’Administrateur DevOps en lien étroit avec la Direccte, le ministère chargé de l’emploi, et Pôle emploi.
La 1ère formation est à destination des demandeurs d’emploi et débute le 2 décembre à l’Afpa. Conditions d’entrée : avoir de l’expérience dans le domaine d’outils informatiques et un niveau Bac+2 . Inscription pour la formation : communication.paca@afpa.fr
La Provence du 11.11.2019

Un décret détaille les formalités que doivent remplir les nouveaux CFA
  

Un décret du 7 novembre 2019, publié au Journal officiel du 8 novembre, précise les formalités que les nouveaux CFA (notamment d`entreprises) découlant de la loi Avenir professionnel de 2018 doivent remplir.
Localtis publié le 12 novembre 2019

Education prioritaire : pour la fin des REP et une meilleure prise en compte des territoires ruraux
  

Attendu depuis plusieurs mois, le rapport d`Ariane Azéma et Pierre Mathiot sur l`éducation prioritaire a été remis le 5 novembre au ministre de l`Education nationale. Parmi ses préconisations : la fin des REP au profit de mesures d`accompagnement progressives pilotées par les académies, une meilleure intégration des territoires ruraux dans les dispositifs de soutien et le maintien des REP+. Plus d’informations, en cliquant ici

Le rôle des CARIF OREF dans l`information sur l`offre de formation officiellement conforté
  

La DGEFP du ministère du Travail, a signé une nouvelle convention avec le réseau des Carif-Oref qui conforte le rôle essentiel du réseau dans « la chaîne de production de l’information sur l’offre de formation » y compris dans le domaine de l’apprentissage.
Laurent Baudinet administrateur du Carif-Oref Cap Métiers (Nouvelle Aquitaine) est le nouveau président du réseau des Carif-Oref, centre ressources dont l`expertise est ancrée dans les territoires. Plus d’informations sur le réseau, en cliquant ici

Un guide dédié aux formations multimodales publié par le Ministère du Travail et le FFFOD
  

Le Ministère du Travail, en étroite collaboration avec le FFFOD, vient de faire paraître en ligne un guide intitulé "Formations multimodales : attester la réalisation de l’action de formation".

Son objectif est de clarifier les règles applicables depuis le 1er janvier 2019 et de promouvoir les bonnes pratiques de conception et de mise en œuvre des parcours de formation multimodaux.
Il permet de mieux comprendre le cadre et les contraintes administratives, d`alléger la gestion du dispositif de formation, de faciliter la relation entre dispensateurs de formation et financeurs, de renforcer la qualité du suivi pédagogique.
Il précise notamment :
- les éléments de contrôle nécessaires pour garantir la qualité d’un dispositif de formation à distance ;
- les conditions dans lesquelles le découpage pédagogique et technique du parcours de formation permet de garantir la traçabilité des activités de l’apprenant afin de bénéficier du financement de la formation ;
- ce qu’il convient d’attester pour répondre aux attentes des financeurs.

Ce guide est téléchargeable sur le site du Ministère du Travail
Consulter également l`article du Centre-Inffo dédié à ce guide

Compte personnel de formation : les organismes de formation disposent d`un site Internet dédié
  

Dans le cadre de la loi du 5 septembre 2019 sur la liberté de choisir son avenir professionnel, le Compte Personnel de Formation (CPF) a été simplifié. Désormais appelé Mon Compte Formation, il doit permettre à ses bénéficiaires de rechercher une formation dans sa région, réserver et payer, le tout sans intermédiaire, avec un site internet et une application dédiés. Le lancement de ce nouveau service aura lieu fin novembre 2019.

Pour préparer ces options, l`espace réservé aux organismes de formation ouvre aujourd’hui. Il offre la possibilité aux organismes de formation de charger leurs formations éligibles à Mon Compte Formation.
Cet espace professionnel leur permettra de :
- Saisir et publier le catalogue des formations éligibles au compte personnel de formation ;
- Gérer l`inscription des titulaires de compte qui souhaitent s’inscrire aux formations ;
- Obtenir le règlement des prestations qui sera effectué par la CDC.
Les organismes de formation doivent s’engager à respecter les Conditions Générales et les Conditions Particulières d’utilisation afin d’être et de rester référencés sur le site internet et l’application mobile Mon Compte Formation.

Consultez le site Internet dédié aux organismes de formation : http://www.of.moncompteformation.gouv.fr/
Source : Ministère du Travail - Actualité du Ministère

180 offres d`emploi en Apprentisage dans le 06 !
  

La Chambre des Métiers et de l`Artisanat propose actuellement 180 offres d`apprentissage à pourvoir dans l`artisanat sur le département du 06.

Postulez sur rendez-vous au 04 92 12 53 04
Lieu : 81 avenue Léon Bérenger - 06700 Saint-Laurent-du-Var
Courriel : cad06@cmar-paca.fr

Focus de décembre sur le rôle du volontariat dans l`apprentissage des adultes sur Epale
  

Le focus thématique de décembre 2019 sur Epale portait sur le rôle du volontariat dans l’apprentissage des adultes.
Pendant ce mois, les équipes nationales EPALE et la communauté des professionnels ont publié de nombreux articles, rapports, études de cas et ressources.
Vous pouvez lire le résumé de ce focus thématique, préparé par le coordinateur thématique Andrew McCoshan
Accéder à la plateforme Epale
Le CARIF Espace Compétences vous propose aussi de consulter la page dédiée à la plateforme Epale

5 Opca créent une plateforme d`accompagnement RH
  

Descriptif L`Afdas, le Fafih, Opcabaia, Opcalim et Uniformation ont présenté mardi 4 décembre 2018 leur nouvel outil d`accompagnement des acteurs RH : Webco.tv, centre ressources interactif pour l’emploi et les compétences. Cette plateforme sera inaugurée le 15 janvier 2019.
Cette plateforme de communication est destiné à accompagner la transformation des entreprises.

L`objectif de ce "centre de ressources interactif pour l’emploi et les compétences" ? « Agréger des solutions multimodales, qui n’excluent pas le temps présentiel, pour mettre à disposition de tous des outils, des formations, des témoignages, etc., qui seront autant de sujets d’appropriation de la réforme.
Ainsi ces 5 Opca vont vulgariser la réforme au fur et à mesure de la sortie des décrets, à travers une ligne éditoriale commune

Seront abordés :
- le nouveau cadre légal et réglementaire ;
- la conduite du changement et du pilotage des transitions ;
- la construction de nouvelles relations avec son Opco ;
- la construction de nouveaux deals employeur/salarié "co-investissement et co-responsabilité" ;
- la construction du plan de développement des compétences et l’investissement dans les nouveaux dispositifs ; innover et repenser l’ingénierie de formation ; investir les nouvelles opportunités en matière d’alternance et d’apprentissage ;
- la mise en place une stratégie de "badgification" et de certification" ;
- la construction de dispositifs de formation adaptés et la définition d’une stratégie de certification et de qualification.

Voir le site Internet Webco.tv

Région Sud : Appels à projets en faveur de l`emploi
  

Suite au vote des conseillers régionaux de la "Région Sud" Provence-Alpes-Côte d`Azur, deux appels à projets viennent d`être lancés.

L`un concerne la création d`Ecoles de la deuxième chance (E2C) dans les territoires qui en sont dépourvus soit les Alpes-de-Haute-Provence (04), les Hautes-Alpes (05), les Alpes-Maritimes (06) et le Vaucluse (84). Cet appel à projet est lancé conjointement avec l`Etat.
Il s`adresse aux établissements ou organismes de formation dont le projet de création d`une école de la deuxième chance répond aux objectifs cumulatifs suivants :
- correspondre à un besoin avéré du territoire ;
- s`engager à remplir les critères définis par le cahier des charges de labellisation du réseau E2C France ;
- développer des partenariats avec les acteurs publics et économiques et les entreprises du territoire ;
- proposer une offre de service adaptée aux besoins des populations et permettant leur inscription dans les métiers et filières du territoire.
La date limite de dépôt des projets est fixée au 15 février 2019

Le second appel à projet, intitulé " Une rencontre, un métier : soutien aux manifestations emploi ou orientation" se focalise sur le soutien aux actions ou projets concourant aux objectifs suivants qui s`inscrivent dans un projet partenarial de territoire pour :
- mobiliser l`ensemble des acteurs de l`économie, de l`emploi, de l`orientation et de la formation professionnelle ;
- apporter à tous une information claire et lisible sur les métiers, l`emploi et la formation prenant en compte la mixité des métiers et l`égalité professionnelle ;
- mettre en relation directe les entreprises qui recrutent avec les personnes en recherche d`emploi ;
- faciliter la démarche des entreprises en leur permettant de valoriser leurs offres d`emploi et de rencontrer une pluralité de candidats ;
- offrir aux demandeurs d`emploi un lieu unique d`échanges professionnels en rassemblant l`ensemble de l`offre d`emploi d`un territoire, et concourir ainsi, à leur insertion sur le marché du travail.
- valoriser les différentes voies d`accès aux métiers et aux filières professionnelles par la présentation d`exemples de témoignage sur les parcours atypiques et de réussite, de parcours de formation, de passerelles, etc. ;
- favoriser les outils de diffusion innovants (nouveaux médias, mise en situation réelle, serious game, éducation par les pairs, speed-dating, etc.).
La date limite de dépôt des projets est fixée au 15 avril 2019

Les deux appels à projets sont disponibles en ligne sur le site Internet de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d`Azur

Appli CPF : lancement d`un espace pour les organismes de formation
  

Logo


Vous êtes prestataire de formation ?
Vous souhaitez participer à la construction du futur espace des organismes de formation dans l`application CPF ?
Rendez-vous sur le site dédié

Dans le cadre de la loi du 5 septembre 2018, le Compte personnel de formation (CPF) va profondément évoluer en 2019 avec la possibilité pour les usagers de choisir, réserver et acheter en ligne les formations.

Les organismes de formation sont invités à s`inscrire sur le site www.of.moncompteformation.gouv.fr pour :
• Participer à l’enquête lancée par la Caisse des Dépôts sur les modes et pratiques des organismes de formation et recevoir les résultats en avant-première
• Recevoir la newsletter d’informations publié par la Caisse des dépôts à partir de décembre
• Participer dès janvier aux groupes d’échanges inter organismes de formation dans les régions
• Participer au bac à sable test de la mise en ligne de leurs offres de formation pour tester ses fonctionnalités (1er semestre 2019)
• Adresser leurs questions via la FAQ sur le site.

S`inscrire

Un appel à projet pour développer des "prépas" Apprentissage
  

Le Ministère du Travail annonce la publication prochaine d`un appel d`offre relatif à la mise en place de préparations à l`apprentissage.
Faisant suite à la concertation des principaux acteurs de l`apprentissage mené de novembre 2017 à janvier 2018, définissant la nécessité de mettre en œuvre des dispositifs de "sas" de préparation à destination des publics les plus en difficulté, cet appel d`offre devrait permettre de fixer un dispositif.

Les principaux axes de cet appel d`offre sont définis dans un article paru sur le site du Ministère du Travail

Il concernera en priorité les "CFA ou groupement de CFA ou organisme compétent en matière d`insertion professionnelle et d`apprentissage et associé à au moins un CFA".

L`appel d`offre devrait être lancé courant octobre sur le site Internet du Ministère et sera ouvert pendant six mois jusqu`en avril 2019.
Une première sélection sera opérée après le premier décembre 2018, pour les projets pouvant commencer dès les premières semaines de l`année 2019.

Parution de la 7ème édition de l`annuaire des titres professionnels en région PACA
  

La Direccte Provence-Alpes-Côte d`Azur publie avec le CARIF Espace Compétences la septième édition de l`annuaire des titres professionnels en Provence-Alpes-Côte d`Azur.

Cet annuaire regroupe en première partie, les agréments accordés par la D.I.R.E.C.C.T.E., en cours de validité au 1er septembre 2018. Ces données sont classées par département.

Consultez l`annuaire des Titres professionnels.

Vous êtes professionnel de la formation et souhaitez en savoir plus sur l`obtention ou le renouvellement de l`agrément d`un titre professionnel ? Consultez notre page dédiée sur le site Internet du CARIF Espace Compétences

Le guide 2018-2019 des formations Sanitaires et du Travail Social en Provence-Alpes-Côte d`Azur est en ligne
  

Saso 2018-2019 Région Sud

Le Carif Espace Compétences a mis en ligne sur son site internet l’édition 2018-2019 du Guide des formations sanitaires et du travail social de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Cette nouvelle publication livre des données utiles sur les aides individuelles que peut attribuer le Conseil Régional, propose des clefs pour mieux connaître et comprendre ces filières de formation, précise les coordonnées des établissements, indique les différentes voies d`accès aux certifications professionnelles

Télécharger le guide 2018-2019 des formations sanitaires et du travail social en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Adoption à l`Assemblée Nationale de la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel
  

Logo du Ministère du Travail

Mercredi 1er aout 2018, Muriel PENICAUD, ministre du travail, se félicite de l’adoption à l’Assemblée Nationale de la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel à une large majorité : 137 voix contre 30. Cette loi porte l’ambition de l’émancipation sociale par le travail et la formation et apporte de nouveaux droits aux concitoyens en leur donnant les moyens de construire leur propre voie de réussite professionnelle grâce à des protections collectives.

Retrouvez la loi en 10 points clés.

Co-construction d`une Ressource Handicap Formation en Provence-Alpes-Côte d`Azur
  

Se mènent actuellement des travaux de co-construction d`une Ressource Handicap Formation, pilotés par l`Agefiph, avec l`ensemble des parties prenantes (opérateurs de formation, prescripteurs, entreprises, personnes handicapées, financeurs de formation, experts du handicap…).

L`objectif de l`Agefiph est de faciliter l`accès à la formation professionnelle pour les personnes handicapées et de sécuriser leur parcours en apportant des solutions en matière de compensation du handicap en formation et en développant le caractère inclusif de l`offre de formation.

En effet, le niveau de qualification des personnes handicapées est moins élevé que la moyenne des demandeurs et demandeuses d`emploi (en PACA, si 47 % des demandeurs d`emploi tout public ont un niveau Bac et plus, seulement 30 % des Bénéficiaires de l`Obligation d`Emploi ont un niveau Bac et plus.

Source : Agefiph Provence-Alpes-Côte d`Azur
Contact : Amélie TRITZ, Chargée d`études et de développement - a-tritz@agefiph.asso.fr - 04.42.93.15.44

Un "Guide pour des achats de formation de qualité et sa synthèse opérationnelle" rédigé par le CNEFOP
  

Le CNEFOP a fait paraître le 28 juin 2018, un guide intitulé : "Acheter et financer des formations professionnelles de qualité. Pistes d`action et bonnes pratiques à l`attention des financeurs de formation pour développer les compétences et participer à la transformation de l`offre de formation".
Accompagné d`une synthèse, ce document met l`accent sur " les enjeux métiers et de politique publique portés par le Plan d`investissement dans les compétences. Il identifie, à chaque étape de ces processus d`achat ou de financement, les enjeux, repères clés/principes d`action vertueux partagés; Il s`efforce de mettre en visibilité les « bonnes pratiques », appelle à la vigilance sur certains autres points source de difficultés récurrentes et formule des recommandations.
Ce guide vise les acheteurs publics et paritaires et les achats de formation de qualité à destination des demandeurs d`emploi, tout en introduisant autant que possible et dès que nécessaire des focus sur les formations à destination des publics prioritaires du Plan d`investissement dans les compétences que sont les jeunes et demandeurs d`emploi peu qualifiés." (extrait du document paru le 28/06/2018)

Ce guide et sa synthèse sont disponibles sur le site Internet du CNEFOP

Le Centre Inffo publie son Focus sur la qualité des actions de formation professionnelle continue (8ème édition)
  

S`assurer de la qualité des actions de formation continue : ce document essentiel rappelle les principes du décret du 30 juin 2015, reprend les procédures internes d`évaluation qualité de chacun des 5 financeurs publics concernés (Opca/Opacif, État, Régions, Pôle emploi, Agefiph) et explique le principe des labels et certifications qualité du CNEFOP dont il fournit la liste à jour.

Cette édition intègre les 53 certifications/labels inscrits sur la liste du CNEFOP à ce jour. Elle fait aussi un point sur Datadock.

Télécharger la 8ème édition du Focus

Conférence sur la réforme de la formation professionnelle du 12 juin 2018
  

Le CARIF Espace Compétences a organisé le mardi 12 juin 2018 à Marseille une conférence dédiée à la réforme de la formation professionnelle.

L`objectif de cette manifestation était d`informer les professionnels de la région des modifications, parfois importantes, contenues dans le projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel dont la discussion a commencé au parlement le lundi 11 juin.
Jean-Philippe Cépède, Directeur juridique du Centre Inffo, a donc évoqué les principales évolutions des dispositfs d`alternance, de reconversion professionnelle, de formation professionnelle continue et a évoqué les transformations auxquelles les organismes de formation vont devoir se conformer.

Le CARIF Espace Compétences vous propose de retrouver sur son site Internet le contenu de son intervention en rendant accessible une vidéo, un podcast, et deux documents (support de l`intervention et webographie) à l`adresse suivante : bit.ly/Conf-Formation-20180612

Médiation numérique : mutation des pratiques, transformation des métiers - INJEP
  

Le dernier numéro des « Cahiers de l’action » explore les liens entre l’éducation populaire et les mutations des pratiques de l’éducation populaire issues du numérique.
Comment le numérique bouscule-t-il les pratiques professionnelles des acteurs ? Qu’est-ce que cela modifie dans les postures d’animation ou de médiation ? Comment cela interroge-t-il les territoires d’intervention et les réseaux d’acteurs ? Quels nouveaux métiers émergent ? Pour quel rapport au public ? Autant de questions traitées dans cette édition des « Cahiers de l’action »

Ce numéro, coordonné par Emmanuel Porte, chargé d’études et de recherche à l’INJEP, propose d’étudier les interactions entre les pratiques d’éducation populaires et le développement de politiques publiques soutenant la médiation numérique. Ce faisant, il donne à voir la variété des défis que les acteurs tentent de relever et l’importance des dynamiques collectives. Il y est question d’espaces d’engagement et d’apprentissage autour du numérique (tiers-lieux, territoire numérique, espace public numérique, fablabs, bibliothèque…), mais aussi de pratiques éducatives augmentées d’expériences collectives et de nouveaux outils.

Cahiers de l`action : jeunesses, pratiques et territoires n°48 - Médiation numérique : mutations des pratiques, transformation des métiers

Organisation du travail et vulnérabilité au non-emploi :une étude empirique à partir de l’évaluation des compétences des adultes de l’OCDE/ Work Organisation and Workforce Vulnerability to Non-Employment: Evidence from OECD`s Survey on Adult Skills
  

Le Centre d`étude de l`Emploi vient de faire paraître une étude dans la collection "Document de travail" : Work Organisation and Workforce Vulnerability to Non-Employment: Evidence from OECD`s Survey on Adult Skills (PIAAC)

Bousculée par la crise et les mutations du tissu économique, la vie des organisations au sein des pays de l’OCDE a été marquée cette dernière décennie par des changements fréquents en lien avec les évolutions technologiques, tandis que se développaient aussi bien le non-emploi que les formes non conventionnelles d’emploi. Dans un tel environnement, la capacité des salariés à se maintenir en emploi ne dépend pas seulement de leurs caractéristiques individuelles. Les formes d’organisation du travail, dans lesquelles ils sont insérés et accumulent de l’expérience, jouent également un rôle fondamental. Or, la plupart des études concernant la vulnérabilité sur le marché du travail s’intéressent aux facteurs du côté de l’offre de travail plutôt qu’à ceux qui prennent leur source au sein des organisations. De l’autre côté, les études qui s’intéressent aux organisations du travail analysent les enjeux de productivité, d’innovation, de conditions de travail et de bien être des salariés, mais abordent rarement ceux liés aux transitions sur le marché du travail.

Ce document de travail examine la relation entre les formes d’organisation du travail et la vulnérabilité de la main-d’œuvre au non-emploi. La vulnérabilité au non-emploi est définie comme la probabilité d’effectuer une transition de l’emploi vers le non-emploi au cours d’une période d’un an. Il s’appuie sur les données des deux premières vagues de l’évaluation des compétences des adultes, pilotée par l’OCDE auprès de trente-trois de ses pays membres ou partenaires. En utilisant une classification ascendante hiérarchique, cinq formes d’organisation du travail sont identifiées en fonction des tâches effectuées par les salariés sur leur lieu de travail : apprentissage autonome, apprentissage contraint, indépendante, simple et taylorienne.

Une modélisation logistique multiniveaux est ensuite utilisée pour évaluer l’impact de ces formes d’organisation du travail sur la vulnérabilité des salariés au non-emploi. Les résultats montrent un impact significatif de l’organisation du travail sur la vulnérabilité au non-emploi, après avoir tenu compte d’un vaste ensemble de caractéristiques des emplois et des individus.
En particulier, les salariés dans des formes d’organisation à apprentissage autonome sont nettement moins vulnérables au non-emploi

Sont aussi identifiées les politiques et institutions du marché du travail pouvant influencer la probabilité d’effectuer une transition vers le non-emploi en lien avec les différentes formes d’organisation du travail. Les résultats suggèrent que les politiques actives, telles que la formation et l’incitation au maintien de l’emploi ou à la création d’emploi ou de start-up, amplifient l’effet protecteur des formes d’organisation à apprentissage autonome et indépendantes…

Document de travail, n° 195, décembre 2017

Un guichet unique pour la formation des saisonniers des Alpes du Sud
  

L’idée avait déjà été expérimentée voici près de dix ans, en 2008, dans les Hautes-Alpes. À quelques semaines de la nouvelle saison des stations de montagne, un nouveau dispositif d’accompagnement et de formation des saisonniers est mis en place dans les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence, les deux départements alpins de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Son nom : Initiative Saisonniers
L’État et la Région Paca relancent ainsi dans les Alpes du Sud la formation des travailleurs saisonniers. C`est le Fongecif qui pilote désormais un guichet unique.
Consulter l`article du Centre Inffo

Apprentissage : les points clés de la réforme
  

Le premier ministre a dévoilé Vendredi 09 février 2018, le détail de la réforme sur l`apprentissage.

- La taxe d`apprentissage va être remplacée par une « contribution alternance » en faveur des contrats d`apprentissage et des contrats de professionnalisation. Cette contribution, égale à 0.85% de la masse salariale des sociétés sera intégralement attribuée aux CFA en fonction du nombre de contrats signés avec des jeunes.
- Coup de pouce financier pour les apprentis : les apprentis âgés de 16 à 20 ans gagneront en moyenne 30 euros net de plus par mois. Les jeunes de 18 ans et plus percevront une aide pour financer le permis de conduire d`un montant de 500 euros.
- Modification de la limite d`âge : L`âge maximal pour bénéficier d`un apprentissage sera porté à 30 ans au lieu de 26.
- Fusion des aides à l`embauche : Les aides à l`embauche dans le cadre d`un contrat d`apprentissage seront fusionnées et ciblées vers les TPE et les PME de moins de 250 salariés.
- Assouplissement des règles concernant le temps de travail : le temps de travail maximum pourra être porté à 40h par semaine dans certains secteurs avec rémunération d`heures supplémentaires au-delà de 35h.
- Procédure de rupture du contrat de travail simplifiée : la validation du licenciement par le conseil des prud`hommes ne sera pas plus obligatoire même au-delà des 45 jours de présence.
- Possibilité pour les apprentis dont le contrat est interrompu avant son terme de prolonger pendant 6 mois leur formation au sein du CFA.
- Les référentiels d`activité et de compétences des diplômes seront écrits par les branches afin de mieux adapter la formation aux besoins du marché du travail. Les règlements d`examen seront également décidés par les branches professionnelles et l`Etat.

En savoir plus via le site Internet du Gouvernement.

Dossier de presse

Marchés à bons de commande pour la mise en oeuvre du programme régional de formations " Filières stratégiques " pour la période 2018-2022
  

Le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d`Azur lance son appel d`offre relatif à des marchés à bons de commande pour la mise en oeuvre du programme régional de formations " Filières stratégiques " pour la période 2018-2022.
La date limite de réception des offres est fixée au 6 mars 2018 à 16 heures.
Des informations détaillées sur les modalités de réponse à cet avis sont disponibles à l`adresse URL suivante.

Parution de la liste nationale des organismes habilités à percevoir des financements de la taxe d`apprentissage
  

Par un arrêté du 29 décembre 2017, la liste nationale des organismes habilités à percevoir des financements de la taxe d’apprentissage a été publiée.
Ces organismes "s`engagent à fournir à la délégation générale à l`emploi et à la formation professionnelle et à la direction générale de l`enseignement scolaire le montant de taxe d`apprentissage perçu en 2018 au titre du 6° de l`article L. 6241-10, la part dans le budget de l`organisme, ainsi qu`un bilan quantitatif et qualitatif des actions nationales financées pour la promotion de la formation initiale technologique et professionnelle et des métiers."

Consultez cet arrêté sur le site Legifrance

Les accords collectifs d`entreprise sont consultables en ligne
  

Le site legifrance accueille désormais une base de données donnant accès à tous les accords collectifs d`entreprise conclus à partir du 1er septembre 2017.
144 accords sont d`ores et déjà disponibles.
Consultez le communiqué de presse du Ministère du Travail évoquant cette mise à disposition.
Consultez le moteur de recherche disponible sur le site Legifrance.

Le panorama complet des certifications professionnelles en France - COPANEF
  

A l`occasion de l`organisation de la journée du 20 octobre 2017 sur la certification professionnelle, le COPANEF (Comité Paritaire interprofessionnel National pour l`Emploi et la Formation) a souhaité présenter en 3 minutes le panorama complet des certifications professionnelles en France.
Consulter la vidéo réalisée par le COPANEF

Plan d`investissement 2018-2022 : former 2 millions de demandeurs d`emploi
  

Le Grand Plan d`Investissement 2018-2022 présenté lundi 25 septembre par le Premier ministre et son rapporteur, Jean Pisany-Ferry, consacre 15 milliards d`euros à la formation professionnelle sur un total de 57 milliards d`euros.
Objectifs : former un million de demandeurs d`emploi peu qualifiés et un million de jeunes décrocheurs pour édifier une société de compétences et lutter durablement contre le chômage.
En savoir +
Dossier de presse

Enjeux et usages de la formation professionnelle dans la sécurisation des trajectoires d’emploi : des initiatives territoriales aux réformes nationales - Publication du Centre d’études de l’emploi et du travail - Septembre 2017
  

Le système de formation professionnelle (SFP) est régulièrement critiqué notamment pour sa faible capacité à offrir une seconde chance aux salariés et demandeurs d’emploi les plus vulnérables.
Ce document de travail, s’il ne remet pas en cause la validité de ce constat, veut également pointer l’apport des territoires et des acteurs locaux pour inverser la tendance. Depuis les années 2000, de nombreuses régions sont venues soutenir entreprises, salariés et demandeurs d’emploi en difficulté pour construire des parcours de formation et d’emploi plus sécurisés. Des formes de coordination locales entre les collectivités territoriales, les partenaires sociaux, et le service public de l’emploi (SPE) ont vu le jour pour pallier les déficiences du système né de la loi de 1971. Les réformes nationales du SFP adoptées en 2009 et 2014 s’inscrivent dans la continuité des actions engagées par les territoires avec ce paradoxe que la place réservée aux régions dans la gouvernance du SFP n’en sort pas forcément accrue.
Consulter ce document sur le site du Centre d’études de l’emploi et du travail

Le plafond de remboursement est fixé pour le Compte d`engagement citoyen (CEC)
  

Un arrêté du 1er septembre fixe le plafond de remboursement des organismes prenant en charge des formations éligibles au titre de l`engagement citoyen. Le taux de prise en charge est fixé à 12 €, à l`exception des formations destinées aux bénévoles et aux volontaires en service civique et celles destinées aux sapeurs-pompiers volontaires dont le taux est fixé à 7 €.
Pour rappel, le Compte d`engagement citoyen (CEC) permet de recenser les activités bénévoles et "citoyennes" (service civique, réserves citoyennes, réserve sanitaires, maître d`apprentissage…) afin d`acquérir des heures de formation qui seront inscrites sur le Compte personnel de formation (CPF).
Arrêté du 1er septembre 2017 fixant le plafond de remboursement des organismes prenant en charge des formations éligibles au titre de l`engagement citoyen

Apprentissages à l`étranger: la Commission donne un nouvel élan aux stages de longue durée dans toute l`UE
  

La Commission européenne préfinance pour 2017 sept projets pilotes qui visent à expérimenter des stages d’au moins six mois, afin de promouvoir les apprentissages de plus longue durée à l’étranger. Ils vont permettre, souligne un communiqué de la Commission du 4 septembre, à 238 apprentis de suivre un stage de six à douze mois dans un autre pays de l’Union européenne (UE), « l’objectif étant de recenser les bonnes pratiques et les obstacles en matière d’apprentissage de longue durée à l’étranger ». Ces 238 stagiaires s’ajoutent aux 100 apprentis qui participent actuellement à des projets similaires financés par la Commission en 2016.
Consulter le communiqué de presse
Source : Le quotidien de la formation - 13/09/2017

Formation linguistique à visée d`insertion en direction des primo-arrivants 2017-2018
  

Cette formation de français langue étrangère s’adresse aux personnes qui ont besoin d’améliorer leur pratique du français pour faciliter leur communication dans la vie quotidienne et/ou professionnelle.
Elle permet aux apprenants de :
- Développer plus d’autonomie au quotidien,
- Acquérir un niveau de français suffisant pour réaliser leur projet personnel ou professionnel avec la possibilité de préparer un diplôme (DILF, DELF tout public ou DELF pro),
- Renforcer leur accès à l’information et à la mobilité professionnelle, numérique, culturelle et administrative.
Méthodologie d’intervention : Des séances de travail autour de l’écrit et de l’oral, à partir de supports et situations du quotidien, utilisation des ordinateurs (Internet) et sorties "découverte". La formation est gratuite pour les apprenants.

Conditions pour s`inscrire
- Etre étranger non ressortissant de l’Union européenne et résider en France ou avoir obtenu un titre de séjour depuis moins de 5 ans,
- Avoir un projet d’insertion qui correspond aux objectifs de la formation,
- Etre capable de communiquer à l’oral avec des phrases très simples dans des situations et sur des sujets familiers,
- Etre disponible et s’engager à être présent et assidu au planning de formation.

Où ?
Centre de formation AncrAges - 42, Bd d`Annam, Bât.3 - 13016 Marseille.

Quand ?
Les entretiens individuels d’entrée en formation ont lieu sur rendez-vous le lundi 6 novembre et le mercredi 8 novembre 2017.
Par la suite les formation auront lieu le lundi après-midi de 14h30 à 16h30 et le mercredi matin de 9h30 à 11h30 du 6 novembre 2017 au 27 juin 2018, hors vacances scolaires.
Nombre de places disponibles : 12 places (20 à 25 sur l`année avec entrées et sorties permanentes)
En complément, accès libre sur inscription à l’Espace Régional Internet Citoyen d’Ancrages le mardi après-midi de 14h à 17h et le jeudi matin de 9h30 à 12h30.

Contact
Anne-Joëlle Berthier, coordinatrice de l`action et formatrice FLE, formationlinguistique@ancrages.org, tél. 09 50 74 04 67 / 07 68 47 40 79
Retrouvez toutes les informations sur la formation
en vous rendant sur le site Internet d`Ancrages
en téléchargeant la plaquette présentant la session de formation 2017 - 2018
en téléchargeant la fiche de liaison pour orienter des personnes

La formation des chômeurs produit des effets contrastés sur leur insertion - rapport de France Stratégie "Renforcer la capacité des entreprises à recruter" - août 2017
  

Pour améliorer l’impact de la formation professionnelle en termes de retour à l’emploi et réduire les difficultés de recrutement, il importe de comprendre la manière dont les postes sont pourvus et de renforcer les capacités de recrutement des entreprises françaises. Ce rapport présente des pistes pour mieux prendre en compte cette dimension dans l’analyse des dysfonctionnements sur le marché du travail.
Le groupe de travail n° 4 du Réseau Emploi Compétences avait pour objectif initial d’identifier les méthodes et les sources statistiques permettant d’appréhender les « modes d’alimentation » des métiers. L’accès à un emploi peut en effet s’opérer par des voies différentes – après une formation initiale ou continue, par exemple – ou bien privilégier certains profils – jeunes débutants, actifs expérimentés ou demandeurs d’emploi. Étudier ces chemins vers l’emploi permet d’éclairer la nature du lien entre formation et emploi.

La question a déjà été traitée, mais le plus souvent sous l’angle d’un dysfonction­nement de l’appareil de formation ou du processus d’appariement sur le marché du travail. Avec cette idée sous-jacente que si un certain nombre d’emplois restent vacants, c’est par manque de candidats possédant les compétences adéquates. Progressivement, le groupe de travail a été amené à s’intéresser à l’autre bout de la chaîne, autrement dit aux modalités de recrutement des entreprises. Les pratiques de gestion de la main-d’œuvre lui sont en effet apparues comme un déterminant important des modes d’accès aux métiers. Or peu de travaux ont encore exploré cette voie.

Ce changement de point de vue modifie considérablement le regard porté sur la relation entre emploi et formation professionnelle. De fait, depuis une vingtaine d’années, les politiques en faveur de la formation professionnelle se sont multipliées – encore sous le dernier quinquennat. Elles sont en effet perçues comme un des principaux leviers de la lutte contre le chômage puisqu’elles sont censées réduire les difficultés de recrutement liées à l’inadéquation entre l’offre et la demande de compétences sur le marché du travail.

Cependant, force est de constater que les plans massifs de formation et l’élévation du niveau de diplôme ont eu peu de prise sur le taux de chômage. Certains travaux considèrent même que les effets de ces plans sont nuls, quand ils ne conduisent pas à dégrader relativement la situation des profils les moins diplômés. La première partie du rapport passe en revue la littérature sur ce sujet.

Ce constat entrouvre la porte à une autre interprétation des difficultés de recrutement, fondée non plus sur les défauts de compétences des actifs mais sur la qualité de la gestion de la main-d’œuvre pratiquée par les entreprises. Cette approche, complémentaire à la première, appelle la mise en œuvre de politiques de formation différenciées, selon les secteurs ou les profils, comme l’expose la deuxième partie du rapport.

Reste que cette gestion de la main-d’œuvre est complexe à appréhender car de nombreux facteurs entrent en ligne de compte. Quelle est la « structuration RH » d’une entreprise ? Quelles sont ses pratiques en matière de recrutement et de formation ? Plusieurs sources statistiques et diagnostics permettent heureusement de mieux connaître cette dimension : leur exposé fait l’objet de la troisième partie de ce rapport.

Que nous révèlent ces sources ? Précisément que le niveau et la spécialité de formation ne sont pas toujours le premier critère de recrutement des entreprises. Avec d’importantes variations selon les métiers, les secteurs ou les territoires, ces entreprises tendent à privilégier l’expérience et la motivation comme indicateur de la capacité des candidats à satisfaire aux exigences d’un poste. Dès lors, les difficultés de recrutement ou les pénuries invoquées changent de visage : elles pourraient refléter non pas une inadéquation entre compétences détenues et compétences attendues mais plutôt les propres difficultés des employeurs à identifier la capacité des candidats. En améliorant en amont la gestion des ressources humaines, il deviendrait dès lors possible d’améliorer in fine l’impact de la formation sur le retour à l’emploi. Pour les pouvoirs publics, il deviendrait possible de mieux cibler les réponses aux besoins en ressources humaines des entreprises – qu’ils relèvent de la formation initiale ou continue, de dispositifs d’emploi ou d’appui et d’accompa­gnement.

Promouvoir une telle démarche suppose que les acteurs institutionnels – les Régions, l’État, Pôle emploi, les partenaires sociaux – sortent d’une logique « adéquationniste » axée sur le « tout formation ». Cela suppose aussi que le monde de l’entreprise prenne ses responsabilités dans l’identification de ses besoins en compétences. Certaines branches ont déjà commencé ce travail en mettant en place des outils d’accompagnement de leurs adhérents : accompagnement de proximité réalisé par les branches professionnelles ou les OPCA ou plateforme RH financée par l’État, etc.

Toutefois, la responsabilisation et l’accompagnement des entreprises restent souvent traités de manière secondaire, avec des efforts qui portent essentiellement sur la seule phase de recrutement : aide à la définition des profils de poste, au processus du recrutement proprement dit ou encore à l’accueil du nouvel embauché. Nécessaire, cet outillage demande à être complété. Ces dernières années, cet appui RH s’est en outre concentré sur la construction d’outils généralisables à l’ensemble des entreprises alors que les sources statistiques identifiées dans ce rapport montrent à quel point les systèmes de gestion de compétences sont à la fois multiformes, complexes et évolutifs.

Ce rapport vise à permettre aux acteurs de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle (EFOP) de s’emparer de ce sujet pour l’intégrer à leur réflexion sur l’évolution des politiques d’emploi et de formation pour leur territoire ou leur branche professionnelle.

Consulter le rapprot de France Stratégie "Renforcer la capacité des entreprises à recruter" - août 2017

Formation continue et situation sur le marché du travail. Premiers indicateurs du volet salariés de l`enquête Defis - Céreq - Juillet 2017
  

L` Etude n°13 du CEREQ, présente les premiers résultats de la première vague d’interrogation des salariés du dispositif DEFIS qui a eu lieu à l’été 2015. Ces résultats portent principalement sur les aspects relatifs à la formation (types de formation suivie, relations et informations autour de la formation en entreprise) et aux évolutions professionnelles des salariés en interne (pour ceux qui sont toujours dans l’entreprise au moment de la première interrogation, c’est-à-dire à l’été 2015) et en externe (pour ceux qui ne sont plus dans l’entreprise).
Consulter cette publication : Céreq Etudes n°13 juillet 2017

Le gouvernement souhaite encourager "la mobilité circulaire des étudiants de haut niveau"
  

Le plan d’action du gouvernement pour mieux maîtriser les flux migratoires, présenté mercredi 12 juillet 2017 en Conseil des ministres, fixe notamment l’objectif d` "attirer davantage les talents et les compétences". Ainsi, "la mobilité circulaire des étudiants de haut niveau ou des jeunes professionnels sera encouragée". En outre, "la mise en œuvre du projet `France Visas` permettra, à partir de cet été, de moderniser la délivrance des visas en la rendant plus simple et plus fiable". Le gouvernement annonce aussi que le dispositif passeport talents "sera développé au moyen d’une campagne de promotion active". Créé par la loi relative au droit des étrangers en France, il s’agit d’une carte de séjour pluriannuelle qui s’adresse notamment aux chercheurs.
Pour en savoir plus sur le "Passeport Talent"

Quelles formations pour favoriser l`insertion professionnelle des jeunes ? Les pistes de l`Institut de l`entreprise - Publication de l’Institut de l’entreprise
  

L`Institut de l’entreprise a présenté, il y a quelques semaine, une note intitulée "un chemin de réussite pour chaque jeune" avec laquelle le think tank entend promouvoir des modalités de formation qui favorisent l’insertion professionnelle. Son objectif est de "faire connaître aux décideurs publics, aux acteurs de la formation, au monde enseignant, aux éducateurs, aux jeunes eux-mêmes et à leurs familles les dispositifs d’accompagnement et d’insertion professionnelle qui mènent à l’emploi, et d’en comprendre les facteurs de succès". La note pose les bases de ce que pourrait être un "parcours gagnant pour chaque jeune" et pose un certain nombre de "pistes d’actions" qui pourraient être développées pour parvenir sa mise en œuvre.

L`Insee met en ligne l`édition 2017 de son enquête "Emploi, chômage, revenus du travail"
  

L`Insee vient de mettre en ligne l`édition 2017 de son enquête "Emploi, chômage, revenus du travail".
Après la visualisation des principales évolutions du marché dut travail depuis 10 ans, des dossiers thématiques ("Les descendants d`immigrés maghrébins : des difficultés d`accès à l`emploi et aux salaires les plus élevés / Écarts salariaux entre les entreprises et au sein de l`entreprise : femmes et hommes payés à la même enseigne ? / Quelles sont les causes de la baisse de l`apprentissage dans l`enseignement secondaire ? / Trois segments pour mieux décrire le marché du travail) sont proposés.
Des fiches sur l`emploi, le chômage, le temps et les conditions de travail, ll`activité et l`inactivité complètent l`étude, de même qu`un glossaire et des annexes.

L`étude en ligne est disponible sur le site Internet de l`Insee.

Cybersécurité : les besoins en formation - Etude de la SYNTEC - juin 2017
  

Face à la pénurie de talents en matière de sécurité numérique et à la nécessité d’améliorer la professionnalisation des profils, Syntec Numérique a fait appel à l’OPIIEC* - observatoire de la Branche -, qui a mandaté le Cabinet EY, afin d’analyser les besoins en formation et en compétences dans la filière cybersécurité.
Publiée en juin, l’étude, réalisée avec l’appui de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d`information (ANSSI), avait pour principaux objectifs de :
- faire un état des lieux qualitatif et quantitatif des besoins en recrutement et en compétences dans les entreprises de la Branche, le tout selon les catégories de métiers ;
- effectuer un bilan qualitatif et quantitatif des compétences attendues par les entreprises de la Branche en matière de cybersécurité à court et moyen terme ;
- évaluer l’offre de formation initiale et continue existante en France notamment dans l`enseignement supérieur ;
- mettre en perspective les compétences attendues avec l’offre de formation initiale et continue actuelle et son développement prévisionnel sur 3 et 5 ans ;
- mesurer les impacts sur les emplois existants et les organisations (évolutions législatives et réglementaires).

Après avoir constaté que l’offre de formation en cybersécurité est diversifiée et en adéquation avec les besoins quantitatifs et qualitatifs des entreprises, l’étude identifie trois enjeux prioritaires :
- accroître l’attractivité et la visibilité de la filière cybersécurité pour les étudiants et les jeunes professionnels ;
- faciliter l’orientation et l’accès des lycéens et étudiants aux formations en cybersécurité ;
- accompagner la mobilité professionnelle et la montée en compétences des salariés vers les métiers de la cybersécurité.

L’étude propose une cartographie des métiers et recense plus de 500 formations longues, dispensées par des établissements d’enseignement supérieurs, et courtes, dispensées par des organismes de formation continue.
Elle établit les constats suivants :
- une pénurie de candidats ;
- des carrières dans la cybersécurité encore peu connues vis-à-vis du grand public ;
- des métiers méconnus et réduits à la dimension technique ;
- un taux de remplissage des formations initiales qui questionne le niveau d’attractivité de la filière ;
- des canaux de recrutement divers ;
- des initiatives remarquables sur lesquelles capitaliser ;
- l’évolution des compétences demandées par les entreprises ;
- une offre de formations en cybersécurité large mais peu lisible ;
- des difficultés de recrutement externes qui conduisent à renforcer les mobilités internes ;
- une sensibilisation encore insuffisante des dirigeants d’entreprises et des DRH.

Consulter cette étude

Un concours pour valoriser l`image du Bac pro, lancé par Afdet avec le soutien du mécénat de Safran
  

L’Afdet lance un concours pour valoriser le Baccalauréat professionnel et lutter contre les idées reçues, sous forme de courtes vidéos de jeunes en Bac pro, heureux de leur choix.
L’Afdet avec le soutien du mécénat Safran, appelle des élèves et apprentis actuellement en Bac pro à créer une courte vidéo (de 3 mn environ) sans fond sonore et déposer ce témoignage en ligne. Ils y évoqueront, par exemple, les apports de la formation Bac pro suivie, les contacts avec le milieu professionnel, en quoi cela a été un tremplin pour la réalisation du projet personnel …
Ce concours est ouvert jusqu`au 15 novembre 2017.
Pour plus d`information suivez ce lien

Prenez part aux 4èmes Journées Nationales d`action contre l`Illettrisme du 8 au 15 septembre 2017 !
  

Il s`agit de s`emparer de la date du 8 septembre, journée internationale de l`alphabétisation de l`UNESCO, pour rassembler pendant une semaine, chaque année, sous une bannière commune, des manifestations qui donnent à voir l`action conduite dans notre pays pour prévenir et lutter contre l`illettrisme.
Cette dynamique collective, très mobilisatrice (environ 300 événements chaque année) permet de susciter une prise de conscience, toujours plus accrue, sur l`illettrisme, de mieux informer sur les solutions de proximité pour aider les personnes concernées à faire le premier pas, et d`impliquer les médias locaux et nationaux.
Cette quatrième édition des Journées Nationales d`Action contre l`Illettrisme du 8 au 15 septembre 2017 poursuit l`idée de proposer une programmation nationale toujours aussi riche, de donner à voir toutes les manifestations labellisées pendant la période. Les porteurs d`événements labellisés JNAI bénéficient d`un kit de communication transmis par l`ANLCI et qui comprend des outils et ressources sur lesquels s`appuyer et des visuels.
Cette année, notamment,l`ANLCI nous vous donne la possibilité de vous emparer de la campagne de communication développée pour répondre au thème de cette 4ème édition : « Ensemble, on peut vaincre l’illettrisme »
Dans la lutte contre l’illettrisme, la rencontre est un élément déclencheur fondamental qui se fonde avant tout sur la confiance.
A travers la campagne de communication que l`ANLCI va diffuser et dont elle vous propose de vous emparer, elle souhaite que chacun puisse prendre conscience qu’il peut aider une personne confrontée à l’illettrisme en étant celui qui lui permettra de sortir de l’isolement et de faire le premier pas vers une solution.

Vous souhaitez :
- alerter les décideurs sur l’importance d’investir massivement dans le développement des compétences de base : lire, écrire, compter, utiliser l’outil numérique… ;
- que votre action de prévention et de lutte contre l’illettrisme soit reconnue et valorisée ;
- que les médias fassent connaître les solutions que vous proposez ?

L`ANLCI vous propose :
- d’organiser une manifestation (portes ouvertes, exposition, conférence…) entre le 8 et le 15 septembre 2017
- de demander à l’ANLCI le label « Agir ensemble contre l’illettrisme » pour que votre initiative renforce le mouvement initié par l’ANLCI « Ensemble on peut vaincre l’illettrisme ».
Vous pouvez renseigner le formulaire de demande de labellisation dès à présent.
Contacts : virginie.lamontagne@anlci.fr et ophelie.raveaud@anlci.fr

IFPS lance une nouvelle formation, le BTS "Services et Prestations des Secteurs Sanitaires et Social"
  

Au travers de son établissement IFPS dédié aux métiers de la pharmacie et de la santé, la CCI lance une nouvelle formation sur 2 ans, le BTS Services et Prestations des Secteurs Sanitaires et Social.
Le BTS Services et Prestations des Secteurs Sanitaire et Social (SP3S) forme des apprenants qui deviennent des interlocuteurs privilégiés au sein des établissements du sanitaire et du social.
Leurs missions :
- Faciliter au mieux la prise en charge des populations fragilisées, l’organisation des activités de la structure et jusqu’à la gestion et l’animation des équipes.
- Véritable assistant opérationnel, il facilite le lien entre les différents acteurs : institutions, familles, personnes dépendantes etc…
Pour plus d`ifnformation suivez ce lien

Retrouvez le compte-rendu de la matinale du CARIF Espace Compétences sur le numérique et l`orientation vers l`emploi
  

Le numérique transforme nos sociétés et nos économies. Chaque secteur, chaque métier, chaque usage est amené à muter.
Les pratiques d`orientation s`en trouvent impactées (développement de dynamiques pair à pair, intégration de médiateurs numériques etc…).
Face à cette mutation, comment mettre le BIG DATA au service de l`orientation vers l`emploi ?
Comment concilier accompagnement numérique et humain ?

La conférence du 19 mai 2017, dont le thème " La transformation numérique : un atout au service de l`orientation et de l`accompagnement vers l`emploi " a suscité beaucoup d`intérêt, s`est déroulée à l`amphithéatre de la Salle Agora à Aubagne, de 9h30 à 13h00.
Retransmise en webinaire, elle était donc diffusée en direct sur internet et accessible à tous ceux qui n`avaient pas pu faire le déplacement.
Les intervenants ont, chacun leur tour, exposé leur point de vue sur la transformation numérique puis ont pu répondre en direct aux nombreuses questions qui leur étaient posées sur le fil Twitter créé à cet effet (#numerique19mai).
Retrouvez ci-dessous l`enregistrement de la version webinaire* de cette matinale, les supports de présentation des intervenants, les sites présentés.

*S`agissant d`un enregistrement en direct, nous vous conseillons de vous équiper de matériel audio pour profiter pleinement du webinaire (un casque ou une petite enceinte de bureau, afin d’avoir un volume de son convenable).

Sortie du rapport national emploi, métiers et formations dans la filière équine
  

L’édition 2016 du Rapport national emploi, métiers et formations dans la filière équine vient de sortir.
Ce rapport décrit les emplois liés à la filière équine et plus particulièrement les emplois salariés agricoles générés par les établissements équestres, les centres d’entraînement de chevaux de courses et les structures d’élevage. En plus de l’évolution des conditions d’emploi des travailleurs, les derniers éléments de conjoncture discernent les secteurs d’activité en croissance.
Grâce aux autorités de tutelle et organismes de formation habilités, les effectifs en formation « filière équine » sont aussi précisés. Leur évolution met en lumière les secteurs en développement, en stagnation et ceux qui ne bénéficient plus du même attrait qu’il y a quelques années. Des renseignements sur les réformes des certifications en cours sont également présentés.
Enfin, l’adéquation emploi-formation est envisagée sous différents angles :
- l’insertion professionnelle des diplômés,
- les tensions de recrutement recueillies via la plateforme équi-ressources, de plus en plus représentative du marché du travail salarié, et ses 7 conseillers en territoire,
- les études « métier » et « secteur » réalisées depuis 2014 par l’Observatoire métiers, emploi, formations filière équine (OMEFFE) d’équi-ressources.
Les analyses ont été formulées en concertation avec des représentants de la filière équine.
Vous pouvez consulter ce rapport (au format PDF) à l`adresse URL suivante

Formation des adultes : la France toujours parmi les mauvais élèves selon l`Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE)
  

Comme chaque année, la France figure dans le peloton de queue des pays en matière d’accès des adultes à la formation, loin derrière la Nouvelle-Zélande, les pays nordiques ou encore les Pays-Bas dont les taux sont tous supérieurs à 60 %.
Sur un an, moins de 40 % des adultes (25-64 ans) ont participé à des activités de formation en France, selon le rapport "Regards sur l’éducation 2016" de l’OCDE publié jeudi 15 septembre 2016. Ce résultat est nettement inférieur à la moyenne des 33 pays étudiés par l’organisation internationale qui s’établit à 50 %, la France se classant 25e (1). Un point positif cependant : la France est un des rares pays à afficher un égal accès à la formation entre les femmes et les hommes. Tous pays confondus, l’OCDE constate par ailleurs qu’internet "est de loin la source d’information la plus souvent citée au sujet des possibilités de formation pour adultes", trois quarts des participants s’étant renseignés par ce biais. Dans le champ de la formation initiale, la France reste également caractérisée par un faible pourcentage de jeunes inscrits dans la voie professionnelle.
Source: AEF Social-RH, Dépêche n°545749.

Artisans : les conseils de la formation des chambres de métiers ont financé 69 000 formations en 2015 (DGE)
  

Plus de 69 000 chefs d’entreprises artisanales et auto-entrepreneurs ont bénéficiés, en 2015, d’une formation financée par un "conseil de la formation" des chambres régionales de métiers et de l’artisanat et des chambres de métiers et de l’artisanat de région.
Le bilan d’activité 2015 de ces derniers vient d’être publié par la DGE (Direction générale des entreprises) du ministère des Finances. Il montre que l’an passé, plus de 40 M€ issus des contributions des chefs d’entreprises artisanales et des auto-entrepreneurs ont été utilisés par ces "conseils de la formation".
Vous trouverez plus d`information en consultant l`article complet d`AEF.
Source: AEF

Le portail de l`alternance fait peau neuve!
  

Suite aux retours d’utilisateurs du portail de l’alternance, des améliorations ergonomiques sont apportées pour permettre aux internautes de trouver plus aisément l`information ou le service recherché.
Certains services proposés par le portail sont maintenant directement accessibles en page d’accueil: :
- faire une demande d’aide TPE jeunes apprentis
- publier une offre d’emploi en alternance
- simuler les salaires et les aides
- rechercher une offre de formation, etc.
Le menu de navigation a été simplifié pour proposer une information plus condensée pour « Découvrir l’alternance » et mieux « circuler » dans le portail selon son profil (employeur, alternant, organisme de formation).
A noter: L`adresse principale du portail reste la même www.alternance.emploi.gouv.fr, mais les url des pages intérieures du site sont modifiées. Merci d’actualiser vos liens, le cas échéant.
Vous pouvez vous rendre directement sur le portail de l`alternance, en suivant ce lien

Euromed + : Une plateforme au service de la formation professionnelle dans la zone euro-méditerranéenne
  

Euromed+ est un projet soutenu activement par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et qui s’inscrit dans les actions du 5+5 Éducation, Enseignement et Formation professionnelle. a été reconnu par l’ensemble des acteurs de la région comme un outil favorable à la coopération euro-méditerranéenne dans le domaine de la formation professionnelle.
Les partenaires du projet représentent actuellement les différents pays membres du groupe 5+5 à savoir l’Algérie, l’Espagne, la France, l’Italie, Malte, le Maroc, la Mauritanie, le Portugal et la Tunisie.
Cette plateforme offre :
• La possibilité pour les acteurs de la formation professionnelle de valoriser ou créer de nouveaux jumelages
• Une visibilité des formations professionnelles existantes
• Des offres de stage de qualité en partenariat avec SemSem
Elle s’adresse à la fois aux acteurs de la formation professionnelle (Centre de formation professionnelle, écoles, professeurs, et directeurs de centre de formation professionnelle) et à n’importe quelle personne souhaitant se renseigner sur la formation professionnelle initiale dans la zone euro-méditerranéenne, par exemple un individu en recherche de formation.
Il s’agit dans un premier temps de prendre en compte les niveaux 4 et 5 du cadre européen des certifications, à savoir techniciens et techniciens supérieur (pour en savoir plus :plus d`information sur ce lien avec une attention particulière donnée à onze secteurs d’activités considérés comme prioritaires par les acteurs régionaux. Ces secteurs d’activités sont :
• Maintenance automobile et aéronautique.
• Mécanique, mécatronique.
• Métiers du numérique.
• Bâtiment et Travaux Publics.
• Tourisme, hôtellerie, restauration.
• Transports.
• Énergie et industries extractives.
• Agriculture et agro-alimentaire.
• Environnement et développement durable.
• Métiers de la mer.
• Sanitaire et social
Présentation de la plateforme Euromed + : sur ce lien
Se connecter sur la plateforme Euromed + : sur ce lien

Le Pôle ressources de la Cité de la musique - Philharmonie de Paris, met en ligne des fiches pratiques des Métiers de la musique sur son site Internet.
  

La Cité de la Musique - Philharmonie de Paris vous invite à découvrir les métiers de la musique, par le biais de ses fiches pratiques mises en ligne sur son site Internet.
4 thèmes y sont développés:
- Apprendre et pratiquer: propose un focus sur l`enseignement initial, la pratique en amateur et l`option musique au collège et au lycée.
- L`éventail des métiers: propose un focus sur les formations supérieurs, les métiers, les diplômes et les parcours.
- La vie professionnelle: propose un focus sur l`environnement juridique et social de l`enseignant et du musicien et la politique culturelle.
- L`Index: propose de trouver toutes les pages et toutes les listes des métiers de la musique.
Vous souhaitez découvrir les fiches pratiques, rendez-vous sur le site Internet de la Cité de la Musique.

Le FAFIH met en ligne la quatrième édition des "portraits régionaux" pour mieux connaître le Tourisme en France
  

Depuis le 24 mai 2016, la quatrième édition des "portraits régionaux" du FAFIH, est en ligne.
Véritable outil d’aide à la décision, les portraits régionaux du FAFIH fournissent des éléments chiffrés et des analyses en matière de relation emploi/formation au niveau régional et infrarégional. Ils présentent un focus par région et activité de la répartition des 740 000 salariés et 211 400 établissements du secteur.
Cette 4ème édition des "portraits régionaux" proposent des données statistiques sur les flux d’apprentissage et l’implantation géographique des CFA liés à l’hôtellerie-restauration, aux loisirs et au tourisme et la répartition des dépenses de formation de l’OPCA par dispositif par région.

Quelques données pour la région PACA :
Concernant les établissements :
• Les établissements employeurs sont majoritairement des restaurants traditionnels (58%).
• Casinos et Instituts de Thalassothérapie sont bien implantés dans la région, principalement dans les Alpes-Maritimes et le Var.
• Sur ces 5 dernières années, le nombre d’établissements total connait une baisse légèrement plus marquée qu’au niveau national. (-5% contre -4%). Le recul est surtout le fait de fermeture d’un certain nombre d’établissements sans salariés.
• Les hôtels et débits de boissons subissent les pertes les plus importantes (-18% chacun). Les restaurants traditionnels employeurs affichent, eux, une progression de 6%.
Concernant les salariés :
• La région PACA se caractérise par une plus forte implantation de l’activité d’hôtellerie.
• L’emploi dans la région est également fortement impacté par les activités saisonnières (50 000 postes l’été et 9 000 postes l’hiver).
• 2/3 des salariés travaillent dans les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône.
• Sur ces 5 dernières années, l’emploi salarié du secteur est légèrement positif avec +1,5%.

Vous pouvez consulter l’étude par région sur le site Internet du FAFIH.

"Le compte est bon" le CPF raconté par ceux qui le vivent à travers un web-documentaire complet.
  

L`OPCA DEFI a fait concevoir et réaliser un web-documentaire sur le Compte Personnel de Formation (CPF).
Intitulé "Le compte est bon" ce web-documentaire raconté par ceux qui vivent le CPF, aborde 4 sujets:
- S`informer sur le CPF
- Choisir sa formation
- La certification
- Financer sa formation.
Vous pouvez visionner ce web-documentaire en cliquant sur ce lien

Qualipro-CFI, une association pour la qualification et la reconnaissance des consultants-formateurs indépendants.
  

Le 18 février 2016, voyait le jour, l`association Qualipro-CFI, présidée par le consultant en formation Lionel Soubeyran.
Cet association a pour mission la gestion et la promotion du répertoire professionnel des consultants-formateurs indépendants, pour leur donner une plus grande visibilité et attester de leur qualification.
S`articulant autour de 6 étapes principales, la procédure de reconnaissance respecte les critères du décret qualité qui s’appliquera à partir de janvier 2017.Dans ce cadre Qualipro-CFI devraitdéposer auprès du Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation Professionnelles(CNEFOP), une demande d’inscription sur la liste des certifications et labels Qualité.
Pour plus d`information ou vous inscrire, rendez-vous sur le site dédié.

Il est possible de réaliser un Congé Individuel de Formation – CIF – à l`étranger
  

Même en dehors de l’Union européenne, il est possible de réaliser un congé individuel formation. Mais la procédure de prise en charge est propre à chaque Opacif.
Plus d’informations sur le Congé Individuel de Formation :
- Salarié en CDI
- Salarié en CDD ou ex-CDD
Trouver votre OPACIF

Signature de la convention de coopération entre le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d`Azur et le Pôle emploi
  

Le 11 avril 2016, le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d`Azur et le Pôle emploi ont signé une convention de coopération portant sur les années 2016-2019.

Trois axes stratégiques y sont précisés :
- Contribuer à la réalisation dynamique d`un diagnostic socio-économique partagé de la région Provence-Alpes-Côte d`Azur.
- Renforcer la coordination de la Région et de Pôle emploi pour l`orientation et la formation professionnelle des demandeurs d`emploi dans le cadre de la stratégie définie par la Région, et en lien avec les acteurs économiques.
- Mobiliser l`action de Pôle emploi et de la Région au service du développement économique du territoire.

Des détails sur cette convention sont donnés sur les sites du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d`Azur et de Pôle emploi:
- Consulter l`article du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d`Azur
- Consulter l`article du Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d`Azur
- Consulter la convention sur le profil Slideshare de l`Avie Cap emploi

Un site Internet pour découvrir et faire adopter le certificat CléA
  

Les partenaires sociaux et le Copanef viennent de mettre en ligne un site Internet pour faire découvrir et populariser le certificat CléA qui se focalise sur l`acquisition des savoirs de base, au travers du "socle de connaissance et de compétences professionnelles" développé par le décret n°2015-172 du 13 février 2015.
Le site permet de décrire le dispositif à l`intention des demandeurs d`emploi, des salariés, des employeurs et donne les outils nécessaire à sa mobilisation (référentiel, étapes, acteurs..).
Il permet également de connaître les organismes qui informent et mettent le CléA en œuvre dans chaque département.

Le site Internet est disponible à l`adresse url suivante : www.certificat-clea.fr
Un article de présentation rédigé par le Centre Inffo est également disponible pour en savoir plus sur les objectifs du CléA

Décret n° 2015-790 du 30 juin 2015 relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue
  

Le décret n° 2015-790 du 30 juin 2015 relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue est paru au Journal Officiel du 1er juillet 2015.

Il détermine les critères permettant de s`assurer de la qualité des actions de formation.

Il permet de "préciser les critères que doivent prendre en compte les organismes collecteurs paritaires agréés (OPCA) mentionnés à l`article L. 6332-1, les organismes paritaires agréés pour la prise en charge du congé individuel de formation (OPACIF) mentionnés à l`article L. 6333-1, l`Etat, les régions, Pôle emploi et l`institution mentionnée à l`article L. 5214-1 lorsqu`ils financent une action de formation professionnelle continue, afin de s`assurer de la qualité de cette action. Il précise notamment le rôle du CNEFOP dans l`amélioration des démarches de certification de la qualité et prévoit que les organismes financeurs de formation doivent mettre à disposition des organismes de formation, des entreprises et du public, des informations relatives aux outils, méthodologies et indicateurs permettant de faciliter l`appréciation de la qualité des formations dispensées."

Le décret est disponible en ligne sur le site Internet de Légifrance.

Publication d`un arrêté relatif à la taxe d`apprentissage
  

Cet arrêté complète la liste nationale des établissements habilités à percevoir des fonds de la taxe d`apprentissage au titre du barème en raison des actions menées pour la promotion de la formation technologique et professionnelle initiale des métiers.

Publication du CEREQ sur l`évaluation de la formation dans les PME
  

Les entreprises, notamment les PME, évaluent de plus en plus souvent l`impact des formations sur leurs salariés.

Accédez à la publication

Prise en compte du socle de compétences par les branches professionnelles
  

Après l`adoption du décret relatif au socle de connaissances et compétences professionnelles, les CPNE des branches professionnelles devront effectuer un travail de contextualisation du référentiel pour l`adopter aux spécificités de leur secteur d`activités : la métallurgie, le textile et la propreté devraient être les premières concernées par ce travail.

Résultats du 8ème baromètre sur la perception des discriminations dans l`emploi réalisé par l`Ifop pour le Défenseur des droits et l`OIT
  

Plus de quatre demandeurs d`emploi sur cinq estiment fréquentes les discriminations à l`embauche, voire très fréquentes pour un tiers d`entre eux. L`origine extra-européenne expose aux discriminations.

Téléchargez les résultats du sondage

Partenariat entre l`Arpe, l`IRFEDD, l`ORM et le CARIF : pour une meilleure connaissance de l`état de l`emploi et de la place des femmes dans les métiers de l`économie verte en Provence-Alpes-Côte d`Azur
  

Les résultats du projet "Anticiper les opportunités d`emploi pour les femmes au sein de l`économie verte et verdissante" conduit par l`Agence Régionale Pour l`Environnement et l`Ecodéveloppement (ARPE PACA) pendant 2 ans et coréalisé avec l`Institut Régional de Formation à l`Environnement et Développement Durable (IRFEDD) et l`Observatoire régional des Métiers (ORM) ont été présentés le 17 septembre dernier.
Le livret pratique "Emplois verts, opportunités pour les femmes ?" édité dans le cadre de ce projet a été remis à cette occasion.

Parmi les activités liées à l`économie verte en PACA, quatre sont porteuses d`enjeux emblématiques au regard de la place des femmes : l`entretien, la création des espaces verts, du traitement des déchets, de l`assainissement de l`eau et de la maintenance. Elles sont présentées en focus thématiques au fil des pages.

Retrouvez ce livret sur le site de l`ARPE, de l`IRFEDD ou de l`ORM