Zoom sur ...

Portail VAE

 
Embaucher un apprenti
  

! VOUS AVEZ TOUT INTERET A EMBAUCHER UN APPRENTI !

Vous formez un futur collaborateur
L’apprentissage, c’est un jeune collaborateur que vous formez à vos méthodes de travail et qui, après une période de formation initiale, peut être progressivement autonome.

Vous pouvez embaucher sans avoir peur de vous tromper
Avec l’apprentissage, vous avez de 6 mois à 4 ans pour former votre jeune collaborateur et lui apprendre toutes les ficelles du métier.
L’apprentissage démarre avec une période de 45 jours (consécutifs ou non) au cours de laquelle le contrat peut être rompu par une procédure aménagée.

Vous bénéficiez d’aides pour recruter
En prenant un apprenti, vous pouvez bénéficier d’aides financières :
- Une aide unique pour les employeurs d’apprentis ;
- Une exonération de cotisations sociales. Celle-ci peut être totale ou partielle selon la taille de l’entreprise ou la qualité d’artisan.
- Aides en cas d’embauche d’un travailleur handicapé. Consulter le site de l’Agefiph.
- Dans la fonction publique, le FIPHFP finance au cas par cas des aides techniques et humaines qui permettent aux employeurs publics de favoriser l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap. Consulter le site du FIPHFP.
- Des déductions fiscales de la taxe d’apprentissage (bonus alternants, frais de stage, dons en nature) - pour en savoir plus, cliquer ici.

Vous transmettez les savoir-faire de votre entreprise
Le maître d’apprentissage, qui joue un rôle central dans la formation de l’apprenti, peut être le chef d’entreprise ou un salarié volontaire.
En prenant un apprenti, vous pourrez conserver et transmettre les savoir-faire de votre entreprise.

Vous formez pour préparer votre départ
Prendre un apprenti, c’est aussi préparer l’avenir et particulièrement la transmission de votre entreprise !
En effet, l’apprenti que vous avez formé est le mieux placé pour reprendre votre entreprise car il connaît vos savoir-faire et votre clientèle.

Source : Ministère du Travail

Covid 19 - Travailleurs saisonniers : une circulaire fixe les conditions d’entrée sur le territoire
  

Modalités d’entrée en France et documents justificatifs

Les travailleurs saisonniers agricoles ayant la nationalité ou résidant dans un État membre de l’Union européenne, de l’espace Schengen et du Royaume-Uni, d’Andorre, de Monaco, de Saint-Marin et du Vatican sont autorisés à entrer et à travailler en France.

Ce dispositif est donc strictement limité aux travailleurs saisonniers dans le domaine agricole.

Pour entrer et travailler en France, ces derniers doivent être munis, lors du franchissement de la frontière et pendant leur séjour :
• de l’attestation de déplacement international dérogatoire individuelle, selon le modèle disponible sur le site du ministère de l’intérieur (qui inclut la déclaration sur l’honneur d’absence de symptômes d’infection par la COVID-19) ;
• de l’attestation « employeur » de déplacement international, selon le modèle disponible sur le site du ministère de l’intérieur ;
• de l’un des documents suivants : la déclaration préalable à l’embauche ; l’accusé de réception du titre emploi simplifié agricole (TESA ou TESA+) ; un contrat de travail conclu avec une entreprise ou une exploitation établie en France.

Aucune autre formalité n’est requise pour l’entrée et le séjour de ces travailleurs saisonniers sur le territoire.

Mesures de quarantaine

Les saisonniers devant séjourner en France pour une durée supérieure à 48 heures sont soumis, en France et à la charge de leur employeur, à une mesure de quarantaine ou à une mesure équivalente.

A ce titre, en lieu et place de la quarantaine, l’employeur peut s’engager à ce que les déplacements des saisonniers concernés soient limités, pendant quatorze jours, au strict minimum en prenant l’une des mesures suivantes :
- soit l’hébergement sur le lieu ou à proximité immédiate du lieu de travail sans sorties ;
- soit, en cas d’hébergement à l’extérieur du lieu de travail, la limitation des déplacements des personnes au trajet domicile-travail.

Mesures d’information et de protection

Les employeurs doivent prendre toutes les mesures adéquates (transport, hébergement, organisation du travail, fourniture d’équipements et mesures de distanciation physique au travail) afin de protéger les travailleurs saisonniers et les autres travailleurs.

Ces dernières sont décrites dans les Fiches conseils métiers et guides pour les salariés et les employeurs.

Source : Ministère du Travail

Évolution de la prise en charge de l’activité partielle au 1er juin 2020
  

Au 1er juin, les conditions de prise en charge de l’indemnité d’activité partielle seront revues, pour accompagner cette reprise :

- L’indemnité versée au salarié est inchangée : pendant l’activité partielle, il perçoit 70 % de sa rémunération brute (environ 84% du salaire net), et au minimum le SMIC net.

- La prise en charge de cette indemnité par l’Etat et l’Unédic sera de 85 % de l’indemnité versée au salarié, dans la limite (inchangée) de 4,5 SMIC. Les entreprises seront ainsi remboursées de 60% du salaire brut, au lieu de 70% précédemment.

- Conformément aux engagements pris dans le cadre du comité interministériel du Tourisme du 14 mai dernier, les secteurs faisant l’objet de restrictions législatives ou réglementaires particulières en raison de la crise sanitaire, continueront à bénéficier d’une prise en charge à 100%.

Cette mesure sera mise en œuvre par décret, après l’adoption du projet de loi relatif à diverses dispositions liées à la crise sanitaire, à d’autres mesures urgentes ainsi qu’au retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne, en cours d’examen au Parlement. Ce projet de loi permettra notamment la modulation du dispositif d’activité partielle selon les secteurs d’activité.

Elle permet d’encourager la reprise d’activité dans les secteurs qui ne subissent plus de contraintes à la reprise, tout en préservant les secteurs qui demeurent fermés ou très impactés par les mesures sanitaires, et en garantissant le même niveau d’indemnisation pour salariés.

Source : Ministère du Travail

Fiches conseils métiers pour les salariés et les employeurs
  

Le ministère du Travail dans le cadre d’un groupe de travail piloté par l’INTEFP (Institut National du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle), avec le concours des ministères de l’agriculture et de l’économie, de l’Anses, du réseau Assurance maladie risques professionnels, de l’INRS, de l’Anact et des médecins du travail coordonnés par Présance, a rédigé des fiches conseils. Elles sont destinées aux employeurs, qui est responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés, mais qui seront utiles aussi à tous les travailleurs, pour se protéger des risques de contamination au COVID-19.

Problématiques communes à tous les métiers :
- Suspicion de contamination
- Gestion des locaux communs et vestiaires
- Travail dans l’intérim
- Travail des personnes en situation de handicap
- Télétravail des personnes en situation de handicap

Autres Fiches conseils métiers :
- Agriculture, élevage, agroalimentaire, jardins et espaces verts
- Commerce de détail, restauration, hôtellerie
- Propreté, réparation, maintenance
- Industrie, production
- Transports, logistique
- Autres services

Guides édités par les organisations professionnelles :
- Transports, logistique, réparation cycles et auto
- BTP, construction, matériaux
- Autres secteurs

Source : Ministère du Travail

COVID-19 | Objectif reprise : outil gratuit pour aider les TPE et les PME
  

À compter du 19 mai, les entreprises qui rencontrent des difficultés dans la poursuite ou la reprise de leur activité peuvent - grâce au dispositif "Objectif reprise" - bénéficier de conseils et d’appui gratuits sur les questions de prévention, de ressources humaines, d’organisation du travail ou de management.

« Objectif reprise » propose notamment un questionnaire pour aider l’entreprise à mieux évaluer ses points forts et marges de progrès dans le cadre de la reprise ou de la continuité de l’activité :
- Accès au questionnaire pour les TPE jusqu’à 11 salariés
- Accès au questionnaire PME de 11 à 250 salariés
- différentes formes de conseil et d’orientation : en ligne, via des webconférences, des modalités individuelles ou inter-entreprises.
- un accompagnement des partenaires sociaux par des experts des conditions de travail pour les entreprises ayant plus particulièrement besoin d’être soutenues.

Vous pouvez également consulter le site de l`Agence Nationale pour l`Amélioration des Conditions de Travail

Source : Ministère du Travail

Conventions de FNE-Formation
  

Dans le cadre de la crise du Covid-19, le dispositif FNE-Formation est renforcé de manière temporaire afin de répondre aux besoins des entreprises en activité partielle par la prise en charge des coûts pédagogiques. Il est accessible à toutes les entreprises qui ont des salariés en chômage partiel, par une simple convention signée entre l’entreprise et la Direccte.

Qui sont les bénéficiaires de ce dispositif d’urgence ?
L’ensemble des entreprises ayant des salariés placés en activité partielle sont éligibles pour ces salariés à l’exception des salariés en contrat d’apprentissage ou en contrat de professionnalisation. Il n’y a pas de critère de taille d’entreprise ou de secteur d’activité. Tous les salariés, à l’exception des alternants sont éligibles, indépendamment de leur catégorie socio-professionnelle ou de leur niveau de diplôme.
Doivent être exclus d’emblée les salariés pour lesquels :
- est notifiée la rupture du contrat de travail (toute rupture du contrat de travail pour motif économique, quel que soit le cadre d’intervention de cette rupture, plan de sauvegarde de l’emploi, plan de départ volontaire, notamment) ;
- est prévu un départ à la retraite dès lors qu’il s’insère dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi ;
- la Direccte a homologué une ou plusieurs ruptures conventionnelles.

Quelles sont les formations éligibles ?
Les actions éligibles sont celles prévues aux 1°, 2° et 3° de l’article L. 6313-1 du Code du travail dont celles permettant d’obtenir une des qualifications mentionnées et L. 6314-1 du même Code, réalisées à distance notamment dans le cadre du plan de développement des compétences, à l’exception des formations relevant de l’obligation de formation générale à la sécurité incombant à l’employeur (articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail) et des formations par apprentissage ou par alternance. La formation doit permettre au salarié de développer des compétences et renforcer son employabilité, quel que soit le domaine concerné.

Quels sont les coûts éligibles ?
Les coûts admissibles d’un projet d’aide au développement des compétences sont constitués des coûts de personnel des formateurs, intervenant pour les heures durant lesquelles ils participent à la formation à distance et les coûts généraux indirects (coûts administratifs hors salaires, frais généraux).
Dans le cadre de la prise en charge des coûts de fonctionnement directement liés au projet de développement des compétences, les coûts d’aménagement sont exclus, à l’exception des coûts d’aménagement à distance minimaux nécessaires pour permettre aux personnes en situation de handicap de bénéficier des actions proposées.

Quelle est l’aide de l’État ?
A l’exception des salaires, déjà soutenus par l’activité partielle, l’État prend en charge 100 % de ces coûts pédagogiques sans plafond horaire.

Quelle est la procédure ?
Les dossiers de demande de subvention FNE-Formation sont instruits par les Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) et par les opérateurs de compétences (OPCO).

Documents :
- Télécharger la convention de formation du FNE à signer entre la Direccte et l’entreprise
- Télécharger la demande de subvention au titre du FNE-Formation
- Télécharger le Questions-réponses sur le dispositif d’urgence du FNE-formation.

Source : Ministère du Travail

Protocole national de déconfinement pour les entreprises pour assurer la sécurité et la santé des salariés
  

le ministère du Travail a publié un PROTOCOLE NATIONAL DE DECONFINEMENT pour aider et accompagner les entreprises et les associations, quelles que soient leur taille, leur activité et leur situation géographique, à reprendre leur activité tout en assurant la protection de la santé de leurs salariés grâce à des règles universelles.

Il est divisé en 7 parties distinctes et apportent des précisions relatives :
• aux recommandations en termes de jauge par espace ouvert ;
• à la gestion des flux ;
• aux équipements de protection individuelle ;
• aux tests de dépistage ;
• au protocole de prise en charge d’une personne symptomatique et de ses contacts rapprochés ;
• à la prise de température ;
• au nettoyage et à désinfection des locaux.

Source : Ministère du travail

Guides plan de continuité de l`activité économique et bonnes pratiques face au Covid 19 édités par les organisations professionnelles
  

Guide des bonnes pratiques entreprises et des salariés du transport routier de marchandises et des prestations logistiques | Télécharger le document

Bonnes pratiques à destination des employeurs et salariés des entreprises de transport de fonds et traitement de valeurs pour prévenir la propagation du COVID 19 | Télécharger le document

Guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de la construction en période d’épidémie de coronavirus COVID-19 | Télécharger le document

Guide Plan continuité activité - Entreprise et industrie de la filière bois | Télécharger le document

Source : Ministère du Travail

Fiches conseils métiers pour les salariés et les employeurs - Autres services
  

Le ministère du Travail dans le cadre d’un groupe de travail piloté par l’INTEFP (Institut National du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle), avec le concours du ministère de l’agriculture, de l’Anses, du réseau Assurance maladie risques professionnels, de l’INRS, de l’Anact et des médecins du travail coordonnés par Présance, a rédigé des fiches conseils destinées aux employeurs, qui est responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés, mais qui seront utiles aussi à tous les travailleurs, pour se protéger des risques de contamination au COVID-19.

Fiche "Conseiller clientèle et/ou personnel d’accueil dans le secteur de la banque" | Télécharger la fiche

Fiche "Opérateur en centre d’appels" | Télécharger la fiche

Fiche "Chauffeur Livreur" | Télécharger la fiche

Fiche "Agent de sécurité" | Télécharger la fiche

Fiche "Agent funéraire" | Télécharger la fiche

Source : Ministère du Travail

Fiches Conseils métiers pour les salariés et les employeurs - Propreté, réparation, maintenance
  

Le ministère du Travail dans le cadre d’un groupe de travail piloté par l’INTEFP (Institut National du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle), avec le concours du ministère de l’agriculture, de l’Anses, du réseau Assurance maladie risques professionnels, de l’INRS, de l’Anact et des médecins du travail coordonnés par Présance, a rédigé des fiches conseils destinées aux employeurs, qui est responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés, mais qui seront utiles aussi à tous les travailleurs, pour se protéger des risques de contamination au COVID-19.

Fiche "Prestataire d’entretien de locaux" | Télécharger la fiche

Fiche "Travail dans la collecte des ordures ménagères (OM)" | Télécharger la fiche

Fiche "Travail dans la blanchisserie industrielle" | Télécharger la fiche

Fiche "Agent de maintenance" | Télécharger la fiche

Fiche "Plombier - Installateur sanitaire" | Télécharger la fiche

Fiche "Travail dans le dépannage - Intervention à domicile" | Télécharger la fiche

Fiche "travail dans une station service" | Télécharger la fiche

Fiche "Travail dans un garage" | Télécharger la fiche

Source : Ministère du Travail

Fiches conseils métiers pour les salariés et les employeurs - Commerce de détail, restauration, hôtellerie
  

Le ministère du Travail dans le cadre d’un groupe de travail piloté par l’INTEFP (Institut National du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle), avec le concours du ministère de l’agriculture, de l’Anses, du réseau Assurance maladie risques professionnels, de l’INRS, de l’Anact et des médecins du travail coordonnés par Présance, a rédigé des fiches conseils destinées aux employeurs, qui est responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés, mais qui seront utiles aussi à tous les travailleurs, pour se protéger des risques de contamination au COVID-19.

Fiche "Travail en drive" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail en caisse" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail dans un commerce de détail" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail en boulangerie" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail dans la restauration collective ou la vente à emporter" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail dans l’hôtellerie - femme et valet de chambre " : Télécharger la fiche

Fiche "Réceptionniste ou veilleur de nuit " : Télécharger la fiche

Source : Ministère du Travail

Fiches conseils métiers et guides pour les salariés et les employeurs - Agriculture, élevage, agroalimentaire, jardins et espaces verts
  

Le ministère du Travail dans le cadre d’un groupe de travail piloté par l’INTEFP (Institut National du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle), avec le concours du ministère de l’agriculture, de l’Anses, du réseau Assurance maladie risques professionnels, de l’INRS, de l’Anact et des médecins du travail coordonnés par Présance, a rédigé des fiches conseils destinées aux employeurs, qui est responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés, mais qui seront utiles aussi à tous les travailleurs, pour se protéger des risques de contamination au COVID-19.

Fiche "Travail dans le maraîchage" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail circuit court - amap - vente à la ferme" : Télécharger la fiche

Fiche "Activités agricoles" : Télécharger la fiche

Ficha "Actividades agrícolas" : Descargar la ficha (en español)

Fiche "Chantiers de travaux agricoles" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail saisonnier" : Télécharger la fiche

Ficha "Trabajo de temporada" : Descargar la ficha (en español)

Fiche "Activité viticole et/ou de vinification" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail dans la conchyliculture et la mytiliculture" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail filière cheval" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail dans l’élevage" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail en abattoir" : Télécharger la fiche

Fiche "Travail sur un chantier de jardins ou d’espaces verts" : Télécharger la fiche

Source : Ministère du Travail

COVID 19 : l`Agefiph prend 10 mesures exceptionnelles pour soutenir l’emploi des personnes handicapées
  

Au regard des besoins urgents qui s’expriment au sein des territoires, l’Agefiph prend 10 mesures exceptionnelles pour soutenir l’emploi des personnes handicapées.

En complément des mesures instaurées par les pouvoirs publics, l’Agefiph a décidé de créer ou adapter 10 aides financières et services pour accompagner les personnes handicapées dans leur parcours professionnel. Ces mesures concernent à la fois les personnes en emploi, en formation professionnelle, les demandeurs d’emploi, les employeurs privés et les entrepreneurs travailleurs handicapés.

Ces mesures exceptionnelles complètent les dispositions déjà prises avec nos équipes, partenaires et prestataires pour assurer, en période de confinement, la continuité du service dans le respect des règles fixées par le gouvernement.

Ces mesures exceptionnelles, pour un coût évalué à 23 M €, sont valables rétroactivement à compter du 13 mars 2020, et jusqu’au 30 juin 2020.
Lien vers le communiqués de presse

Source : agefiph.fr

Coronavirus - Soutien aux dirigeants en Provence Alpes Côte d`Azur
  

La région va débloquer une enveloppe de 18 millions d’euros pour les entreprises les plus touchées par l’épidémie. Dans le détail, un fonds d’urgence de 5 millions d’euros sera spécifiquement dédié aux entreprises touristiques, culturelles et du sport mais également aux PME industrielles qui connaissent des retards d’approvisionnement ou des rupture de stock. Les entreprises qui subiront une perte de chiffre d’affaires d’au moins 30% sur deux mois pourront bénéficier d’un prêt jusqu’à 50.000 euros avec un différé gratuit de 18 mois. 5 millions d’euros seront abondés sous forme de garantie d’emprunt. Une enveloppe de 2 millions est dédiée aux entreprses de la restauration.

Contacts Service de la région
Référent unique de la DIRECCTE :
paca-continuite-eco@direccte.gouv.fr
04.86.67.32.86

Contacts BPI
Direction régionale Marseille : 04.91.17.44.00
Directeur régional : Pierre Villefranque

Délégation Nice : 04.92.29.42.80
Déléguée territoriale : Emilie Souilmi

Délégation Avignon : 04.90.86.78.00
Délégué territorial : Stéphane Lo Piccolo

Contacts CRP
Pour les départements 04 (Alpes-de-Haute-Provence), 05 (Hautes-Alpes), 13 (Bouches-du-Rhône), 83 (Var) et 84 (Vaucluse) :
Laurent NEYER
Tel.: 04.86.67.34.13 / 06.07.30.03.03
laurent.neyer@direccte.gouv.fr

Source : maregionsud.fr

Coronavirus - Dispositif exceptionnel d’activité partielle
  

Afin de limiter les conséquences d’une baisse d’activité, liée à l’épidémie de COVID-19, le Gouvernement a souhaité redimensionner le dispositif d’activité partielle (aussi appelé « chômage partiel ou technique »).

Téléchargez le document de présentation du dispositif exceptionnel

Source : travail-emploi.gouv.fr

Opco Uniformation - Financer votre plan de développement des compétences
  

Chaque année, le conseil d’administration d‘Uniformation fixe des critères d’accès aux fonds de la formation, quand ceux-ci proviennent de la contribution à la formation professionnelle et à l’apprentissage, la partie que nous appellerons « légale » (0,55% pour les structures de moins de 11 salariés et 1% pour les structures de 11 salariés et plus). Les branches professionnelles font de même pour les contributions fixées par leurs soins : celle dites conventionnelles.

Zoom sur les fonds issus de la contribution légale
Suite à la réforme de 2018 Pour la liberté de choisir son avenir professionnel, la contribution des entreprises à la formation professionnelle et à l’apprentissage finance plusieurs dispositifs de formation :
- L’alternance et les centres de formation des apprentis (CFA)
- Le compte personnel de formation
- Le conseil en évolution professionnelle
- Les projets de transition professionnelle
- La formation des demandeurs d’emploi
- Le plan de développement des compétences des entreprises de moins de 50 salariés

Une belle part est dédiée à l’alternance, ce qui mécaniquement fait baisser le disponible pour le financement du plan de développement des compétences.

Le conseil d’administration d’Uniformation a donc modifié ses critères 2020 : une seule demande de financement par an à hauteur de 1500 euros. Les frais annexes ne sont pris en charge que pour les structures de moins de 11 salariés. Pour en savoir plus

La même loi réserve l’accès à ces fonds aux entreprises et structures de moins de 50 salariés, bien que toutes les entreprises y contribuent.

Comprendre comment accéder aux fonds issus des contributions conventionnelles

Chaque année, votre branche professionnelle fixe un cadre : budget à la main des entreprises, parfois en fonction de la taille de structures, demande d’aides financières, offre de formation clés en main, projet collectif, prenez connaissance de ce qui est possible en consultant notre page dédiée, sans omettre d’utiliser les filtres en haut de page pour choisir votre branche professionnelle et la taille de votre structure.

Si les partenaires sociaux de la branche professionnelle dont relève votre entreprise n’ont pas instauré de financement conventionnel dédié, le financement de vos projets de formation relève des fonds légaux et de ce que vous investissez sur vos fonds propres pour le développement des compétences de vos salariés.

Source : uniformation.fr

Coronavirus - Coronavirus et maintien de l`activité de formation
  

Dans un contexte de lutte contre la propagation du virus COVID-19, l’accueil en formation par les organismes de formation est suspendu jusqu’à nouvel ordre.
Pour autant, le ministère du Travail et Régions de France invitent à une mobilisation de tous pour que l’activité de formation soit maintenue via le déploiement de modalités de formation à distance.

- Cela suppose de maintenir le lien, au quotidien, avec les personnes engagées dans une formation, à travers différentes modalités (accès à des ressources en ligne ; individualisation et coaching quotidien par sms ou téléphone ; programmation en audio ou visio de temps d’échanges, etc.).

- Pour garantir ce lien continu et régulier avec les stagiaires de la formation professionnelle et d’éviter ainsi les ruptures de parcours, le ministère du Travail travaille, avec Régions de France, à la mise à disposition des organismes de formation de ressources pédagogiques, à la fois sous la forme de plateformes et solutions techniques permettant de diffuser, d’animer des formations et d’assurer le lien pédagogique à distance, de contenus de formation et d’éléments de méthodes pour faciliter la transformation d’une formation en présentiel en formation à distance.

- Le type de ressources mobilisables et les accès à ces ressources seront proposés cette semaine, à la fois sur le site du Ministère du travail et de Régions de France.

- Dans tous les cas, et notamment lorsque le lien avec les stagiaires qui ont débuté leur formation ne pourra pas être maintenu, le ministère du Travail et Régions de France prendront les dispositions pour maintenir le niveau de rémunération des stagiaires durant toute la période de report.

Nous savons pouvoir compter sur la mobilisation de tous pour ne laisser personne sur le bord de la route, permettre aux demandeurs d’emploi de maintenir la dynamique d’apprentissage et de remobilisation qu’ils ont entamée et préparer ainsi l’avenir.

Source : paca.direccte.gouv.fr

Coronavirus - Dans le cadre d`évolution du contexte de l`épidémie de Covid-19, le ministère du Travail précise les règles applicables aux CFA et aux organismes de formation
  

Tous les CFA et les organismes de formation suspendent l’accueil en formation, et ce jusqu’à nouvel ordre. Ce principe s’applique à l’ensemble des personnes en formation quel que soit leur statut. Les organismes de formation et les CFA sont invités à poursuivre l’activité, à travers des modalités de formation à distance.

- Pour les CFA, les règles suivantes s’appliquent :
• Le « coût contrat » est maintenu et sera payé par les OPCO. Les CFA ne pourront donc pas avoir accès à l’activité partielle, sauf décision de fermeture par la préfecture.
• Les jeunes en formation devront rejoindre leur entreprise. Si celle-ci est en activité partielle, ils en bénéficieront au même titre que les salariés ; leur rémunération sera maintenue.

- Les salariés en contrat de professionnalisation bénéficieront des mêmes mesures, y compris sur la modalité de financement et de prise en charge par les OPCO. Les organismes de formation ne pourront donc pas avoir accès à l’activité partielle au titre de cette activité de formation en alternance.

- Pour les organismes de formation, le principe est de privilégier le maintien de l’activité lorsque les formations peuvent se poursuivre par un enseignement à distance et donc le maintien du financement de la prestation par leur financeur.

• Les règles de contrôle de service fait évoluent pour permettre l’organisation de la formation à distance avec des modes de preuve facilitées et allégées ; les preuves pourront être apportées par tout moyen.
• En cas de besoin, les décalages éventuels des sessions seront rendus possibles.
• En cas d’impossibilité de maintenir temporairement l’activité, les règles d’activité partielle s’appliquent aux salariés du centre ou de l’organisme de formation concerné
• Dans tous les cas, les bénéficiaires demandeurs d’emploi en cours de formation voient leur rémunération de stagiaire de la formation professionnelle garantie pendant la période de suspension, jusqu’à la fin de la formation.

- Pour accompagner les CFA et les organismes de formation à recourir à la formation à distance, le ministère du Travail mettra prochainement à disposition des centres de formation, de leurs stagiaires ou apprentis, des outils et des contenus numériques.

- Un Questions / Réponses précise les modalités applicables aux CFA. Ce Questions / Réponses s’enrichira dans les prochains jours d’informations complémentaires sur l’activité des organismes de formation

Source : paca.direccte.gouv.fr

Coronavirus - mesures exceptionnelles concernant les impôts payables auprès des services des impôts des entreprises (SIE) de la DGFiP
  

Concernant les impôts payables auprès des services des impôts des entreprises (SIE) de la DGFiP :

Pour les entreprises (ou les experts-comptables qui interviennent pour des clients dans cette situation), il est possible de demander au service des impôts des entreprises le report sans pénalité du règlement de leurs prochaines échéances d`impôts directs (acompte d`impôt sur les sociétés, taxe sur les salaires).

Si elles ont déjà réglé leurs échéances de mars, elles ont peut-être encore la possibilité de s’opposer au prélèvement SEPA auprès de leur banque en ligne. Sinon, elles ont également la possibilité d`en demander le remboursement auprès de leur service des impôts des entreprises, une fois le prélèvement effectif.

Pour les travailleurs indépendants, il est possible de moduler à tout moment le taux et les acomptes de prélèvement à la source. Il est aussi possible de reporter le paiement de leurs acomptes de prélèvement à la source sur leurs revenus professionnels d’un mois sur l’autre jusqu’à trois fois si leurs acomptes sont mensuels, ou d’un trimestre sur l’autre si leurs acomptes sont trimestriels. Toutes ces démarches sont accessibles via leur espace particulier sur impots.gouv.fr, rubrique « Gérer mon prélèvement à la source » : toute intervention avant le 22 du mois sera prise en compte pour le mois suivant.

Pour les contrats de mensualisation pour le paiement du CFE ou de la taxe foncière, il est possible de le suspendre sur impots.gouv.fr ou en contactant le Centre prélèvement service : le montant restant sera prélevé au solde, sans pénalité.

Pour faciliter l`ensemble des démarches, la DGFiP met à disposition un modèle de demande, disponible sur le site impots.gouv.fr, à adresser au service des impôts des entreprises.

=> Voir « Documentation utile »

Pour toute difficulté dans le paiement des impôts, ne pas hésiter à se rapprocher du service des impôts des entreprises, par la messagerie sécurisée de leur espace professionnel, par courriel ou par téléphone.

Source : urssaf.fr

Coronavirus - mesures exceptionnelles pour accompagner les les Travailleurs Indépendants, Artisans, Commerçants et Professions Libérales
  

Pour les travailleurs indépendants :
L’échéance mensuelle du 20 mars ne sera pas prélevée. Dans l’attente de mesures à venir, le montant de cette échéance sera lissé sur les échéances ultérieures (avril à décembre).

En complément de cette mesure, les travailleurs indépendants peuvent solliciter :
- l’octroi de délais de paiement, y compris par anticipation. Il n’y aura ni majoration de retard ni pénalité ;
- un ajustement de leur échéancier de cotisations pour tenir compte d’ores et déjà d’une baisse de leur revenu, en réestimant leur revenu sans attendre la déclaration annuelle ;
- l’intervention de l’action sociale pour la prise en charge partielle ou totale de leurs cotisations ou pour l’attribution d’une aide financière exceptionnelle.

Quelles démarches ?

Artisans ou commerçants :

- Par internet sur secu-independants.fr, Mon compte pour une demande de délai ou de revenu estimé
- Par courriel, en choisissant l`objet « Vos cotisations », motif « Difficultés de paiement »
- Par téléphone au 3698 (service gratuit + prix appel)

Professions libérales :

- Par internet, se connecter à l’espace en ligne sur urssaf.fr et adresser un message via la rubrique « Une formalité déclarative » > « Déclarer une situation exceptionnelle ».
- Par téléphone, contacter l’Urssaf au 3957 (0,12€ / min + prix appel) ou au 0806 804 209 (service gratuit + prix appel) pour les praticiens et auxiliaires médicaux.

Source : urssaf.fr

Coronavirus - Attestation de déplacement dérogatoire
  

Depuis janvier 2020, une épidémie de Coronavirus COVID-19 (ex 2019-nCoV) s’est propagée depuis la Chine.
Retrouvez toutes les réponses officielles aux questions que vous vous posez sur ce qu’est le Coronavirus COVID-19 et les recommandations pour votre santé sur la plateforme : gouvernement.fr/info-coronavirus

Le 16 mars 2020, le Président de la République a décidé de prendre des mesures pour réduire les contacts et déplacements au strict minimum sur l’ensemble du territoire à compter du mardi 17 mars à 12h00, pour quinze jours minimum.

Des dérogations sur attestation seront possible dans le cadre de :

- déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail (sur justificatif permanent) ou déplacements professionnels ne pouvant être différés ;
- déplacements pour effectuer des achats de première nécessité dans des établissements autorisés (liste sur gouvernement.fr) ; déplacements pour motif de santé ;
- déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants ;
- déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins des animaux de compagnie.

L`attestation de déplacement dérogatoire est téléchargeable sur le site interieur.gouv.fr ou peut être rédigée sur papier libre

Coronavirus : Arrêté du 15 mars 2020 complétant l`arrêté du 14 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19
  
OPCO AKTO (anciennement ESSFIMO) – entreprises à forte intensité de main d’œuvre
  

L’OPCO AKTO regroupe les branches suivantes :

- IDCC 3043 - Convention collective nationale des entreprises de propreté et services associés du 26 juillet 2011
- IDCC 1413 - Accord national professionnel relatif aux salariés permanents des entreprises de travail temporaire
- IDCC 2378 - Accords nationaux professionnels concernant le personnel intérimaire des entreprises de travail temporaire
- IDCC 2002 - Convention collective interrégionale de la blanchisserie, laverie, location de linge, nettoyage à sec, pressing et teinturerie
- IDCC 2691 - Convention collective nationale de l’enseignement privé indépendant (hors contrat)
- IDCC 1351 - Convention collective nationale des entreprises de prévention et de sécurité
- IDCC 0275 - Convention collective nationale du personnel au sol des entreprises de transport aérien
- IDCC 3218 - Convention collective nationale de l’enseignement privé non lucratif (EPNL)
- IDCC 0573 - Convention collective nationale des commerces de gros
- IDCC 731 - Convention collective nationale des commerces de quincaillerie, fournitures industrielles, fers, métaux et équipement de la maison, cadres
- IDCC 1383 - Convention collective nationale des commerces de quincaillerie, fournitures industrielles, fers, métaux et équipement de la maison, employés et personnels de maîtrise
- IDCC 1979 - Convention collective nationale des hôtels, cafés, restaurants (HCR)
- IDCC 1391 - Convention collective régionale concernant le personnel de l’industrie, de la manutention et du nettoyage sur les aéroports ouverts à la circulation publique de la région parisienne
- IDCC 3219 - Convention collective nationale de branche des salariés en portage salarial
- IDCC 2060 - Convention collective nationale des chaînes de cafétérias et assimilés
- IDCC 2147 - Convention collective des entreprises des services d’eau et d’assainissement (entreprises en gérance, en concession ou en affermage assurent l’exploitation, le service, le pompage, le traitement et la distribution d’eau à usage public, particulier, domestique, agricole)
- IDCC 2583 - Convention collective nationale de branche des sociétés concessionnaires ou exploitantes d’autoroutes ou d’ouvrages routiers
- IDCC 1944 - Convention collective nationale du personnel navigant technique des exploitants d’hélicoptères
- IDCC 1671 - Convention collective nationale des maisons d’étudiants
- IDCC 1516 - Convention collective nationale des organismes de formation
- IDCC 7520 - Convention collective nationale de l’enseignement agricole privé (CNEAP)
- IDCC 2101 - Convention collective nationale de l’enseignement privé à distance
- IDCC 1311 - Convention collective nationale de la restauration ferroviaire
- IDCC 7509 - Convention collective nationale des organismes de formation et de promotion agricoles
- IDCC 2408 - Convention collective nationale des personnels des services administratifs et économiques, personnels d’éducation et documentalistes des établissement d’enseignement privés
- IDCC 0635 - Convention collective nationale du négoce en fournitures dentaires
- IDCC 1501 - Convention collective nationale de la restauration rapide (restauration livrée)
- IDCC 1266 - Convention collective nationale du personnel des entreprises de restauration de collectivités
- IDCC 2149 - Convention collective nationale des activités du déchet
- IDCC 158 - Convention collective nationale du travail mécanique du bois, des scieries, du négoce et de l’importation des bois
- na - Secteur des exploitations forestières et scieries
- na - Secteur des propriétés forestières

Ainsi que les entreprises ne relevant pas d’une convention collective nationale ou d’un accord national de branche sur la formation, dont l’activité principale relève du champ d’intervention de l’opérateur de compétences en application des dispositions du 2° du II de l’article L. 6332-1-1 du Code du travail.

Source : travail-emploi.gouv.fr

OPCO ATLAS – services financiers et conseil
  

L’OPCO ATLAS regroupe les branches suivantes :

- IDCC 2335 - Convention collective nationale du personnel des agences générales d’assurances
- IDCC 2120 - Convention collective de la banque
- IDCC 3210 - Convention collective de la banque populaire
- IDCC 2247 - Convention collective des entreprises de courtage d’assurances et/ou de réassurances
- IDCC 0787 - Convention collective nationale des cabinets d’experts-comptables et de commissaires aux comptes
- IDCC 1486 - Convention collective nationale applicable au personnel des bureaux d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs-conseils et des sociétés de conseils (BET, SYNTEC)
- IDCC 1801 - Convention collective nationale des sociétés d’assistance
- IDCC 2357 - Accord du 3 mars 1993 relatif aux cadres de direction des sociétés d’assurances
- IDCC 0653 - Convention collective de travail des producteurs salariés de base des services extérieurs de production des sociétés d’assurances
- IDCC 1679 - Convention collective nationale de l’inspection d’assurance
- IDCC 0438 - Convention collective nationale de travail des échelons intermédiaires des services extérieurs de production des sociétés d’assurances
- IDCC 1672 - Convention collective nationale des sociétés d’assurances
- IDCC 1468 - Convention collective de branche du Crédit mutuel
- IDCC 2931 - Convention collective nationale des activités de marchés financiers
- IDCC 0478 - Convention collective nationale des sociétés financières
- IDCC 3213 - Convention collective nationale des collaborateurs salariés des entreprises d’économistes de la construction et des métreurs-vérificateurs
- IDCC 2543 - Convention collective nationale des cabinets ou entreprises de géomètres experts, géomètres topographes photogrammètres, experts-fonciers
- IDCC 2622 - Convention collective du crédit maritime mutuel

Ainsi que les entreprises ne relevant pas d’une convention collective nationale ou d’un accord national de branche sur la formation, dont l’activité principale relève du champ d’intervention de l’opérateur de compétences en application des dispositions du 2° du II. de l’article L. 6332-1-1 du Code du travail.

Source : travail-emploi.gouv.fr

Alternance : Comment rédiger une offre de formation ?
  

Il faut tenir compte de deux règles fondamentales :
- l’offre de formation doit être identifiée comme telle sans possibilité d’être confondue avec une offre d’emploi.
- l’offre doit être formulée selon le format LHÉO : Langage Harmonisé d`Échange d`informations sur l`Offre de formation. Ce format vous indique les informations qui doivent être renseignées pour que les offres puissent être présentées de façon homogène et être lisibles et comparables entre elles pour les candidats et les employeurs.

Les informations minimales à fournir dans une offre de formation sont indiquées sur le site dédié : http://lheo.gouv.fr/. Ce site s’adresse à l’ensemble des acteurs travaillant dans la formation professionnelle.

En tant qu’établissement de formation, vous êtes invité à prendre connaissance de ce langage. Vous y trouverez la liste des informations à fournir pour rédiger votre offre. Chacun des éléments est cliquable afin que vous puissiez visualiser la description des informations à renseigner dans chacune des rubriques.

Source : Portail de l`Alternance

Alternance : Proposer une formation en professionnalisation
  

La formation dispensée dans le cadre d’un contrat de professionnalisation participe à l’acquisition d’une qualification professionnelle reconnue :
- diplôme ou titre professionnel enregistré dans le Répertoire national des certifications professionnelles - RNCP ;
- certificat de qualification professionnelle (CQP) de branche ou interbranche ;
- qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale.

La période alternant les enseignements théoriques en organisme de formation et pratiques en entreprise (période d’action de professionnalisation) est située au début d’un contrat de professionnalisation réalisé en contrat à durée indéterminée.Dans le cas d’un contrat à durée déterminée, elle occupe toute la durée du contrat.

Les enseignements généraux, professionnels et technologiques sont dispensés par un organisme de formation, ou par l’entreprise elle-même si elle dispose d’un service de formation interne doté de moyens distincts de ceux des services de production.

Ces enseignements ont une durée comprise entre 15 % et 25 % de la durée totale du contrat de professionnalisation à durée déterminée ou de la période d’action de professionnalisation du contrat à durée indéterminée ; cette durée ne peut pas être inférieure à 150 heures.

! Un accord de branche peut toutefois porter cette durée au-delà de 25 %, soit pour certains publics (bénéficiaires du RSA, de l’ASS, de l’AAH ou d’un contrat unique d’insertion, demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus inscrits depuis plus d’un an sur la liste des demandeurs d’emploi, etc.), soit pour certaines qualifications !

Tout organisme de formation déclaré comme tel est habilité à dispenser une formation professionnelle dans le cadre du contrat de professionnalisation.

L’activité de dispensateur de formation peut être exercée en toute autonomie, par la création de sa propre structure de formation ou en mettant ses compétences au service d’une organisation déjà existante.

Source : Portail de l`Alternance

Alternance : Comment formaliser un contrat en alternance ?
  

Pour le contrat d’apprentissage : Le contrat d’apprentissage doit être établi par écrit à l’aide du formulaire Cerfa FA 13 (et sa notice) signé par l’employeur et l’apprenti (ou son représentant légal s`il est mineur).
Le contrat précise le nom du ou des maîtres d’apprentissage. L’employeur atteste des titres ou diplômes dont ceux-ci sont titulaires et la durée de leur expérience professionnelle dans l’activité en relation avec la qualification recherchée.
Avant le début de l’exécution du contrat ou, au plus tard, dans les 5 jours ouvrables qui suivent celui-ci, l’employeur transmet à son opérateur de compétences (OPCO) le contrat d’apprentissage accompagné de la convention de formation et le cas échéant de la convention d’aménagement de durée. Les transmissions peuvent se faire par voie dématérialisée.
L’OPCO statue sur la prise en charge financière dans un délai de 20 jours à compter de la réception de l’ensemble des pièces.
Le refus de prise en charge financière est notifié aux parties, par décision motivée ainsi qu’au centre de formation d‘apprentis. La notification peut être faite par voie dématérialisée.
Attention : le dépôt du contrat conditionne le versement de l’aide unique aux employeurs éligibles.
Les employeurs du secteur public adressent leurs contrats à l’unité territoriale de la DIRECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) dont ils dépendent.

Pour le contrat de professionnalisation : Le contrat de professionnalisation doit être établi par écrit à l’aide du formulaire Cerfa EJ 20 (et sa notice). Il est accompagné du document précisant les objectifs, le programme et les modalités d’organisation et de sanction de la formation. Au plus tard dans les 5 jours suivant la conclusion du contrat, l’employeur envoie le contrat de professionnalisation à l’opérateur de compétences (OPCO) dont il dépend. Il s`agit de l`organisme auquel l`entreprise verse annuellement la contribution formation professionnelle. Si l`entreprise ne verse pas encore cette contribution, il faut consulter la convention collective pour savoir si celle-ci désigne un OPCO en particulier. Si aucun OPCO n`est désigné dans la convention collective l`employeur peut s`adresser à un OPCO interprofessionnel. Il est toutefois conseillé aux employeurs de déposer le dossier avant le début de l’exécution du contrat de professionnalisation, afin de s’assurer auprès de l’OPCO de sa conformité et de la prise en charge des dépenses de formation. L’OPCO dispose de 20 jours pour prendre une décision de prise en charge financière de la formation et rendre un avis sur la conformité du contrat. A défaut de réponse dans ce délai, l’OPCO prend en charge le contrat de professionnalisation et le contrat est réputé déposé. Si l’organisme refuse la prise en charge financière au motif que les stipulations du contrat sont contraires à une disposition légale ou à une stipulation conventionnelle, il notifie sa décision motivée à l’employeur et au salarié titulaire du contrat. Après avis de conformité et confirmation de prise en charge des dépenses de formation, l’OPCO dépose le contrat auprès de la Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) du lieu d’exécution du contrat, sous une forme dématérialisée.

Source : Portail de l`Alternance

Alternance - Comment choisir entre les deux contrats proposés ?
  

Le contrat d’apprentissage a pour but d’obtenir un diplôme d`État (CAP, BAC, BTS, Licence, Master,…) ou un titre à finalité professionnelle inscrit au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), dont l’ensemble des titres professionnels relevant du ministère chargé du Travail.

Le contrat de professionnalisation a pour but d`acquérir une qualifiaction professionnelle reconnue (un diplôme ou un titre professionnel enregistré dans le Répertoire national des certifications professionnelles – RNCP) ; un certificat de qualification professionnelle (CQP) ; une qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale.

À titre expérimental pour une durée de 3 ans, le contrat de professionnalisation pourra définir un parcours de formation « sur-mesure » qui ne sera pas nécessairement qualifiant ou certifiant. Les employeurs et les opérateurs de compétences pourront définir eux-mêmes, en accord avec le salarié, les compétences à acquérir dans le cadre d’un contrat de professionnalisation. La souplesse de ce contrat doit permettre aux personnes éloignées de l’emploi de disposer d’une formation sur mesure, plus adaptée à leurs besoins. D’autre part, elle permettra aux entreprises de pouvoir embaucher d’emblée un salarié, qui sera formé au plus près des besoins réels du terrain.

Source : Portail de l`Alternance

L’aide unique pour les employeurs qui recrutent en apprentissage
  

Pour les contrats d’apprentissage conclus à compter du 1er janvier 2019 dans les entreprises de moins de 250 salariés pour préparer un diplôme de niveau inférieur ou égal au bac, une aide unique aux employeurs d’apprentis remplace l’aide TPE jeunes apprentis, la prime régionale à l’apprentissage pour les TPE, l’aide au recrutement d’un apprenti supplémentaire et le crédit d’impôt Apprentissage.
- Pour consulter le dépliant
- Pour consulter le Questions/Réponses
- Pour consulter les Recommandations aux employeurs d`apprentis pour garantir le paiement de l`aide uniquel

Source : Portail de l`Alternance

Rupture conventionnelle dans la fonction publique
  

La rupture conventionnelle consiste en un accord mutuel par lequel un agent public et son administration conviennent des conditions de cessation définitive de fonctions. La rupture conventionnelle est ouverte au fonctionnaire titulaire et au contractuel en CDI. Elle ne peut pas être imposée par l`une ou l`autre des 2 parties. L`agent perçoit une indemnité de rupture. Il a également droit aux allocations de chômage, s`il en remplit les conditions d`attribution.
Plus d`informations sur le site ICI

Comment les entreprises recrutent des cadres dans 16 secteurs d’activité
  

Selon le secteur dans lequel elles évoluent, les entreprises ne s’y prennent pas de la même manière pour recruter des cadres. Une étude de l’Apec porte sur les pratiques de sourcing et de sélection des entreprises, et propose une déclinaison sectorielle des principaux indicateurs qui caractérisent les processus de recrutement sous forme d’infographie.
Téléchargez l’étude de l’Apec

Les demandeurs d`emploi bénéficiaires d`une reconnaissance de handicap : un accompagnement renforcé pour une population éloignée de l`emploi
  

En France, les personnes en situation de handicap bénéficient de dispositions spécifiques en faveur de l`emploi. Malgré cela, leur situation sur le marché du travail demeure fragile. En effet ces personnes sont plus souvent au chômage que le reste des actifs. Parmi les demandeurs d`emploi ayant une reconnaissance administrative de handicap, 31 % accèdent à l`emploi au cours de l`année qui suit leur inscription à Pôle emploi. Pôle emploi les accompagne de façon renforcée et leur propose des formations adaptées. Par ailleurs, 23 % d`entre eux bénéficient d`un suivi au sein des structures spécialisées Cap emploi.
Consulter le n° 19.045 de Statistiques et indicateurs sur le site de Pôle emploi

L`innovation inclusive au service de l`entreprise 4.0
  

Afin de soutenir sa stratégie innovation, l`Agefiph publie un recueil où plusieurs experts de la prospective, des nouvelles technologies ou de l`innovation partagent leur vision sur le handicap dans le monde de l`emploi et de la formation.
De plus, l’agence va lancer dès janvier 2020 un appel à projets pour des actions innovantes sur le maintien dans l’emploi et la prévention de la désinsertion professionnelle. Il sera suivi en 2021 et 2022 de deux nouveaux appels à projets.
Téléchargez la publication

ORM : Publication sur les risques professionnels / le maintien dans l`emploi
  

Pour contribuer aux stratégies territoriales de soutien à l`emploi – dans une perspective de développement économique et de sécurisation des parcours individuels –, vous avez certainement le réflexe de consulter les statistiques relatives aux marchés du travail ou aux mouvements de main d`œuvre, en vous appuyant notamment sur les publications de l`ORM…
L`Observatoire régional des métiers vous invite également à mobiliser les données qui concernent le maintien dans l`emploi sur notre région et nos départements : Le développement de l`emploi passe en effet par la prévention de la désinsertion professionnelle des actifs confrontés à des risques professionnels et notamment les travailleurs handicapés.
Afin d`accompagner votre analyse, nous avons le plaisir de vous adresser la publication « Ensemble prévenir la désinsertion professionnelle : Chiffres-clés 2017 pour la région Provence - Alpes – Côte d`Azur et ses départements »

Conjoint collaborateur
  

Si l`époux(se) ou le partenaire de pacs du chef d`entreprise travaille dans l`entreprise artisanale, commerciale ou libérale de ce dernier, il doit obligatoirement choisir le statut qui déterminera ses droits et obligations professionnels et sociaux : époux(se) ou partenaire de pacs, associé ou salarié. Lors de l`immatriculation de l`entreprise, le chef d`entreprise déclare le statut choisi par son époux(se) ou partenaire de pacs : ! Il est toujours possible de changer de statut !
Attention : La loi Pacte du 22 mai 2019 (article 11-III) supprime le seuil de 20 salariés pour bénéficier du statut de conjoint collaborateur à partir du 1er janvier 2020.

Le statut de Conjoint ollaborateur est réservé à l`époux ou le partenaire de Pacs d`un :
- entrepreneur individuel (commerçant, artisan, professionnel libéral, auto-entrepreneur par exemple) ;
- gérant associé unique d`une EURL dont l`effectif ne dépasse pas 20 salariés ;
- gérant associé majoritaire d`une SARL ou d`une société d`exercice libéral à responsabilité limitée (SELARL) dont l`effectif ne dépasse pas 20 salariés.
Attention : ce statut ne peut pas bénéficier à la personne vivant en concubinage avec le chef d`entreprise.

L`époux(se) ou partenaire de Pacs : - doit exercer une activité professionnelle régulière et habituelle dans l`entreprise ; - doit faire l`objet d`une mention au RCS pour les commerçants ou au répertoire des métiers (RM) pour les artisans ; - ne doit pas être rémunéré ; - ne doit pas être associé de la société. L`époux(se) ou partenaire de Pacs d`un commerçant ou d`un artisan est présumé mandataire et peut ainsi accomplir des actes d`administration et de gestion courante (faire un devis, signer les factures par exemple). Si ces actes sont accomplis pour les besoins de l`entreprise, seule la responsabilité du chef d`entreprise peut être engagée. Le conjoint collaborateur bénéficie de la formation professionnelle, d`une protection sociale et doit être affilié à un régime d`assurance vieillesse. A ce titre, il est redevable auprès de la Sécurité sociale des indépendants, des cotisations relevant de la retraite de base, de la retraite complémentaire et de l`assurance invalidité-décès.

L`époux(se) ou partenaire de Pacs d`un micro-entrepreneur bénéficie aussi des conditions simplifiées de paiement des cotisations sociales liées au régime micro-social.

Ce statut prend fin :
- automatiquement en cas de changement de statut de l`entreprise, de décès de l`entrepreneur, de divorce ou de cessation duPacs.

À noter : lorsque l`époux(se) ou le partenaire de Pacs exerce une activité non salariée ou une activité au sein d`une entreprise extérieure (au moins à temps partiel), il est présumé ne pas exercer régulièrement au sein de l`entreprise de son époux(se) ou partenaire de Pacs.

Le Contrat d`Insertion Professionnelle Intérimaire (CIPI)
  

Le Contrat d`Insertion Professionnelle Intérimaire vous permet :

- Proposer à des publics en insertion ou réinsertion, une formation leur permettant d’accéder à l’emploi,
- Répondre aux besoins spécifiques de vos clients en construisant un parcours individualisé de formation,
- Optimiser la gestion de vos budgets formation.

Plus d`informations sur le Contrat d`Insertion Professionnelle Intérimaire sur le site du FAF.TT

Guides 2019 pour les « créateurs d’entreprise »
  

Le guide objectif entreprise et les guides sur la protection sociale des indépendants, des professions libérales et des auto-entrepreneurs ont fait l’objet d’une nouvelle actualisation en septembre 2019 :

le guide objectif entreprise destiné aux artisans, commerçants et professionnels libéraux vous informe sur la manière de préparer votre projet, se lancer dans la création et connaître votre protection sociale ;

Les guides spécifiques sur la protection sociale « travailleurs indépendants » et aux « professions libérales » font le point sur :
- les mesures en faveur de la création et de la reprise d`entreprises y compris pour les personnes sans emploi ;
- les démarches à accomplir pour créer son activité ;
- la protection sociale applicable aux créateurs d’entreprise indépendants et les modalités de calcul des cotisations et contributions sociales ;
- les prestations familiales, de retraite, d’assurance maladie… dont peut bénéficier l’artisan/commerçant ou le professionnel libéral ;

Un guide spécifique sur le statut d`auto-entrepreneur est disponible en ligne sur autoentrepreneur.urssaf.fr.

Janvier 2020 : Toutes les entreprises doivent déclarer le statut de travailleurs handicapés via la DSN
  

La loi n° 2018-771 pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018 simplifie la déclaration des entreprises liée à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (DOETH), en intégrant cette formalité en DSN et en la transférant au réseau des Urssaf et CGSS.

L’Urssaf vous informe sur la déclaration des travailleurs handicapés en DSN : Pour une information complète sur la réforme et les modalités déclaratives en DSN, nous vous invitons à consultez le guide et le document questions-réponses.

Pour les informations relatives à :
- la politique d’emploi des personnes handicapées : entreprises@agefiph.asso.fr ;
- la déclaration ou aux modalités de calcul de la contribution : doeth@agefiph.asso.fr.

Plus d`informations, en cliquant ICI

Hopps Group et Gojob alliés pour mieux recruter
  

L’agence d’intérim digitale aixoise Gojob et le groupe Hopps viennent de signer un accord de partenariat qualifié de « stratégique ». Son objectif : répondre à des demandes de plus en plus exigeants en matière de logistique.
Hopps qui développe un pôle logistique important en lien avec le e-commerce (1 500 employés, en lien avec Dispeo-ADS, Colis Privé et Adrexo) doit faire face à des pics d’activité... D’où l’appel à l’intérim et ce partenariat. Il s’agit d’un accord à bâtir en commun une plateforme digitale dédiée à la logistique, susceptible de s’enrichir de services spécifiques dans un futur proche.
L’ensemble obéit au concept Gojob qui consiste à recruter via l’application gojob.com, moins sur un CV, que sur la motivation d’un candidat qui sera ensuite formé.
La Provence 13.11.2019

L`emploi des personnes handicapées en France
  

L’Agefiph publie les chiffres de l’emploi des personnes handicapées pour la période janvier-juin 2019. 8,9% des personnes au chômage sont en situation de handicap. Leur nombre a baissé de 1,1% entre 2018 et 2019.
Si le nombre de sorties pour reprise d`emploi déclarées à Pôle emploi a progressé de 4,5% en un an, les recrutements accompagnés par Cap emploi (plus de 34 000 au 1er semestre 2019) sont restés stables avec une hausse des contrats de courte durée mais une baisse des contrats durables, notamment des CDI. Après une diminution en 2018, le nombre de maintiens dans l`emploi repart à la hausse (+9% en un an), les Cap emploi ayant contribué au maintien dans l`emploi de plus de 9 800 personnes handicapées au 1er semestre 2019.
Téléchargez le tableau de bord de l’Agefiph

Handicap : Le PIC "Entreprises Adaptées" est mobilisable
  

Les entreprises adaptées expérimentant les CDD Tremplin et les entreprises adaptées de travail temporaire (Eatt) peuvent désormais mobiliser le plan d`investissement dans les compétences Entreprises Adaptées (PIC Formation EA). Au sein de ces entreprises, les personnes éligibles aux aides sont les salariés travailleurs handicapés sans emploi qui risquent de perdre leur emploi en raison de leur handicap, recrutés en CDD Tremplin ou en entreprise adaptée de travail temporaire.
Les demandes d’aides doivent être faites sur le site de l’Agefiph qui gère les dossiers.
Accéder aux formulaires de demandes

Handicap. Une seconde chance par la reconversion. Le grand dossier
  

Le handicap de naissance ne représente que 7% des cas de reconversions professionnelles. On oublie trop souvent ce handicap qui survient en cours de vie active. Le fameux « ça n’arrive qu’aux autres ! » Si le maintien dans l’emploi par l’entreprise est une chose possible, la plus part des accidents du travail ou des maladies dites professionnelles se terminent malheureusement par un licenciement pour inaptitude. Avec comme conséquence, une très longue période d’inactivité qui peut se traduire par de graves séquelles psychologiques. Il convient donc d’envisager sa reconversion bien en amont et de se faire accompagner par tous les organismes spécialisés. Rebondir vous donne les clés d’une reconversion réussie.
Rebondir n°252 Novembre-Décembre 2019

Les travailleurs pauvres de l`aide à domicile
  

Plus d’une personne sur six travaillant dans l’aide à domicile vit sous le seuil de pauvreté. C’est le chiffre édifiant, établi par la très sérieuse Direction de la recherche, de l’évaluation, des études et des statistiques (Drees), qu’a rappelé Myriam El Khomri dans le rapport sur l’attractivité des métiers du grand âge et de l’autonomie, remis le 29 octobre à la ministre Agnès Buzyn. Plus d’informations, en cliquantici

Le nouveau site pour orienter les salariés qui ont un projet professionnel
  

A partir du 1er novembre, l’assurance chômage s’ouvre aux salariés qui démissionnent pour poursuivre un projet de reconversion professionnelle. Pour savoir si vous êtes bien concerné, et vérifier que vous avez droit à l’allocation chômage, connectez vous sur le site demission-reconversion.gouv.fr.

Compte personnel de formation : les organismes de formation disposent d`un site Internet dédié
  

Dans le cadre de la loi du 5 septembre 2019 sur la liberté de choisir son avenir professionnel, le Compte Personnel de Formation (CPF) a été simplifié. Désormais appelé Mon Compte Formation, il doit permettre à ses bénéficiaires de rechercher une formation dans sa région, réserver et payer, le tout sans intermédiaire, avec un site internet et une application dédiés. Le lancement de ce nouveau service aura lieu fin novembre 2019.

Pour préparer ces options, l`espace réservé aux organismes de formation ouvre aujourd’hui. Il offre la possibilité aux organismes de formation de charger leurs formations éligibles à Mon Compte Formation.
Cet espace professionnel leur permettra de :
- Saisir et publier le catalogue des formations éligibles au compte personnel de formation ;
- Gérer l`inscription des titulaires de compte qui souhaitent s’inscrire aux formations ;
- Obtenir le règlement des prestations qui sera effectué par la CDC.
Les organismes de formation doivent s’engager à respecter les Conditions Générales et les Conditions Particulières d’utilisation afin d’être et de rester référencés sur le site internet et l’application mobile Mon Compte Formation.

Consultez le site Internet dédié aux organismes de formation : http://www.of.moncompteformation.gouv.fr/
Source : Ministère du Travail - Actualité du Ministère

Les jeunes face au travail : un regard ambivalent, reflet de disparités
  

Opposer les attitudes des jeunes face au travail à celles portées par les générations précédentes amène fréquemment à occulter les disparités qui traversent ce groupe d’âge. Un module ajouté par l’ INJEP au questionnaire de l’enquête « Génération », réalisée par le CÉREQ en 2016, permet d’explorer l’hétérogénéité des représentations des jeunes à l’égard du travail. Ces données font apparaître l’ambivalence et la complexité du regard que ces jeunes portent sur le travail, ainsi que sa diversité : alors que les jeunes occupant les positions professionnelles les plus favorables mettent en avant l’équilibre entre travail et hors travail, les relations entre collègues, l’intérêt du poste ou l’autonomie, ceux qui ont des situations professionnelles plus complexes mettent de ce fait davantage l’accent sur le niveau de rémunération ou la sécurité de l’emploi.
Télécharger la publication ICI

180 offres d`emploi en Apprentisage dans le 06 !
  

La Chambre des Métiers et de l`Artisanat propose actuellement 180 offres d`apprentissage à pourvoir dans l`artisanat sur le département du 06.

Postulez sur rendez-vous au 04 92 12 53 04
Lieu : 81 avenue Léon Bérenger - 06700 Saint-Laurent-du-Var
Courriel : cad06@cmar-paca.fr

Apprentissage : le ministère du Travail détaille toutes les règles de financement dans un document
  

Le ministère du Travail a publié, vendredi 14 juin 2019, un document précisant toutes les modalités de financement des CFA et des contrats d’apprentissage découlant de la loi "Avenir professionnel" du 5 septembre 2018. Ce document fait le point sur toutes les décisions consolidées par voie réglementaire, tout en évoquant les pistes probables d’atterrissage de certains ajustements encore en cours et en apportant des réponses attendues sur des points centraux de cette réforme de l’apprentissage.

5 Opca créent une plateforme d`accompagnement RH
  

Descriptif L`Afdas, le Fafih, Opcabaia, Opcalim et Uniformation ont présenté mardi 4 décembre 2018 leur nouvel outil d`accompagnement des acteurs RH : Webco.tv, centre ressources interactif pour l’emploi et les compétences. Cette plateforme sera inaugurée le 15 janvier 2019.
Cette plateforme de communication est destiné à accompagner la transformation des entreprises.

L`objectif de ce "centre de ressources interactif pour l’emploi et les compétences" ? « Agréger des solutions multimodales, qui n’excluent pas le temps présentiel, pour mettre à disposition de tous des outils, des formations, des témoignages, etc., qui seront autant de sujets d’appropriation de la réforme.
Ainsi ces 5 Opca vont vulgariser la réforme au fur et à mesure de la sortie des décrets, à travers une ligne éditoriale commune

Seront abordés :
- le nouveau cadre légal et réglementaire ;
- la conduite du changement et du pilotage des transitions ;
- la construction de nouvelles relations avec son Opco ;
- la construction de nouveaux deals employeur/salarié "co-investissement et co-responsabilité" ;
- la construction du plan de développement des compétences et l’investissement dans les nouveaux dispositifs ; innover et repenser l’ingénierie de formation ; investir les nouvelles opportunités en matière d’alternance et d’apprentissage ;
- la mise en place une stratégie de "badgification" et de certification" ;
- la construction de dispositifs de formation adaptés et la définition d’une stratégie de certification et de qualification.

Voir le site Internet Webco.tv

Parution de la 7ème édition de l`annuaire des titres professionnels en région PACA
  

La Direccte Provence-Alpes-Côte d`Azur publie avec le CARIF Espace Compétences la septième édition de l`annuaire des titres professionnels en Provence-Alpes-Côte d`Azur.

Cet annuaire regroupe en première partie, les agréments accordés par la D.I.R.E.C.C.T.E., en cours de validité au 1er septembre 2018. Ces données sont classées par département.

Consultez l`annuaire des Titres professionnels.

Vous êtes professionnel de la formation et souhaitez en savoir plus sur l`obtention ou le renouvellement de l`agrément d`un titre professionnel ? Consultez notre page dédiée sur le site Internet du CARIF Espace Compétences

Le guide 2018-2019 des formations Sanitaires et du Travail Social en Provence-Alpes-Côte d`Azur est en ligne
  

Saso 2018-2019 Région Sud

Le Carif Espace Compétences a mis en ligne sur son site internet l’édition 2018-2019 du Guide des formations sanitaires et du travail social de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Cette nouvelle publication livre des données utiles sur les aides individuelles que peut attribuer le Conseil Régional, propose des clefs pour mieux connaître et comprendre ces filières de formation, précise les coordonnées des établissements, indique les différentes voies d`accès aux certifications professionnelles

Télécharger le guide 2018-2019 des formations sanitaires et du travail social en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Co-construction d`une Ressource Handicap Formation en Provence-Alpes-Côte d`Azur
  

Se mènent actuellement des travaux de co-construction d`une Ressource Handicap Formation, pilotés par l`Agefiph, avec l`ensemble des parties prenantes (opérateurs de formation, prescripteurs, entreprises, personnes handicapées, financeurs de formation, experts du handicap…).

L`objectif de l`Agefiph est de faciliter l`accès à la formation professionnelle pour les personnes handicapées et de sécuriser leur parcours en apportant des solutions en matière de compensation du handicap en formation et en développant le caractère inclusif de l`offre de formation.

En effet, le niveau de qualification des personnes handicapées est moins élevé que la moyenne des demandeurs et demandeuses d`emploi (en PACA, si 47 % des demandeurs d`emploi tout public ont un niveau Bac et plus, seulement 30 % des Bénéficiaires de l`Obligation d`Emploi ont un niveau Bac et plus.

Source : Agefiph Provence-Alpes-Côte d`Azur
Contact : Amélie TRITZ, Chargée d`études et de développement - a-tritz@agefiph.asso.fr - 04.42.93.15.44

Un "Guide pour des achats de formation de qualité et sa synthèse opérationnelle" rédigé par le CNEFOP
  

Le CNEFOP a fait paraître le 28 juin 2018, un guide intitulé : "Acheter et financer des formations professionnelles de qualité. Pistes d`action et bonnes pratiques à l`attention des financeurs de formation pour développer les compétences et participer à la transformation de l`offre de formation".
Accompagné d`une synthèse, ce document met l`accent sur " les enjeux métiers et de politique publique portés par le Plan d`investissement dans les compétences. Il identifie, à chaque étape de ces processus d`achat ou de financement, les enjeux, repères clés/principes d`action vertueux partagés; Il s`efforce de mettre en visibilité les « bonnes pratiques », appelle à la vigilance sur certains autres points source de difficultés récurrentes et formule des recommandations.
Ce guide vise les acheteurs publics et paritaires et les achats de formation de qualité à destination des demandeurs d`emploi, tout en introduisant autant que possible et dès que nécessaire des focus sur les formations à destination des publics prioritaires du Plan d`investissement dans les compétences que sont les jeunes et demandeurs d`emploi peu qualifiés." (extrait du document paru le 28/06/2018)

Ce guide et sa synthèse sont disponibles sur le site Internet du CNEFOP

Le Centre Inffo publie son Focus sur la qualité des actions de formation professionnelle continue (8ème édition)
  

S`assurer de la qualité des actions de formation continue : ce document essentiel rappelle les principes du décret du 30 juin 2015, reprend les procédures internes d`évaluation qualité de chacun des 5 financeurs publics concernés (Opca/Opacif, État, Régions, Pôle emploi, Agefiph) et explique le principe des labels et certifications qualité du CNEFOP dont il fournit la liste à jour.

Cette édition intègre les 53 certifications/labels inscrits sur la liste du CNEFOP à ce jour. Elle fait aussi un point sur Datadock.

Télécharger la 8ème édition du Focus

Conférence sur la réforme de la formation professionnelle du 12 juin 2018
  

Le CARIF Espace Compétences a organisé le mardi 12 juin 2018 à Marseille une conférence dédiée à la réforme de la formation professionnelle.

L`objectif de cette manifestation était d`informer les professionnels de la région des modifications, parfois importantes, contenues dans le projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel dont la discussion a commencé au parlement le lundi 11 juin.
Jean-Philippe Cépède, Directeur juridique du Centre Inffo, a donc évoqué les principales évolutions des dispositfs d`alternance, de reconversion professionnelle, de formation professionnelle continue et a évoqué les transformations auxquelles les organismes de formation vont devoir se conformer.

Le CARIF Espace Compétences vous propose de retrouver sur son site Internet le contenu de son intervention en rendant accessible une vidéo, un podcast, et deux documents (support de l`intervention et webographie) à l`adresse suivante : bit.ly/Conf-Formation-20180612

Organisation du travail et vulnérabilité au non-emploi :une étude empirique à partir de l’évaluation des compétences des adultes de l’OCDE/ Work Organisation and Workforce Vulnerability to Non-Employment: Evidence from OECD`s Survey on Adult Skills
  

Le Centre d`étude de l`Emploi vient de faire paraître une étude dans la collection "Document de travail" : Work Organisation and Workforce Vulnerability to Non-Employment: Evidence from OECD`s Survey on Adult Skills (PIAAC)

Bousculée par la crise et les mutations du tissu économique, la vie des organisations au sein des pays de l’OCDE a été marquée cette dernière décennie par des changements fréquents en lien avec les évolutions technologiques, tandis que se développaient aussi bien le non-emploi que les formes non conventionnelles d’emploi. Dans un tel environnement, la capacité des salariés à se maintenir en emploi ne dépend pas seulement de leurs caractéristiques individuelles. Les formes d’organisation du travail, dans lesquelles ils sont insérés et accumulent de l’expérience, jouent également un rôle fondamental. Or, la plupart des études concernant la vulnérabilité sur le marché du travail s’intéressent aux facteurs du côté de l’offre de travail plutôt qu’à ceux qui prennent leur source au sein des organisations. De l’autre côté, les études qui s’intéressent aux organisations du travail analysent les enjeux de productivité, d’innovation, de conditions de travail et de bien être des salariés, mais abordent rarement ceux liés aux transitions sur le marché du travail.

Ce document de travail examine la relation entre les formes d’organisation du travail et la vulnérabilité de la main-d’œuvre au non-emploi. La vulnérabilité au non-emploi est définie comme la probabilité d’effectuer une transition de l’emploi vers le non-emploi au cours d’une période d’un an. Il s’appuie sur les données des deux premières vagues de l’évaluation des compétences des adultes, pilotée par l’OCDE auprès de trente-trois de ses pays membres ou partenaires. En utilisant une classification ascendante hiérarchique, cinq formes d’organisation du travail sont identifiées en fonction des tâches effectuées par les salariés sur leur lieu de travail : apprentissage autonome, apprentissage contraint, indépendante, simple et taylorienne.

Une modélisation logistique multiniveaux est ensuite utilisée pour évaluer l’impact de ces formes d’organisation du travail sur la vulnérabilité des salariés au non-emploi. Les résultats montrent un impact significatif de l’organisation du travail sur la vulnérabilité au non-emploi, après avoir tenu compte d’un vaste ensemble de caractéristiques des emplois et des individus.
En particulier, les salariés dans des formes d’organisation à apprentissage autonome sont nettement moins vulnérables au non-emploi

Sont aussi identifiées les politiques et institutions du marché du travail pouvant influencer la probabilité d’effectuer une transition vers le non-emploi en lien avec les différentes formes d’organisation du travail. Les résultats suggèrent que les politiques actives, telles que la formation et l’incitation au maintien de l’emploi ou à la création d’emploi ou de start-up, amplifient l’effet protecteur des formes d’organisation à apprentissage autonome et indépendantes…

Document de travail, n° 195, décembre 2017

Quelle vulnérabilité des travailleurs européens face aux conditions de travail dégradées ? - Connaissance de l`Emploi n° 138 - Janvier 2018
  

Les mutations organisationnelles et technologiques engendrent des risques de dégradation des conditions de travail susceptibles d’affecter le bien-être et la santé des travailleurs. Le projet InGRID, financé dans le cadre du programme européen Horizon 2020 pour la recherche et l’innovation, développe de nouvelles méthodes pour mieux identifier les travailleurs qui font face à ces risques.
À partir de données recueillies entre 1995 et 2015 pour les quinze pays fondateurs de l’Union européenne, ce 4-pages dresse le portrait des travailleurs les plus vulnérables au cumul de conditions de travail dégradées et illustre les différences entre pays européens.
Si, dans l’ensemble, ces pays se caractérisent par des niveaux de vulnérabilité stables, certains, dont la France et la Belgique, observent une hausse constante de la vulnérabilité. De plus, les CDD, le travail indépendant et les petites entreprises (1 à 9 salariés) sont associés à une plus grande vulnérabilité des travailleurs.

Consulter cette synthèse - Connaissance de l`emploi - Janvier 2018

Apprentissage : les points clés de la réforme
  

Le premier ministre a dévoilé Vendredi 09 février 2018, le détail de la réforme sur l`apprentissage.

- La taxe d`apprentissage va être remplacée par une « contribution alternance » en faveur des contrats d`apprentissage et des contrats de professionnalisation. Cette contribution, égale à 0.85% de la masse salariale des sociétés sera intégralement attribuée aux CFA en fonction du nombre de contrats signés avec des jeunes.
- Coup de pouce financier pour les apprentis : les apprentis âgés de 16 à 20 ans gagneront en moyenne 30 euros net de plus par mois. Les jeunes de 18 ans et plus percevront une aide pour financer le permis de conduire d`un montant de 500 euros.
- Modification de la limite d`âge : L`âge maximal pour bénéficier d`un apprentissage sera porté à 30 ans au lieu de 26.
- Fusion des aides à l`embauche : Les aides à l`embauche dans le cadre d`un contrat d`apprentissage seront fusionnées et ciblées vers les TPE et les PME de moins de 250 salariés.
- Assouplissement des règles concernant le temps de travail : le temps de travail maximum pourra être porté à 40h par semaine dans certains secteurs avec rémunération d`heures supplémentaires au-delà de 35h.
- Procédure de rupture du contrat de travail simplifiée : la validation du licenciement par le conseil des prud`hommes ne sera pas plus obligatoire même au-delà des 45 jours de présence.
- Possibilité pour les apprentis dont le contrat est interrompu avant son terme de prolonger pendant 6 mois leur formation au sein du CFA.
- Les référentiels d`activité et de compétences des diplômes seront écrits par les branches afin de mieux adapter la formation aux besoins du marché du travail. Les règlements d`examen seront également décidés par les branches professionnelles et l`Etat.

En savoir plus via le site Internet du Gouvernement.

Dossier de presse

Les accords collectifs d`entreprise sont consultables en ligne
  

Le site legifrance accueille désormais une base de données donnant accès à tous les accords collectifs d`entreprise conclus à partir du 1er septembre 2017.
144 accords sont d`ores et déjà disponibles.
Consultez le communiqué de presse du Ministère du Travail évoquant cette mise à disposition.
Consultez le moteur de recherche disponible sur le site Legifrance.

Le panorama complet des certifications professionnelles en France - COPANEF
  

A l`occasion de l`organisation de la journée du 20 octobre 2017 sur la certification professionnelle, le COPANEF (Comité Paritaire interprofessionnel National pour l`Emploi et la Formation) a souhaité présenter en 3 minutes le panorama complet des certifications professionnelles en France.
Consulter la vidéo réalisée par le COPANEF

Automatisation, numérisation et emploi : l`impact sur les compétences , Conseil d`orientation pour l`emploi, septembre 2017
  

Alors que les révolutions technologiques successives se sont accompagnées jusqu’à présent d’un développement de l’emploi, l`automatisation et la numérisation, des technologies interdépendantes qui se déploient avec des effets démultiplicateurs au-delà de la stricte production de biens et services alimentent des peurs autour d`un « futur sans emploi ». Des études récentes ont estimé qu`une part massive des emplois existants pourrait être menacée de disparition.
Le Conseil d`orientation pour l`emploi a voulu aborder cette question centrale pour l`économie et pour notre pacte social, pour éclairer le débat public et la décision publique.
Alors que les études existantes se focalisent uniquement sur les « destructions d`emplois », le Conseil a voulu approfondir l`analyse et embrasser l`ensemble des défis mais aussi des opportunités de la révolution technologique en cours. Marie-Claire Carrère-Gée, présidente du Conseil, observe ainsi que: « Les études prospectives ont jusqu’ici mis l`accent sur le risque de destruction d`emplois. Attention à ne pas avoir une vision trop simplificatrice.».

Si dans le premier tome, paru en janvier 2017, le Conseil analyse les effets possibles du progrès technologique sur le volume de l’emploi (en termes de disparition mais aussi de créations), mais aussi les effets sur la structure de l’emploi (quels sont les métiers et les secteurs les plus concernés ? Comment les métiers sont-ils appelés à évoluer ? Quels types de compétences seront à l’avenir les plus recherchées ?) et sa localisation, à la fois à l’échelle nationale (quelles pourraient être les zones d’emploi les plus concernées ?) et internationale (les technologies pourraient-elles favoriser un mouvement de relocalisation des emplois en France ?). Il y publie également une liste de métiers qui, au vu de cette étude, apparaissent les plus vulnérables ainsi qu’une liste de métiers dont le contenu est susceptible d’être transformé.
Consulter ce premier tome

Dans le deuxième tome, qui vient de paraître en septembre 2017, Le Conseil étudie les impacts sur les conditions de travail et l’organisation du travail, ainsi que les compétences des actifs. Et cela pour donner aux pouvoirs publics et aux citoyens un diagnostic solide pour préparer les décisions de politiques publiques qui doivent continuer à être prises dans tous les domaines : emploi, formation, protection sociale, mais aussi soutien à l’innovation et à la localisation d’activités.
Consulter le second tome

Une émission radiophonique sur l`avenir du travail
  

Une émission radiophonique de France Inter, "C`est pour aujourd`hui ou pour demain", évoque l`avenir du travail dans un environnement de plus en plus numérique.
La disparition et la création d`emplois va évoluer au fil de l`automatisation ainsi que la gestion des compétences des actifs.
L`émission est disponible sur la page dédiée du site Internet.

L`Insee met en ligne l`édition 2017 de son enquête "Emploi, chômage, revenus du travail"
  

L`Insee vient de mettre en ligne l`édition 2017 de son enquête "Emploi, chômage, revenus du travail".
Après la visualisation des principales évolutions du marché dut travail depuis 10 ans, des dossiers thématiques ("Les descendants d`immigrés maghrébins : des difficultés d`accès à l`emploi et aux salaires les plus élevés / Écarts salariaux entre les entreprises et au sein de l`entreprise : femmes et hommes payés à la même enseigne ? / Quelles sont les causes de la baisse de l`apprentissage dans l`enseignement secondaire ? / Trois segments pour mieux décrire le marché du travail) sont proposés.
Des fiches sur l`emploi, le chômage, le temps et les conditions de travail, ll`activité et l`inactivité complètent l`étude, de même qu`un glossaire et des annexes.

L`étude en ligne est disponible sur le site Internet de l`Insee.

Mise en ligne du "Guide du projet territorial pour l`emploi"
  

Le Ministère du Travail a mis en ligne sur son site Internet une version numérique de son "Guide du projet territorial pour l`emploi" comprenant trois grandes phases chacune composée de 4 étapes.
Destiné aux porteurs de projet et leurs partenaires, ce guide a pour objectif de capitaliser des éléments clés issus de démarches existantes, de proposer de nouveaux outils, des éléments de méthodes et des illustrations.
Il est accompagné de ressources et d`un glossaire.
Il est disponible en ligne sur le site Internet du Ministère du Travail

CCI France ouvre un portail e-learning pour les entreprises à l`international
  

Afin de répondre aux besoins de formation à distance des entreprises positionnées à l`international, CCI France et CCI France international lancent le 19 juin 2017 un portail e-learning. Le "CCI education hub" comprend des cours d`écoles supérieures et d`universités françaises susceptibles d`intéresser les entrepreneurs et leurs salariés.
Ces contenus sont conçus en particulier pour leur permettre de "s`adapter à la rapide évolution de leurs métiers dans un écosystème toujours plus numérique et international".
Elles portent sur le commerce international, le numérique, l`entrepreneuriat, les finances, le "relationnel & interculturel", la RSE et le développement durable, la vente et le marketing, ou encore sur la "french touch".
Accéder au portail e-learning pour les entreprises et leurs collaborateurs à l`international
Source AEF - 20 juin 2017

Cybersécurité : les besoins en formation - Etude de la SYNTEC - juin 2017
  

Face à la pénurie de talents en matière de sécurité numérique et à la nécessité d’améliorer la professionnalisation des profils, Syntec Numérique a fait appel à l’OPIIEC* - observatoire de la Branche -, qui a mandaté le Cabinet EY, afin d’analyser les besoins en formation et en compétences dans la filière cybersécurité.
Publiée en juin, l’étude, réalisée avec l’appui de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d`information (ANSSI), avait pour principaux objectifs de :
- faire un état des lieux qualitatif et quantitatif des besoins en recrutement et en compétences dans les entreprises de la Branche, le tout selon les catégories de métiers ;
- effectuer un bilan qualitatif et quantitatif des compétences attendues par les entreprises de la Branche en matière de cybersécurité à court et moyen terme ;
- évaluer l’offre de formation initiale et continue existante en France notamment dans l`enseignement supérieur ;
- mettre en perspective les compétences attendues avec l’offre de formation initiale et continue actuelle et son développement prévisionnel sur 3 et 5 ans ;
- mesurer les impacts sur les emplois existants et les organisations (évolutions législatives et réglementaires).

Après avoir constaté que l’offre de formation en cybersécurité est diversifiée et en adéquation avec les besoins quantitatifs et qualitatifs des entreprises, l’étude identifie trois enjeux prioritaires :
- accroître l’attractivité et la visibilité de la filière cybersécurité pour les étudiants et les jeunes professionnels ;
- faciliter l’orientation et l’accès des lycéens et étudiants aux formations en cybersécurité ;
- accompagner la mobilité professionnelle et la montée en compétences des salariés vers les métiers de la cybersécurité.

L’étude propose une cartographie des métiers et recense plus de 500 formations longues, dispensées par des établissements d’enseignement supérieurs, et courtes, dispensées par des organismes de formation continue.
Elle établit les constats suivants :
- une pénurie de candidats ;
- des carrières dans la cybersécurité encore peu connues vis-à-vis du grand public ;
- des métiers méconnus et réduits à la dimension technique ;
- un taux de remplissage des formations initiales qui questionne le niveau d’attractivité de la filière ;
- des canaux de recrutement divers ;
- des initiatives remarquables sur lesquelles capitaliser ;
- l’évolution des compétences demandées par les entreprises ;
- une offre de formations en cybersécurité large mais peu lisible ;
- des difficultés de recrutement externes qui conduisent à renforcer les mobilités internes ;
- une sensibilisation encore insuffisante des dirigeants d’entreprises et des DRH.

Consulter cette étude

Un outil européen de profilage des compétences des ressortissants de pays tiers
  

Afin d`aider à la fois les ressortissants de pays tiers hautement qualifiés dans leur recherche d`un emploi qui corresponde à leurs qualifications et ceux, faiblement qualifiés, qui ont besoin d`un complément d`éducation et de formation pour accéder au marché du travail, la Commission européenne lance un outil de profilage des compétences.

Cet éditeur web hors et en ligne permettra aux ressortissants de pays tiers de présenter leurs compétences, qualifications et expériences d`une manière qui puisse être bien comprise par les employeurs, les prestataires d`enseignement et de formation ainsi que les organisations travaillant avec les migrants dans l`ensemble de l`Union européenne.
Pour en savoir plus
Source ARFTLV

L`impact sur l`emploi et la formation des transitions numérique et verte - MEDEF
  

Les transitions numérique et verte bouleversent les activités et les organisations des entreprises, en particulier des TPE et PME. Le Medef a publié en juin 2017 une étude qui analyse l`impact de ces transitions sur les emplois et les besoins de compétences et de formation.
Ces transitions sont perçues comme de véritables enjeux stratégiques pour toutes les entreprises. Leurs attentes portent davantage sur la transition numérique, qui concerne immédiatement leur marché, que sur la transition verte, perçue comme plus normative.
Les entreprises attendent davantage d`informations, un décryptage de l`impact de ces transitions sur leur activité (benchmark, vulgarisation des travaux des observatoires des métiers, etc.), et veulent être accompagnées.
Pour répondre à cette problématique, plusieurs actions sont menées par l`organisation patronale : outil d`auto-diagnostic, sensibilisation et information sur la pédagogie des transitions et la veille sur les métiers impactés ; accompagnement au changement par des outils opérationnels, Moocs et diagnostics ...
Afin de sensibiliser les TPE, le Medef souhaite s`appuyer sur ses structures territoriales et ses branches et créer une synergie avec les acteurs régionaux de la formation au sein des CPRDFOP.
Consulter l`étude

Série d`études du Céreq sur l`emploi dans l`industrie chimique
  

Le Cereq et l`Observatoire des industries chimiques (Opic) viennent de publier une série d`études relatives à l`industrie chimique.
Ces études analysent les dynamiques de recrutement des personnels non-cadres, tant du point de vue des flux observés dans les différents secteurs d`activité que de l`évolution des profils, interrogeant de ce fait l`évolution des métiers et des compétences :
- Dans les industries chimiques, « on capte, on forme, on embauche »
- Evolutions des métiers et des emplois non-cadres dans les industries chimiques
Consulter ces études

Prenez part aux 4èmes Journées Nationales d`action contre l`Illettrisme du 8 au 15 septembre 2017 !
  

Il s`agit de s`emparer de la date du 8 septembre, journée internationale de l`alphabétisation de l`UNESCO, pour rassembler pendant une semaine, chaque année, sous une bannière commune, des manifestations qui donnent à voir l`action conduite dans notre pays pour prévenir et lutter contre l`illettrisme.
Cette dynamique collective, très mobilisatrice (environ 300 événements chaque année) permet de susciter une prise de conscience, toujours plus accrue, sur l`illettrisme, de mieux informer sur les solutions de proximité pour aider les personnes concernées à faire le premier pas, et d`impliquer les médias locaux et nationaux.
Cette quatrième édition des Journées Nationales d`Action contre l`Illettrisme du 8 au 15 septembre 2017 poursuit l`idée de proposer une programmation nationale toujours aussi riche, de donner à voir toutes les manifestations labellisées pendant la période. Les porteurs d`événements labellisés JNAI bénéficient d`un kit de communication transmis par l`ANLCI et qui comprend des outils et ressources sur lesquels s`appuyer et des visuels.
Cette année, notamment,l`ANLCI nous vous donne la possibilité de vous emparer de la campagne de communication développée pour répondre au thème de cette 4ème édition : « Ensemble, on peut vaincre l’illettrisme »
Dans la lutte contre l’illettrisme, la rencontre est un élément déclencheur fondamental qui se fonde avant tout sur la confiance.
A travers la campagne de communication que l`ANLCI va diffuser et dont elle vous propose de vous emparer, elle souhaite que chacun puisse prendre conscience qu’il peut aider une personne confrontée à l’illettrisme en étant celui qui lui permettra de sortir de l’isolement et de faire le premier pas vers une solution.

Vous souhaitez :
- alerter les décideurs sur l’importance d’investir massivement dans le développement des compétences de base : lire, écrire, compter, utiliser l’outil numérique… ;
- que votre action de prévention et de lutte contre l’illettrisme soit reconnue et valorisée ;
- que les médias fassent connaître les solutions que vous proposez ?

L`ANLCI vous propose :
- d’organiser une manifestation (portes ouvertes, exposition, conférence…) entre le 8 et le 15 septembre 2017
- de demander à l’ANLCI le label « Agir ensemble contre l’illettrisme » pour que votre initiative renforce le mouvement initié par l’ANLCI « Ensemble on peut vaincre l’illettrisme ».
Vous pouvez renseigner le formulaire de demande de labellisation dès à présent.
Contacts : virginie.lamontagne@anlci.fr et ophelie.raveaud@anlci.fr

Retrouvez le compte-rendu de la matinale du CARIF Espace Compétences sur le numérique et l`orientation vers l`emploi
  

Le numérique transforme nos sociétés et nos économies. Chaque secteur, chaque métier, chaque usage est amené à muter.
Les pratiques d`orientation s`en trouvent impactées (développement de dynamiques pair à pair, intégration de médiateurs numériques etc…).
Face à cette mutation, comment mettre le BIG DATA au service de l`orientation vers l`emploi ?
Comment concilier accompagnement numérique et humain ?

La conférence du 19 mai 2017, dont le thème " La transformation numérique : un atout au service de l`orientation et de l`accompagnement vers l`emploi " a suscité beaucoup d`intérêt, s`est déroulée à l`amphithéatre de la Salle Agora à Aubagne, de 9h30 à 13h00.
Retransmise en webinaire, elle était donc diffusée en direct sur internet et accessible à tous ceux qui n`avaient pas pu faire le déplacement.
Les intervenants ont, chacun leur tour, exposé leur point de vue sur la transformation numérique puis ont pu répondre en direct aux nombreuses questions qui leur étaient posées sur le fil Twitter créé à cet effet (#numerique19mai).
Retrouvez ci-dessous l`enregistrement de la version webinaire* de cette matinale, les supports de présentation des intervenants, les sites présentés.

*S`agissant d`un enregistrement en direct, nous vous conseillons de vous équiper de matériel audio pour profiter pleinement du webinaire (un casque ou une petite enceinte de bureau, afin d’avoir un volume de son convenable).

La Place Pro: le nouvel outil pour déposer ou consulter offres d`emploi, offres de stages et d`alternance
  

Créé à l`initiative de l`Union Pour les Entreprises des Bouches du Rhône (UPE13), association qui fédère 10500 entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d`activité, et en partenariat avec la Ville de Marseille et la CCIMP, La Place Pro est le nouvel outil pour déposer ou consulter offres d`emploi, offres de stages et d`alternance.
Un outil gratuit qui permet aux entreprises de recruter de façon efficace et rapide, mais aussi aux demandeurs de consulter des offres d`emploi, de stages et d`alternance, mais surtout de créer des CVvidéothèque lors de manifestation étudiantes auxquelles participe l`équipe de La Place Pro.
Toutes les annonces sont modérées par l`équipe de Place Pro ce qui permet aux entreprises de recevoir une sélection de CV les plus adaptés à chaque offre.
Ce service offre aussi la possibilité de télécharger des liens et guides utiles pour chaque profil, comme par exemple "Réussir le tutorat en entreprise" guide du MEDEF PACA.
Cet outil est disponible sur laplacepro.com

Le tableau de bord de la métropole Aix-Marseille Provence du 1er trimestre 2017 vient d’être publié !
  

La DIRECCTE PACA vient de publier le tableau de bord de la métropole Aix-Marseille Provence du 1er trimestre 2017!
Ces tableaux de bord trimestriels présentent, pour chacun des trois territoires qui composent la métropole Aix-Marseille-Provence (comparé à la métropole du Grand Lyon), plusieurs indicateurs :
- demande d’emploi en fin de mois,
- flux d’entrées et de sorties de Pôle emploi.
Vous pouvez consulter ces tableaux de bord au format PDF à l`adresse URL suivante

Publication de "Éclairages et Synthèses #29; la place du numérique dans la recherche de candidats par les employeurs" de Pôle Emploi
  

Dans "Éclairages et Synthèses #29" (publié le 27/02/2017), Pôle Emploi nous propose de découvrir la place du numérique dans la recherche de candidats par les employeurs
"La multiplication des outils numériques destinés à faciliter le rapprochement de l’offre et de la demande d’emploi n’a pas pour autant modifié en profondeur les pratiques de recrutement des entreprises.
Celles-ci continuent d’accorder une place majeure aux démarches plus informelles de repérage des candidats : la mobilisation du réseau (67% des employeurs font appel à leurs relations personnelles ou professionnelles, et 47% puisent parmi les personnes ayant déjà travaillé dans l’entreprise) ou le recours aux candidatures spontanées (64% des employeurs). Les canaux relevant du «marché du placement » viennent en second rang : 55% des employeurs recherchent directement des candidatures, essentiellement par des moyens en ligne (diffusion d’offres, utilisation des réseaux sociaux, consultations de Cvthèques), et 40% font appel à un intermédiaire du marché du travail public ou privé. Ces pratiques de recrutement varient cependant sensiblement selon la taille de l’entreprise. Les petites entreprises privilégient largement le réseau, tandis que les entreprises de plus grande taille (au-delà de 50 salariés) sollicitent aussi bien le marché que leur réseau et mobilisent plus souvent les outils en ligne. Lorsque les recruteurs décident de publier une offre d’emploi sur internet pour trouver des candidats, c’est avant tout sur le site internet de Pôle emploi qu’ils le font (69% des établissements)".
Cette publication est consultable en ligne à l`adresse URL suivante

La DARES publie une étude sur les contrats de génération de 2013 à 2015.
  

Selon une étude de la DARES, publiée en décembre 2016 (dans DARES Résultats n°082), les embauches en contrat de génération pour la période de 2013 à 2015 sont en baisse depuis fin 2014. "59 000 demandes d’aides en « contrat de génération » ont été déposées par 35 000 entreprises au titre de l’embauche de jeunes réalisées entre 2013 et 2015. 49 000 ont été validées (83%) et ont donné lieu à la signature effective d’un contrat de génération.
La répartition sectorielle des entreprises bénéficiaires et le profil des salariés en contrat de génération sont restés stables entre 2013 et 2015. Le commerce, l’industrie et la construction sont les principaux secteurs utilisateurs du dispositif.
Le profil type du binôme en contrat de génération associe un jeune homme ouvrier, déjà présent dans l’entreprise avant son embauche en CDI, et un homme senior titulaire d’un emploi plus qualifié. 21% des contrats de génération de 2013 et de 2014 ont été rompus au cours de leur première année, et 20 % des contrats de 2013 ont été rompus au cours de leur deuxième année, le plus souvent du fait du départ du jeune. Ces taux de rupture sont inférieurs à ceux constatés pour les contrats à durée indéterminée ordinaires pour les jeunes de 15 à 24 ans."
Vous pouvez consulter cette étude complète, à l`adresse URL suivante
(Source: DARES résultats n°082 de Décembre 2016.)

Edenred-Ipsos publie une étude intitulée "Les millennials sont-ils si différents de leurs aînés au travail ?
  

Les millennials sont régulièrement décrits comme des salariés à l’esprit collaboratif, acceptant difficilement la hiérarchie et ne voyant plus la rémunération comme seul facteur de motivation mais cherchant à s’accomplir dans leur travail. Le portrait que l’on en dresse est souvent celui d’une génération qui veut se différencier de celle de ses aînés, et qui serait difficile à appréhender.
La onzième édition du baromètre Edenred-Ipsos, menée dans 15 pays auprès de 14 400 salariés, dont 3 500 de moins de 30 ans, démontre que les comportements et attentes des salariés les plus jeunes restent assez pérennes, contrairement aux idées reçues. Plus motivés que leurs aînés, ils dépeignent l’entreprise idéale sous des attributs finalement assez proches de leurs collègues plus expérimentés. Pour l’entreprise, l’enjeu ne serait donc pas tant de traiter cette génération indépendamment des autres, mais plutôt de repenser globalement les enjeux de leadership dans un environnement de plus en plus digitalisé, horizontal et multitâche, en tenant compte des fortes spécificités pays.
À RETENIR:
• Plus de 3 500 salariés de moins de 30 ans interrogés dans 15 pays : Allemagne, Belgique, Brésil, Chili, Chine, États-Unis, Espagne, France, Japon, Inde, Italie, Mexique, Pologne, Royaume-Uni et Turquie.
• 26% de millennials déclarent que leur motivation au travail augmente dans le temps vs. 15% des plus de 30 ans, un écart déjà observé il y a dix ans, avec des résultats contrastés selon les pays (12% en France, 19% en Allemagne ou au Royaume-Uni, 26% aux États-Unis, 30% au Brésil, 32% en Chine et 58% en Inde).
• 57% des moins de 30 ans pensent que l’entreprise idéale est une entreprise qui privilégie avant tout la récompense des efforts.
• 59% des millennials attendent que leur hiérarchie tienne ses engagements.
Vous pouvez consulter le communiqué de presse d`Edenred - Ipsos en suivant ce lien

L`APEC publie l’édition 2016 de l`Enquête sur la Mobilité des cadres
  

L`APEC a mis en ligne le 23 juin dernier, l`édition 2016 de son enquête sur la mobilité des cadres.
En 2015, la mobilité professionnelle des cadres est restée relativement stable. Un quart d’entre eux ont connu un changement professionnel : 6,4 % ont changé d’entreprise durant l’année et 19 % ont évolué en interne. La formation est un levier clé pour préparer une mobilité selon l’enquête. Ainsi, 35 % des cadres formés en 2015 déclarent avoir des intentions de mobilité. Enfin, parmi ceux qui n’ont connu aucun changement, 8 sur 10 se déclarent satisfaits de leur situation professionnelle.
Pour consulter le dossier de presse et l`intégralité de l`étude (au format PDF), rendez-vous sur l`article de l`APEC

Info, conseil et accompagnement des TPE/PME
  

Les Direccte, en application de la circulaire du 15 juin 2016 relative à l’accompagnement du développement des très petites entreprises (TPE) et des moyennes entreprises (PME) et de la qualité de l’emploi, vont mettre en place une offre de services pour permettre aux TPE/PME d’accéder à une information et à un conseil gratuit de 1er niveau sur les sujets ressources humaines, la règlementation du travail, les conventions collectives et les aides mobilisables. Des outils adaptés seront proposés aux TPE-PME qui pourront, si besoin, être orientées vers l’interlocuteur adéquat pour une prise en charge plus approfondie.
A cette fin, chaque Direccte doit définir, d`ici au 15 septembre 2016, un plan d’action sur la base d`un diagnostic territorial des offres d`accompagnement existantes et des difficultés RH des TPE/PME du territoire
Cette démarche s`appuiera sur des partenariats avec les principaux acteurs, opérateurs et réseaux existant sur les territoires etapportant des solutions RH aux employeurs. Ces partenaires pourront être conventionnés pour relayer au plus près des TPE-PME les dispositifs emploi/formation, détecter plus efficacement les entreprises en difficulté ou en fort développement (pouvant nécessiter des actions de recrutement et la structuration de leur fonction RH), répondre à des besoins spécifiques et pour proposer appui et accompagnement pour sécuriser les entreprises en matière de réglementation du travail.
Vous trouverez plus d`information, en consultant la CIRCULAIRE N° DGEFP/MADE/DGT/DARES/2016/196 du 15 juin 2016 relative à l’accompagnement du développement des très petites entreprises (TPE) et des moyennes entreprises (PME) et de la qualité de l’emploi

Présenté le 8 juin dernier, le site de recrutement de Carrefour propose désormais des offres d’emploi personnalisées aux candidats.
  

Présentées mercredi 8 juin 2016 par Thierry Roger, directeur de Carrefour Espace Emploi, le site de recrutement de Carrefour propose désormais des offres d’emploi personnalisées aux candidats. C`est lors de la conférence "La digitalisation au service de l’expérience candidat", organisée par la start-up Scoringline et le Lab RH, que Thierry Roger a présenté la nouvelle plate-forme numérique de recrutement du groupe de distribution, après quatre ans d’effort et de refonte du site Internet.
Quelques nouvelles fonctionnalités:
- des offres rubriquées et géolocalisées selon les profils.
- Un quiz pour guider les candidats vers une offre d’emploi qui leur corresponde.
- des vidéos de salariés occupant déjà ce poste.
- des descriptions de postes.
- des informations pour contacter directement les collaborateurs témoins.
- des conseillers RH en ligne sont également disponibles, à toutes les étapes du processus de recrutement.
Ces nouvelles fonctionnalitées sont un réel avantage pour Carrefour, puisqu`elles permettent que les candidatures soient plus ciblées qu’auparavant: "Avant, on avait des candidats qui pratiquaient le mailing, c’est-à-dire qu’ils candidataient à quarante postes à la fois. Cette pratique nous posait problème, on ne s’y retrouvait plus. Maintenant, ce n’est plus le cas, les candidatures sont bien plus ciblées", déclare Thierry Roger.
Une vidéo explicative intitulé "Le parcours de recrutement des candidats chez Carrefour" est disponible sur la page Youtube De Carrefour France

Audiens et Movinmotion lancent une plate-forme RH qui simplifie l`embauche, la gestion sociale et la paie des artistes et techniciens du spectacle
  

Movinmotion est une start-up française créée en 2012. Elle se spécialise dans la gestion RH des intermittents du spectacle. C’est également une sorte de « réseau social ». Les intermittents y créent gratuitement un « coffre-fort numérique » dans lequel ils reçoivent et entreposent leurs contrats de travail et leurs bulletins de salaire. C`est ce service complet qui a séduit Audiens, le groupe mutualiste spécialisé dans la protection sociale du secteur de la culture, de la communication et des médias. Selon Éric Breux (Directeur du Pôle Développement pour Audiens), le groupe a décidé de rentrer au capital de Movinmotion. « Pour l’instant, nous avons acquis 25 % et nous monterons progressivement à 100 % d’ici 2018. ».
Ensemble, ils mettent à disposition des employeurs du secteur culturel « Movinmotion by Audiens », la plateforme collaborative dédiée à la culture de Movinmotion, au sein de son portail Audiens Service 3.0.
Ainsi, les employeurs du secteur culturel peuvent désormais effectuer simplement, toutes les démarches liées au recrutement d’un artiste ou technicien du spectacle. L’outil leur donne également accès à une information immédiate sur les conventions collectives du spectacle et à un carnet d’adresses en ligne de plus de 7 500 profils, facilitant ainsi les recrutements.
Movinmotion by Audiens est accessible gratuitement pour les salariés. Le service de paie et la signature électronique des contrats de travail pour les employeurs sont quant à eux payants. La plateforme est accessible sur tablette et ordinateur.
Retrouvez la vidéo explicative sur le site Web de Movinmotion

La Direccte Provence-Alpes-Côte d`Azur publie une étude qualitative des accords sur l`égalité hommes-femmes
  

La Direccte Provence-Alpes-Côte d`Azur publie une étude qualitative des accords sur l`égalité hommes-femmes dans la région. Le document revient sur l`application de la loi 2010-1330 du 9 novembre 2010 et analyse 59 accords et 7 plans d`action conclus par les entreprises de 50 salariés et plus, dans le cadre de ces obligations légales.
Cette étude est disponible sur le site internet de la Direccte Provence-Alpes-Côte d`Azur.

Partenariat entre l`Arpe, l`IRFEDD, l`ORM et le CARIF : pour une meilleure connaissance de l`état de l`emploi et de la place des femmes dans les métiers de l`économie verte en Provence-Alpes-Côte d`Azur
  

Les résultats du projet "Anticiper les opportunités d`emploi pour les femmes au sein de l`économie verte et verdissante" conduit par l`Agence Régionale Pour l`Environnement et l`Ecodéveloppement (ARPE PACA) pendant 2 ans et coréalisé avec l`Institut Régional de Formation à l`Environnement et Développement Durable (IRFEDD) et l`Observatoire régional des Métiers (ORM) ont été présentés le 17 septembre dernier.
Le livret pratique "Emplois verts, opportunités pour les femmes ?" édité dans le cadre de ce projet a été remis à cette occasion.

Parmi les activités liées à l`économie verte en PACA, quatre sont porteuses d`enjeux emblématiques au regard de la place des femmes : l`entretien, la création des espaces verts, du traitement des déchets, de l`assainissement de l`eau et de la maintenance. Elles sont présentées en focus thématiques au fil des pages.

Retrouvez ce livret sur le site de l`ARPE, de l`IRFEDD ou de l`ORM