Zoom sur ...

Portail VAE

 
Plan de relance de l`apprentissage
  

Création d`une aide exceptionnelle au recrutement des apprentis, jusqu`au niveau master et pour toutes les entreprises

Aide financière de :
- 5 000 euros pour un apprenti de moins de 18 ans ;
- 8 000 euros pour un apprenti majeur ;
par contrat préparant à un diplôme jusqu’au master.

Pour les contrats signés à compter du 1er juillet 2020 et jusqu’au 28 février 2021, cette aide sera versée :
- aux entreprises de moins de 250 salariés sans condition ;
- et aux entreprises de plus 250 salariés à la condition qu’elles s’engagent à atteindre le seuil de contrats d’apprentissage ou de contrats de professionnalisation dans leur effectif en 2021, selon des modalités définies pas décret (faute de quoi il faudra rembourser les sommes perçues.)

! Avec cette mesure, pour les entreprises, le coût du recrutement d’un salarié en contrat d’apprentissage représente un faible reste à charge – voire quasi-nul – pour la 1e année de contrat !

À noter : à l’issue de la première année d’exécution du contrat, les entreprises éligibles à l’aide unique pourront bénéficier de cette aide jusqu’à la fin du contrat.

Prolongation à 6 mois du délai de signature d’un contrat d’apprentissage avec une entreprise
Pour les jeunes entrant en formation entre le 1er août et le 31 décembre 2020, un délai de 6 mois leur est accordé pour trouver une entreprise avec laquelle signer un contrat d’apprentissage.
Ils peuvent ainsi rester en centre de formation des apprentis (CFA), sans contrat, pendant 6 mois (contre 3 mois avant). Durant cette période, le CFA est financé pour assurer son accueil.

Autres mesures pour les organismes de formation et les apprentis
- La possibilité de financer pour les CFA l’achat de matériels numériques dans le cadre de l’aide au premier équipement ;
- Chaque jeune qui a fait un vœu sur Parcoursup ou Affelnet pour aller en apprentissage se verra offrir au moins une proposition d’apprentissage.

Source : travail-emploi.gouv.fr

Emploi des jeunes : Présentation du plan "1 jeune, 1 solution"
  

Faciliter l’entrée dans la vie professionnelle
- Une compensation de charge de 4 000 euros pour tout jeune recruté entre août 2020 et janvier 2021.
- Une aide exceptionnelle de 5 000 euros pour recruter un alternant de moins de 18 ans ( en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) ou de 8 000 euros pour recruter un alternant de plus de 18 ans.
- 100 000 missions de service civique supplémentaires pour permettre à des jeunes de s’engager dans des associations.
- 2 000 emplois FONJEP en appui des associations pour se développer et se consolider.
- 1 000 jeunes seront recrutés dans des TPE et PME sur des métiers centrés autour de la transformation écologique des modèles économiques.
- 2 500 jeunes seront orientés vers des emplois dans le monde du sport dans le cadre de l’action de l’Agence nationale du sport.

Orienter et former 200 000 jeunes vers les secteurs et les métiers d’avenir
- 100 000 nouvelles formations qualifiantes ou pré-qualifiantes qui seront proposées aux jeunes sans qualification ou en échec dans l’enseignement supérieur.
- 16 000 formations dans le secteur du soin pour doubler les capacités de formation des aides-soignants, des infirmières et des auxiliaires de vie dans les 5 prochaines années.
- 35 000 formations numériques pour les jeunes non-qualifiés en 2020 et 2021.
- Des parcours individualisés pour 35 000 décrocheurs entre 16 et 18 ans d’ici fin 2021.
- 26 500 places supplémentaires pour poursuivre des formations en études supérieures, en CAP et BTS à la rentrée 2020.
- Doublement du nombre d’élèves bénéficiaires des cordées de la réussite et des parcours d’excellence.

Accompagner des jeunes éloignés de l’emploi en construisant 300 000 parcours d’insertion sur mesure
- 120 000 dispositifs supplémentaires d’insertion dans l’emploi : Parcours Emploi Compétences (PEC) et Contrat Initiative Emploi (CIE).
- Augmentation de 50% des places en Garantie jeunes pour atteindre 150 000 possibilités d’accompagnement.
- 80 000 Parcours Contractualisé d’Accompagnement vers l’Emploi et l’Autonomie (PACEA) supplémentaires.
- Doublement de l’Accompagnement Intensif Jeunes (AIJ) mis en place au sein de Pôle emploi.
- 3 000 places supplémentaires dans le dispositif SESAME : accompagnement sur mesure vers les métiers du sport et de l’animation.

! Consulter le dossier de presse complet !

Source : travail-emploi.gouv.fr

Rejoignez le Club des Ambassadeurs en Région Sud !
  

Ce club d’ambassadeurs regroupe des chefs d’entreprise et entrepreneurs qui participent au rayonnement d’Apprentis d’Auteuil en région, soucieux de pérenniser ses activités auprès des jeunes en difficulté.

La mission de l’Ambassadeur :
- Développer la notoriété d’Apprentis d’Auteuil dans le monde de l’entreprise
- Mettre à disposition son expertise et son réseau professionnel
- Être un relais de collecte et de communication (mécénat, taxe d’apprentissage, philanthropie)

Contact :
Vous souhaitez rejoindre l’un de nos clubs ou bien en créer un nouveau dans votre département ?
Contactez Gaël CHARVERIAT, Responsable Mécénat Sud-Est
Tél. : 04 72 97 04 31 – Portable : 06 63 66 61 77 – gael.charveriat@apprentis-auteuil.org

Source : paca.apprentis-auteuil.org

Les ambassadeurs de l`apprentissage : Objectif, valoriser l`apprentissage et mettre en lumière les métiers de l`artisanat !
  

Parce que rien ne vaut la parole d`un apprenti, les 7 campus de l`Université des Métiers, avec le soutien de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d`Azur, ont lancé le réseau des Ambassadeurs de l`Apprentissage. Près de 70 apprentis Ambassadeurs de l`Apprentissage répartis sur toute la région, chargés de promouvoir leurs filières et leurs formations auprès des jeunes en quête d`orientation.

Cliquez ici pour voir la vidéo de présentation

Source : Université des Métiers et de l`Artisanat PACA

1 parrain, 1 emploi : solidarité pour nos jeunes diplômés !
  

Vous avez besoin d’un coup de pouce pour optimiser votre recherche d’emploi ?
Vous avez moins de 26 ans, êtes titulaire d’un Bac +2 ou plus et êtes inscrit(e) à Pôle emploi : soyez coaché par un chef d’entreprise ! Nous pouvons vous mettre en relation avec un professionnel de votre secteur d’activité qui vous parrainera et vous apportera des conseils sur-mesure pour booster vos démarches, valoriser vos compétences et développer votre réseau.
! Découvrez en vidéo les témoignages de plusieurs jeunes diplômés ayant bénéficié du dispositif "1 Parrain, 1 Emploi" !

Quels objectifs ?
- Valoriser vos compétences, votre potentiel et vos aptitudes
- Avoir une meilleure connaissance du monde de l’entreprise et du tissu économique local lié à votre secteur d’activité
- Avoir un soutien pour dépasser toute forme de préjugé et/ou de freins
- Développer votre réseau professionnel et personnel

Comment ça marche ?
La Région pilote le pilotage du dispositif et coordonne les initiatives menées sur l’ensemble du territoire régional.

L’intervention de Pôle emploi porte sur 3 champs distincts et complémentaires :
- La mise en place d’un sourcing des jeunes diplômés afin de les orienter sur le dispositif ;
- La mobilisation de ces 400 conseillers entreprise afin qu’ils encouragent les chefs d’entreprises qu’ils rencontrent à s’investir dans l’action de parrainage ;
- Une offre de « coaching » via la mobilisation de 90 conseillers dédiés à l’accompagnement intensif des jeunes.
! 1 Parrain, 1 Emploi, le powtoon ! !

Enfin, Vous êtes chef d’entreprise, cadre supérieur en activité ?
La Région et Pôle emploi vous invitent à parrainer bénévolement des jeunes diplômés en recherche d’emploi.
Votre rôle consiste à les accompagner dans leur parcours d’accès à l’emploi, en partageant votre expérience et votre réseau.
- Devenir parrain ou marraine
- Devenir filleul

Source : maregionsud.fr

Opco Constructys : Apprentissage, les informations à connaitre
  

C’EST QUOI LE CONTRAT D’APPRENTISSAGE ?

Vous souhaitez embaucher en contrat d’apprentissage : téléchargez la fiche contrat d’apprentissage

COMBIEN CA VA ME COUTER ?

Vous hésitez au regard du coût que cela peut représenter pour votre entreprise : utiliser le simulateur* qui vous donnera une estimation du reste à charge en comparant rémunération et aides aux employeurs.
*attention aux rémunérations conventionnelles plus favorables pour les entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics

Pour le coût de formation, CONSTRUCTYS règle directement le CFA à hauteur des coûts contrats définis par France Compétences
A noter ! Il peut y avoir un reste à charge pour votre entreprise si le coût de formation excède le coût contrat.

QUELLES FORMALITES ADMINISTRATIVES ?

- Vous remplissez le cerfa
- Vous récupérez la convention de formation auprès du CFA.
- Vous joignez le tout à : CONSTRUCTYS PACA&CORSE – 151 Avenue des Aygalades – CS 70343 – 13344 MARSEILLE CEDEX 15 ou adressez par mail : contrat.apprentissage-pacacorse@constructys.fr

Source : constructys.fr

Opco Ocapiat : PartNet le nouvel extranet des CFA est ouvert
  

Ce nouveau service permet dès aujourd’hui au CFA d’enregistrer de manière dématérialisée des contrats d’apprentissage pour le compte des entreprises : Dès maintenant, RDV sur l’espace PartNet en cliquant sur https://monespace.ocapiat.fr/

PartNet : Tous les avantages d’un extranet fiable et sécurisé !
- Saisir en ligne un CERFAen substitution d’une entreprise
- Valider une facture proforma
- Déposer une rupture avec abandon
- Consulter les dossiers et l’historique de vos démarches
- Consulter les factures et paiements
- Déposer des factures, des avoirs, des attestations et justificatifs.

OCAPIAT facilite aux CFA la création rapide de leur compte PartNet et de leurs codes de connexion avec l’aide d’un TUTORIEL

Source : ocapiat.fr

Nouveau : L’abondement Pôle emploi est intégré à Mon compte formation !
  

A partir de mercredi 08 juillet 2020, un demandeur d’emploi peut bénéficier d’un financement complémentaire de Pôle emploi pour son projet de formation, directement depuis Mon compte formation, si ses droits formation sont insuffisants. L`abondement Pôle emploi a été directement intégré dans le Parcours de l`usager sur son espace connecté Mon compte formation et peut être demandé facilement par un usager identifié comme Demandeur d`emploi.

Pour bien comprendre comment cela va fonctionner, voici les étapes clés de validation d`un dossier de formation pour les usagers identifiés comme demandeurs d`emploi, de la demande d`inscription de l`usager à la gestion de son dossier par les organismes de formation :

> Etape 1 : Le titulaire fait une demande d’inscription sur MCF.fr ou l’appli
> Etape 2 : L’Organisme de Formation étudie la demande d’inscription et la valide
> Etape 3 : Si ses droits sont insuffisants, le titulaire peut faire une demande d’abondement à Pôle emploi
Vous devez alors réserver sa place pendant 12 jours ouvrés maximum, dans l’attente de la réponse de Pôle emploi.
> Etape 4 : Pôle emploi étudie la demande d’abondement
Si la demande d’abondement est refusée, le titulaire peut payer le reste à charge ou annuler son dossier
> Etape 5 : Si la demande d’abondement est acceptée par Pôle emploi, le dossier est automatiquement accepté dans EDOF
Dès que la réponse est donnée, vous êtes au courant par une notification e-mail de EDOF. Vous pouvez préparer l’accueil de votre nouveau stagiaire !

Si vous avez des questions à ce sujet, vous pouvez contacter l’équipe KAIROS qui s’engage à vous répondre dans les plus brefs délais :
- par téléphone au 09 72 72 00 70 (ouvert du lundi au jeudi de 9h à 17h et le vendredi de 9h à 15h)
- ou par mail à formation.kairos@pole-emploi.fr
- ou consulter le Guide EDOF dédié

Source : of.moncompteformation.gouv.fr

Opco AKTO soutient les entreprises et les CFA dans leur reprise d’activité
  

AKTO développera une task-force alternance dans chaque région pour :

- Animer un tissu local de partenaires formation-emploi (Missions locales, agences de Pôle emploi, Conseils régionaux, CFA, organismes de formation, entreprises, …) pour sécuriser les parcours des jeunes de l’orientation à l’intégration dans l’entreprise tout au long de leur cursus de formation.
- Proposer une cartographie régionale de l’offre de formation en alternance en lien avec les 27 branches qui composent AKTO et pour ses 180 000 entreprises adhérentes.
- Promouvoir l’offre de formation en alternance auprès des entreprises et notamment les TPE-PME.

Au-delà de ces mesures, AKTO et l’ensemble des partenaires sociaux des 27 branches qui le composent co-construisent un plan de rebond pour garantir un accompagnement renforcé pouvant durer jusqu’à un an afin de garantir à ces jeunes l’emploi durable, aux entreprises un recrutement efficient et aux CFA et organismes de formation un appui facilitateur !

Vous envisagez de recourir à l’apprentissage ? Veuillez contacter votre conseiller AKTO :

- AKTO – Réseau Fafih Délégation Paca-Corse
- AKTO – Réseau Faf.tt Provence-Alpes-Côte d`Azur / Corse
- AKTO – Réseau Intergros : Délégation MEDITERRANEE - 350 avenue Guillibert de la Lauzière - Parc Club du Golf - Bâtiment 19 - 13290 Aix en Provence - Tel. 04 13 57 11 80
- AKTO – Réseau Opcalia - Direction Provence-Alpes-Côte d`Azur
- AKTO – Réseau Propreté - Provence-Alpes-Côte d`Azur + Corse

Source : akto.fr

Opco Uniformation : Web conférence à destination des CFA
  

Avec la crise sanitaire et la crise économique qui s’en suit (moins 8% de PIB estimé en 2020), les recrutements en alternance à la rentrée de septembre 2020 pourraient être fortement impactés.

Dans cette situation, Uniformation souhaite proposer à ses entreprises adhérentes et aux établissements de formation un maximum de services (accompagnements, finances et outils) permettant de faciliter le recrutement et la gestion en alternance. Avec les CFA, Uniformation souhaite co-construire et mettre en œuvre les actions permettant de contrer la menace d’effondrement du recours à l’apprentissage.

AU PROGRAMME
- Point d’étape sur les relations CFA/OPCO 6 mois après la reprise du financement au contrat
- Présentation des secteurs de la Cohésion sociale, de leurs métiers et de leur potentiel de recrutement en apprentissage
- Présentation des différents services Uniformation : accompagnements personnalisés des entreprises, ateliers, comparateur des coûts, cartographie de l’offre de formations, guide alternance…
- Ateliers de travail en petits groupes sur les enjeux de la crise sanitaire. L’objectif ? Trouver ensemble des solutions pour maintenir les recrutements en alternance

La web conférence est du 7 juillet est passée mais vous souhaitez participer à un prochain événement de ce type ? Complétez dès maintenant le formulaire et n’hésitez-pas à proposer des thématiques que vous aimeriez traiter à l`avenir avec Uniformation. CLIQUEZ-ICI

Source : uniformation.fr

Opco Atlas : Découvrez le montant de prise en charge annuelle
  

Quand vous signez un contrat d’apprentissage,Opco Atlas prend en charge son financement. Le « coût contrat », dépend du diplôme visé et de la branche professionnelle dont vous dépendez.
Pour connaitre le montant de la prise en charge, cliquez ICI

Source : opco-atlas.fr

L`Afdas soutient le lancement de la Plateforme Emploi de la filière Tourisme
  

Cette plateforme numérique des métiers du Tourisme, dont la création a été annoncée le 14 mai dernier lors du Conseil Interministériel du Tourisme, est officiellement lancée mardi 30 juin 2020.

Créée dans le cadre de l’EDEC des branches dont les activités sont liées au Tourisme, avec le soutien de l’Institut Français du Tourisme, du ministère du Travail, du ministère des Affaires Etrangères, de l’Afdas, d’AKTO et de l’Opco Entreprises de Proximité, elle permet de :
- Se renseigner sur les métiers du tourisme en saison
- Trouver un emploi via une recherche multicritères
- Avoir accès à des informations et actualités sur le secteur (dans cette première parution, les aménagements liés aux règles sanitaires sont mis en avant)

Véritable outil, la Plateforme Emploi tourisme permet de mettre en relation employés et employeurs pour offrir des opportunités de carrière et d’évolution aux uns et des solutions aux problématiques d’attractivité du secteur et de recrutement aux autres.

Découvrez la Plateforme Emploi tourisme >>> monemploitourisme.fr

La première version est dédiée en priorité au recrutement des saisonniers, compliqué par les conséquences de la crise sanitaire. Elle offre ainsi des solutions pour les emplois de la saison estivale 2020 (accueil, salle, animation, métiers de l’hospitalité , management…).

En octobre, une version définitive et complète sera mise en ligne avec de nouvelles fonctionnalités dédiées à tous les acteurs du secteur, des outils pour créer des passerelles métiers et une rubrique sur les reprises d’entreprises.

Source : afdas.com

Opco 2i : Formalisation du Contrat d`Apprentissage
  

Le Cerfa FA13 est établi en trois exemplaires originaux :
- un pour l’employeur
- un pour le salarié
- un pour le service de dépôt

Chacun des exemplaires originaux doit être signé par l’employeur et par l’apprenti (ainsi que par son représentant légal lorsque l’apprenti est mineur).

Sous réserve, le cas échéant, des règles fixées par l’organisme certificateur du diplôme ou titre à finalité professionnelle visé, cette durée de formation ne peut être inférieure à 25 % de la durée totale du contrat.

- FICHE PRATIQUE "Embaucher un apprenti"
- CONVENTION DE FORMATION

Source : opco2i.fr

Je filme MA FORMATION
  

JE FILME MA FORMATION est un concours vidéo pédagogique annuel pour la découverte des formations et de leurs débouchés. Sa mission est de faciliter l’orientation. Il vise à faire connaître les formations, leurs débouchés et les établissements qui les proposent via une démarche active de création vidéo numérique.

Le concours est ouvert à tous les établissements publics ou privés de formation initiale français ou étrangers, continue, alternance, de tous niveaux ( cap, bac pro, BTS, licence, master…) de France métropolitaine, d’outre-mer et des autres pays du monde entier, aux lycées pro, lycées agricoles, lycées Français à l’étranger, CFA, centres de formation, universités, grandes écoles… Dans le cadre de la formation continue, seules les formations certifiantes sont admises à participer au concours.

Les candidats doivent présenter des films récents qui peuvent être réalisés avec les moyens du bord par des jeunes aidés ou non par un professionnel pour la technique.

– Date de clôture des candidatures : 17 janvier 2021
– Date limite d`envoi des vidéos : 3 février 2021
– Cérémonie officielle de remise du Trophée de l’Orientation : 30 mars 2020

! Plus d`informations : jefilmemaformation.tv

Je filme le métier QUI ME PLAÎT
  

L’orientation est une étape importante et ô combien difficile, pour les jeunes, leurs parents, les responsables de l`éducation. Le numérique est passé par là : Faire le bon choix ne s’improvise pas !

Réaliser un reportage vidéo d’une durée de 3 minutes maximum sur un métier*, du scénario au montage représente en effet l’outil idéal d’appropriation d’un contenu. Ici, pas de copier/coller possible : il faut écrire un scénario, enquêter, comprendre, reformuler, synthétiser, faire exprimer, restituer, suggérer.

En réalisant une vidéo sur un métier, dans le cadre de JE FILME LE MÉTIER QUI ME PLAÎT, et ce, quel que soit le métier choisi, les jeunes vont eux même acquérir progressivement (scénario, préparation, tournage, montage, communication) les compétences pour interroger et comprendre les métiers ( notion de tâche, de compétence, de responsabilité, de parcours...) , ce qui aujourd`hui est plus que jamais indispensable dans une démarche d`orientation.

Qui peut participer ?

- Tous les élèves, étudiants, stagiaires,
- avec les équipes éducatives de collèges, de lycées d’enseignement général et technologique, de lycées professionnels, de lycées agricoles, d`universités, d`IUT, de CFA , de centres de formation en France ou d`établissements français à l’étranger, d`écoles de la deuxième chance, de maisons familiales et rurales...
- avec leurs animateurs de missions locales, associations d`insertion, clubs vidéo, cyberbases, PIJ, PAIO, maisons de l`emploi, cités des métiers, pôles emploi …

sont invités à participer,

- soit dans un cadre scolaire* (activités de classes telles que le Parcours avenir ou l’accompagnement personnalisé),
- soit dans le cadre d`activités d`insertion, d`orientation,

*Les programmes actuels du lycée général et technologique prévoient chaque année un horaire dédié à l’orientation de 54h, ceux du lycée professionnel un horaire de 265 heures d`accompagnement sur 3 années, ceux du collège un horaire de 12h en 4e et 36h en 3e) C’est l’occasion de conduire un projet collectif qui développe aussi des compétences numériques.

! Plus d`informations : jefilmelemetierquimeplait.tv

mobilisationemploi.gouv.fr : Plateforme de recrutement
  

Vous êtes employeur et vous avez besoin de main d’œuvre ?
Vous êtes actuellement en recherche d’emploi ?

Accédez à la plateforme mobilisationemploi.gouv.fr

A savoir :
- À chaque offre déposée : un conseiller Pôle emploi appelle systématiquement l’employeur pour vérifier le respect des consignes sanitaires et caractériser le besoin et compétences attendues. Le recruteur s’engage formellement à respecter les consignes sanitaires.
- Pôle emploi proposera à chaque employeur de prendre en charge la présélection des candidats si besoin.
- Candidature sans contrainte : les candidats pourront consulter les offres sans créer de compte et accéder directement aux coordonnées du recruteur.

Source : Ministère du Travail

Covid-19 : quelles dispositions pour les contrats d`apprentissage et de professionnalisation ?
  

En tant que salarié, l`apprenti peut être placé en activité partielle par l`entreprise.

Dans le cadre de l`activité partielle, il n`y a pas à distinguer période en entreprise et période en CFA. Que la formation se poursuive pendant la période de confinement ou non, l`apprenti placé en activité partielle l`est au titre de son temps de travail habituel (qui inclut donc le temps de formation). Toutefois, il est dans l`intérêt de l`apprenti de suivre les cours à distance, s`il possède les outils le permettant et que le CFA le propose, pour conserver toutes ses chances de réussite à l`examen.

Un apprenti placé en activité partielle ne perçoit plus une rémunération de la part de son employeur, mais une indemnisation, à l`instar des autres salariés.

L`indemnisation varie selon la rémunération antérieure des apprentis et salariés en contrat de professionnalisation.
- pour une rémunération inférieure au Smic : l`indemnité d`activité partielle sera égale à leur rémunération antérieure (l`indemnisation versée couvre à la fois la rémunération applicable au titre des dispositions du Code du travail et la part conventionnelle).
- pour une rémunération égale ou supérieure au Smic : l`employeur verse une indemnité équivalente à 70 % de la rémunération horaire brute antérieure (soit 84 % du salaire net), qui ne peut être inférieure à 8,03 € (soit le Smic). Le fait d`être placé en activité partielle ne conduit pas automatiquement à la prolongation du contrat du salarié. En effet, les modalités de réalisation de la formation à distance sont facilitées afin de permettre, autant que possible, la poursuite de la formation selon le calendrier initialement prévu. En revanche, si la session de formation est reportée ou si l`ensemble de la formation n`a pu être réalisée à distance voire l`examen décalé, le contrat peut être prolongé. Il est permis de ne pas appliquer les dispositions habituelles liées à la durée des contrats, à l`âge maximal du bénéficiaire (25 ans et 26 ans pour les demandeurs d`emploi) et à la durée de formation.

Les apprentis dont les contrats d`apprentissage sont en cours ont la possibilité de ne pas débuter leur formation dans le délai maximal de 3 mois compte tenu des difficultés liées à l`état d`urgence sanitaire. Ils bénéficient d`un délai de 3 mois supplémentaires.

À savoir : Dans le cadre du déconfinement, la prise en charge de l`indemnité d`activité partielle par l`État et l`Unedic a évolué depuis le 1er juin 2020 pour les secteurs où l`activité économique a repris progressivement. Elle est passée de 100 % à 85 % de l`indemnité versée au salarié dans la limite (inchangée) de 4,5 fois le Smic. L`employeur doit désormais financer les 15 % restants.
Cette modification ne change rien pour les salariés qui continuent à percevoir environ 84 % de leur rémunération nette et au minimum le Smic net.


Source : service-public.fr

Propositions de mesures de sécurité sanitaire pour l’organisation des sessions d’examen des titres professionnels du ministère du travail dans le secteur de la conduite routière - Mise à jour du 25 mai 2020
  

La présente fiche a pour objet de proposer aux centres d’examen des mesures de sécurité sanitaire spécifiques pour l’organisation des sessions d’examen des titres professionnels de la conduite routièredu ministère du travail.

Source : Ministère du Travail

Propositions de mesures de sécurité sanitaire pour l’organisation des sessions d’examen du titre professionnel du ministère du travail Technicien d`équipement d`aide à la personne - Mise à jour du 27 mai 2020
  

La présente fiche a pour objet de proposer aux centres d’examen des mesures de sécurité sanitaire spécifiques pour l’organisation des sessions d’examen du titre professionnel Technicien d`équipement d`aide à la personne (TEAP).

Source : Ministère du Travail

Propositions de mesures de sécurité sanitaire pour l’organisation des sessions d’examen du titre professionnel d’assistant de vie aux familles (ADVF) - Mise à jour du 8 juin 2020
  

La présente fiche a pour objet de proposer aux centres d’examen des mesures de sécurité sanitaire spécifiques pour l’organisation des sessions d’examen du titre professionnel d’assistant de vie aux familles (ADVF).

Source : Ministère du Travail

Plan de relance de l`apprentissage
  

CREATION D`UNE AIDE EXCEPTIONNELLE AU RECRUTEMENT DES APPRENTIS, JUSQU`AU NIVEAU DE LA LICENCE PROFESSIONNELLE ET POUR TOUTES LES ENTREPRISES

Aide financière de :
- 5 000 euros pour un apprenti de moins de 18 ans ;
- 8 000 euros pour un apprenti majeur ;
par contrat préparant à un diplôme jusqu’à la licence professionnelle (bac + 3 – niveau 6 du RNCP).

Pour les contrats signés à compter du 1er juillet 2020 et jusqu’au 28 février 2021, cette aide sera versée :
- aux entreprises de moins de 250 salariés sans condition ;
- et aux entreprises de 250 salariés et plus à la condition qu’elles s’engagent à atteindre le seuil – déjà fixé par la loi – de 5% de salariés en contrats favorisant l’insertion professionnelle et l’alternance en 2021.

Avec cette mesure, pour les entreprises, le coût du recrutement d’un salarié en contrat d’apprentissage représente un faible reste à charge – voire quasi-nul – pour la 1e année de contrat.
Á noter : à l’issue de la première année d’exécution du contrat, les entreprises éligibles à l’aide unique pourront bénéficier de cette aide jusqu’à la fin du contrat.

PROLONGATION A SIX MOIS DU DELAI DE SIGNATURE D`UN CONTRAT D`APPRENTISSAGE AVEC UNE ENTREPRISE

Pour les jeunes entrant en formation entre le 1er août et le 31 décembre 2020, un délai de 6 mois leur est accordé pour trouver une entreprise avec laquelle signer un contrat d’apprentissage.
Ils peuvent ainsi rester en centre de formation des apprentis (CFA), sans contrat, pendant 6 mois (contre 3 mois avant). Durant cette période, le CFA est financé pour assurer son accueil.

AUTRES MESURES POUR LES ORGANISMES DE FORMATION ET LES APPRENTIS

- La possibilité de financer pour les CFA l’achat de matériels numériques dans le cadre de l’aide au premier équipement ;
- Chaque jeune qui a fait un vœu sur Parcoursup ou Affelnet pour aller en apprentissage se verra offrir au moins une proposition d’apprentissage.

Source : Ministère du Travail

Mobilisation exceptionnelle pour l`emploi : plateforme de recrutement
  

Il s’agit de répondre aux besoins en recrutement des entreprises dans de nombreux secteurs en garantissant une large visibilité aux offres d’emploi saisonniers – notamment dans la branche hôtel-restaurant-cafés – tout en veillant à assurer la santé et la sécurité des salariés.

Parmi les secteurs qui ont des besoins en recrutement : santé, agriculture, agroalimentaire, transports, logistique, aide à domicile, énergie, télécommunication, hôtellerie, restauration, etc.:
- Vous êtes actuellement en recherche d’emploi ?
- Vous êtes employeur et vous avez besoin de main d’œuvre ?
Accéder à la plateforme mobilisationemploi.gouv.fr


À SAVOIR : contrairement aux idées reçues, les emplois saisonniers d’été ne sont pas réservés aux jeunes et aux étudiants. Ils concernent toutes les personnes cherchant un emploi saisonnier. Et le droit du travail encadre les jobs d’été et emplois saisonniers selon votre situation.

IMPORTANT
- À chaque offre déposée : un conseiller Pôle emploi appelle systématiquement l’employeur pour vérifier le respect des consignes sanitaires et caractériser le besoin et compétences attendues. Le recruteur s’engage formellement à respecter les consignes sanitaires.
- Pôle emploi proposera à chaque employeur de prendre en charge la présélection des candidats si besoin.
- Candidature sans contrainte : les candidats pourront consulter les offres sans créer de compte et accéder directement aux coordonnées du recruteur.

Source : Ministère du Travail

Covid 19 - Travailleurs saisonniers : une circulaire fixe les conditions d’entrée sur le territoire
  

Modalités d’entrée en France et documents justificatifs

Les travailleurs saisonniers agricoles ayant la nationalité ou résidant dans un État membre de l’Union européenne, de l’espace Schengen et du Royaume-Uni, d’Andorre, de Monaco, de Saint-Marin et du Vatican sont autorisés à entrer et à travailler en France.

Ce dispositif est donc strictement limité aux travailleurs saisonniers dans le domaine agricole.

Pour entrer et travailler en France, ces derniers doivent être munis, lors du franchissement de la frontière et pendant leur séjour :
• de l’attestation de déplacement international dérogatoire individuelle, selon le modèle disponible sur le site du ministère de l’intérieur (qui inclut la déclaration sur l’honneur d’absence de symptômes d’infection par la COVID-19) ;
• de l’attestation « employeur » de déplacement international, selon le modèle disponible sur le site du ministère de l’intérieur ;
• de l’un des documents suivants : la déclaration préalable à l’embauche ; l’accusé de réception du titre emploi simplifié agricole (TESA ou TESA+) ; un contrat de travail conclu avec une entreprise ou une exploitation établie en France.

Aucune autre formalité n’est requise pour l’entrée et le séjour de ces travailleurs saisonniers sur le territoire.

Mesures de quarantaine

Les saisonniers devant séjourner en France pour une durée supérieure à 48 heures sont soumis, en France et à la charge de leur employeur, à une mesure de quarantaine ou à une mesure équivalente.

A ce titre, en lieu et place de la quarantaine, l’employeur peut s’engager à ce que les déplacements des saisonniers concernés soient limités, pendant quatorze jours, au strict minimum en prenant l’une des mesures suivantes :
- soit l’hébergement sur le lieu ou à proximité immédiate du lieu de travail sans sorties ;
- soit, en cas d’hébergement à l’extérieur du lieu de travail, la limitation des déplacements des personnes au trajet domicile-travail.

Mesures d’information et de protection

Les employeurs doivent prendre toutes les mesures adéquates (transport, hébergement, organisation du travail, fourniture d’équipements et mesures de distanciation physique au travail) afin de protéger les travailleurs saisonniers et les autres travailleurs.

Ces dernières sont décrites dans les Fiches conseils métiers et guides pour les salariés et les employeurs.

Source : Ministère du Travail

Le ministère du Travail met en place un Certificat de réalisation
  

Le ministère du Travail met en place une nouvelle version du modèle de Certificat de réalisation des actions de formation, bilans de compétences, actions VAE et actions de formation par apprentissage, applicable à compter du 1er juin 2020 par les associations « Transitions Pro » (ATpro). Ce document permettra d’harmoniser les pratiques entre les opérateurs de compétences avec les entreprises, les OF et CFA.
A noter : Les dispensateurs de formation devront conserver tous les justificatifs de réalisation des actions et activités

Télécharger le modèle de Certificat de réalisation

Source : Ministère du Travail

Coronavirus – Questions-réponses Apprentissage
  

Dans le cadre d’évolution du contexte de l’épidémie de coronavirus – COVID-19, le ministère du Travail a précisé les règles applicables aux CFA et aux organismes de formation et a publié un Questions-réponses Apprentissage qui précise les modalités applicables aux CFA et aux apprentis.

Source : travail-emploi.gouv.fr

Coronavirus - Extension du dispositif exceptionnel pour les stagiaires paramédicaux aux externes en santé
  

Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d`Azur, Président de Régions de France : "?Les externes en santé engagés sur le front du COVID-19 pourront bénéficier de la prime régionale"

Alors que personnel soignant se mobilise sans relâche pour lutter contre la pandémie de COVID-19, Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d`Azur, Président de Régions de France, étend aujourd’hui la prime exceptionnelle attribuée aux stagiaires paramédicaux à l’ensemble des externes en santé de Provence-Alpes-Côte d`Azur mobilisés sur le front du COVID-19.

"Le 20 mars dernier, la Région a accordé une bourse aux stagiaires paramédicaux, dont elle a la compétence directe, et qui sont actuellement en action dans le combat contre le COVID-19 aux côtés du personnel soignant.

A compter d’aujourd’hui, tous les étudiants externes des facultés mobilisés dans cette crise bénéficieront de cette prime exceptionnelle de la Région, en partenariat avec le CHU de Nice et l’Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, aux mêmes conditions que les stagiaires paramédicaux.

Afin de leur permettre d’en bénéficier, les hôpitaux de Provence-Alpes-Côte d`Azur nous transmettront, à l’issue du pic épidémique, la liste des externes des facultés des sciences médicales et paramédicales qui se seront mobilisés dans cette guerre sanitaire.

Plus que jamais, continuons de rendre hommage à nos soignants chaque soir, continuons de les aider en restant chez nous et mobilisons-nous concrètement à leurs côtés. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour les soutenir dans le combat qu’ils mènent." a déclaré Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d`Azur, Président de Régions de France.

INFORMATIONS ET MODALITÉS D’ATTRIBUTIONS par courriel ou téléphone au 04 91 57 55 55.

Source : maregionsud.fr

Coronavirus - Mesures de soutien OCAPIAT aux dispensateurs de formation
  

OCAPIAT met en œuvre une mesure exceptionnelle pour les CFA et les dispensateurs de formation quant à l’ouverture d’un accès privatif sur la plateforme pour une durée de 3 mois, jusqu’au 30 juin 2020 dans la limite des fonds disponibles.
Attention : Cette mesure de soutien s’applique aux CFA et dispensateurs de formation pour des formations d’alternants financées par OCAPIAT et aux stagiaires des formations de l’OFFRE RÉGIONALE 2020 d’OCAPIAT.

Plus d`informations sur le site campnum.com ou l`adresse mail suivante : campnum@ocapiat.fr

Source : ocapiat.fr

Explorer les données de Parcoursup 2019
  

Cette PAGE vous permet d`explorer les données sur les vœux de poursuite d’études et de réorientation dans l’enseignement supérieur et les réponses des établissements via la plateforme Parcoursup.
Ce jeu de données couvre tous les candidats ayant fait au moins un voeu en phase principale et/ou en phase complémentaire (hors formations en apprentissage) lors de la campagne 2019.

Source : enseignementsup-recherche.gouv.fr

Coronavirus-COVID-19 : Mise à disposition des organismes de formation et des CFA d`outils et de contenus pédagogiques à distance permettant de garantir la continuité de leur activité de formation
  

Alors que l’accueil en formation par les CFA et les organismes de formation est suspendu jusqu’à nouvel ordre, le Ministère du travail a recensé des outils et des ressources pédagogiques à distance permettant d’assurer la continuité pédagogique avec les stagiaires et les apprentis.

L’objectif est de permettre aux CFA et aux organismes de formation de maintenir le lien, au quotidien, avec les personnes déjà engagées dans un parcours de formation ou d’apprentissage, d’éviter ainsi les ruptures de parcours et de faciliter les échanges à distance entre les formateurs et les stagiaires ou apprentis, à travers différentes modalités : accès à des ressources pédagogiques en ligne, individualisation et coaching quotidien par sms ou par téléphone, programmation en audioconférence ou visioconférence de temps d’échanges, etc.

Pour ce faire, plusieurs acteurs (AFPA, CNED, Educagri, Kokoroe, Nathan, Openclassroom, Pix …) se sont portés volontaires pour mettre à disposition gratuitement :
- 1. Des solutions techniques permettant de diffuser des contenus et des activités, d’animer des formations et d’assurer le lien pédagogique à distance ;
- 2. Des ressources pédagogiques accessibles aux organismes de formation ;
- 3. Des ressources pédagogiques accessibles aux CFA.

Ces ressources, accessibles gratuitement, pour une durée pouvant aller jusqu’à trois mois, sont recensées sur le site du Ministère du travail.

Pour enrichir cette 1e offre de contenus de formation au service de la continuité pédagogique, le Ministère du travail lance un appel à contributions aux éditeurs de contenu, aux organismes de formation, au CFA , etc.

Appel à contributions : Vous êtes un organisme de formation ou un éditeur de contenus pédagogiques et vous souhaitez vous aussi rendre disponibles gracieusement des contenus de formation, proposez vos contenus en vous connectant à ce formulaire.

Source : travail-emploi.gouv.fr

Covid-19 - mesures relatives à la rémunération des stagiaires face à la pandémie COVID 19
  

Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d`Azur, Président de Régions de France?: «?Quelles que soient les circonstances nous maintenons la rémunération des 4000 stagiaires de la formation professionnelle et des 220 organismes de formations »

Nous traversons à l’échelle de notre pays et de notre Région, une situation inédite.
Le contexte de pandémie COVID 19 impact directement notre quotidien et en particulier le suivi de votre formation et de votre remunération. Une remunération qui vous est attribuée par la Région Provence Alpes Côte d’Azur.
Ainsi, j’ai décidé de prendre des mesures exceptionnelles et de maintenir votre remuneration. Cette mesure qui me semble être celle du bon sens et de la solidarité vous permettra, je l’espère apprehender plus sereinement la période difficile que nous traversons et de vous projeter dans la construction de votre avenir professionnel.

Voici les différentes mesures mises en place :

1. Votre organisme de formation maintient la session de formation. Celle-ci se déroulera à distance uniquement :

a. Vous êtes en capacité de suivre votre formation :
Vous serez alors tenus au respect des conditions de formation. Dans ce cas, votre rémunération ne sera pas impactée, l’organisme vous déclarera comme participant à la formation.

b. Vous n’êtes pas en capacité de suivre votre formation :
Deux cas de figure :
- Vous êtes parent d’un enfant de moins de seize ans dont les établissements scolaires sont fermés et devez garder vos enfants. Le Gouvernement a annoncé qu’un arrêt de travail était prévu pour les parents concernés. Conformément au Code du Travail régissant la rémunération des stagiaires, la rémunération habituelle est suspendue. Le versement d’indemnités journalières par les caisses d’assurances maladies sera complété par la Région pour garantir le maintien du montant de rémunération versé.
Vous trouverez ci-dessous, le détail de cette mesure et la procédure pour le dépôt de ces arrêts par votre centre de formation : https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/indemnites-journalieres-maladie-pour-isolement-04-03-2020
- Vous êtes confiné à votre domicile pour maladie avec un arrêt de travail. Le versement d’indemnités journalières par les caisses d’assurances maladies sera complété par la Région pour garantir le maintien de la rémunération.

2. Votre organisme de formation ne maintient pas la session formation :
Dans le cas de la suspension du parcours que vous avez débuté, la Région a décidé de vous accorder le maintien de votre rémunération selon les modalités habituelles jusqu`à la date de fin de votre formation.

Dans cette période inédite, sachez que la Région est à vos côtés et que les équipes sont mobilisées pour mettre en oeuvre les dispositions les plus adaptées aux circonstances.
La Région a également réaffirmé son soutien à l’ensemble des organismes de formation qui dispensent sur l’ensemble de notre territoire des formations innovantes et de qualité, pour nous permettre de gagner ensemble la bataille de l’emploi.

Nous entrons dans une phase inédite de notre histoire, à l’échelle de notre Région et du monde !
Nous devons être collectivement, individuellement et immédiatement déterminés à poursuivre autant que possible nos actions en faveur du public, sans jamais céder un pouce à notre rigueur dans l’application stricte des règles de confinement. Je sais pouvoir compter sur votre participation dans cette épreuve qui nous attend, et vous en remercie très chaleureusement.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.
Renaud MUSELIER

Source : pandemie-de-covid-19-dispositif-exceptionnel-pour-les-organismes-de-formation

Coronavirus : précisions sur le Service Public de l’Emploi
  

Dans les conditions exceptionnelles liées à la crise du coronavirus, le service public de l’emploi se mobilise et adapte ses modalités de fonctionnement afin d’assurer la continuité de ses missions d’accompagnement et d’indemnisation des demandeurs d’emploi.

Afin de garantir la sécurité sanitaire de tous, les principes suivants orientent, jusqu’à nouvel ordre, l’action de ses opérateurs, notamment celle de Pôle emploi, des missions locales, du réseau des Cap emploi et de l’APEC :

- Des modalités d’information, de suivi et d’accompagnement à distance (téléphone, mail, audioconférence) sont systématiquement mises en œuvre afin d’assurer la continuité du service, en lieu et place de l’accueil physique en agence. Dans ce cadre, il est demandé aux usagers qui le peuvent de privilégier l’appel téléphonique ou les contacts par mail.

- Au sein de Pôle Emploi et des missions locales, l’accueil physique en agence reste possible prioritairement sur la base de rendez-vous à la demande des usagers, pour traiter de situations qui le justifient et qui présentent un caractère d’urgence (difficultés financières notamment). Une attention particulière est portée dans ce cadre aux usagers non autonomes dans le recours aux services en ligne.

- Au sein des agences, les mesures de prévention (gestes barrière, distance minimale de 1 mètre entre les personnes) sont strictement respectées. Les ateliers et prestations à caractère collectif sont annulés et reportés jusqu’à nouvel ordre.

- Concernant le versement des allocations, les usagers ne peuvent en aucun cas être pénalisés par les difficultés ou les aléas rencontrés du fait de la crise sanitaire en cours. Pôle emploi et les missions locales adaptent et assurent en ce sens la gestion des dossiers et l’information des usagers.

Source : paca.direccte.gouv.fr

Coronavirus - Dans le cadre d`évolution du contexte de l`épidémie de Covid-19, le ministère du Travail précise les règles applicables aux CFA et aux organismes de formation
  

Tous les CFA et les organismes de formation suspendent l’accueil en formation, et ce jusqu’à nouvel ordre. Ce principe s’applique à l’ensemble des personnes en formation quel que soit leur statut. Les organismes de formation et les CFA sont invités à poursuivre l’activité, à travers des modalités de formation à distance.

- Pour les CFA, les règles suivantes s’appliquent :
• Le « coût contrat » est maintenu et sera payé par les OPCO. Les CFA ne pourront donc pas avoir accès à l’activité partielle, sauf décision de fermeture par la préfecture.
• Les jeunes en formation devront rejoindre leur entreprise. Si celle-ci est en activité partielle, ils en bénéficieront au même titre que les salariés ; leur rémunération sera maintenue.

- Les salariés en contrat de professionnalisation bénéficieront des mêmes mesures, y compris sur la modalité de financement et de prise en charge par les OPCO. Les organismes de formation ne pourront donc pas avoir accès à l’activité partielle au titre de cette activité de formation en alternance.

- Pour les organismes de formation, le principe est de privilégier le maintien de l’activité lorsque les formations peuvent se poursuivre par un enseignement à distance et donc le maintien du financement de la prestation par leur financeur.

• Les règles de contrôle de service fait évoluent pour permettre l’organisation de la formation à distance avec des modes de preuve facilitées et allégées ; les preuves pourront être apportées par tout moyen.
• En cas de besoin, les décalages éventuels des sessions seront rendus possibles.
• En cas d’impossibilité de maintenir temporairement l’activité, les règles d’activité partielle s’appliquent aux salariés du centre ou de l’organisme de formation concerné
• Dans tous les cas, les bénéficiaires demandeurs d’emploi en cours de formation voient leur rémunération de stagiaire de la formation professionnelle garantie pendant la période de suspension, jusqu’à la fin de la formation.

- Pour accompagner les CFA et les organismes de formation à recourir à la formation à distance, le ministère du Travail mettra prochainement à disposition des centres de formation, de leurs stagiaires ou apprentis, des outils et des contenus numériques.

- Un Questions / Réponses précise les modalités applicables aux CFA. Ce Questions / Réponses s’enrichira dans les prochains jours d’informations complémentaires sur l’activité des organismes de formation

Source : paca.direccte.gouv.fr

Coronavirus - Précisions sur l’activité des CFA et des organismes de formation
  

Le ministère du Travail a indiqué, dès le mercredi 12 mars au soir, que les CFA suspendront l’accueil en formation des jeunes à partir du lundi 16 mars 2020, et ce jusqu’à nouvel ordre. Ce principe s’applique également aux prépas apprentissage.

Le ministère du Travail tient à apporter les précisions suivantes :
- Le « coût contrat » est maintenu et sera payé aux CFA par les OPCO. Les CFA ne pourront donc pas avoir accès à l’activité partielle.
- Les jeunes en formation devront rejoindre leur entreprise. Si celle-ci est en activité partielle, ils en bénéficieront au même titre que les salariés. Leur rémunération sera maintenue.
- Les CFA sont invités à recourir à la formation à distance. Le ministère du Travail mettra prochainement en place des outils pour les accompagner.

Les EPIDE et les E2C suspendront également l’accueil en formation des jeunes, et ce jusqu’à nouvel ordre.

Pour les organismes de formation, le principe est de privilégier le maintien de l’activité et l’accueil des stagiaires, en appliquant les mesures barrières recommandées par le Gouvernement, dès lors que la situation sanitaire le permet.
- Les adaptations de l’organisation des sessions de formation seront favorisées et facilitées. Les financeurs de formation favoriseront les modalités de réalisation les plus adaptées.
- La formation à distance sera facilitée. Les modalités de contrôle de service fait seront adaptées en conséquence et les preuves apportées par tout moyen.
- Dans ce cadre, les financeurs de formation faciliteront l’accès à des possibilités de connexion (par exemple dans des tiers lieux implantés dans les territoires) à même de garantir l’égalité de l’accès au droit.
- En cas de besoin, les décalages éventuels des sessions seront rendus possibles.

Contact presse : sec.presse.travail@cab.travail.gouv.fr
Tél : 01 49 55 32 21

Source : travail-emploi.gouv.fr

Coronavirus - Dans le cadre de la procédure Parcoursup, les dossiers des élèves de terminale dont les établissements sont fermés seront-ils bien renseignés par les chefs d’établissements et les professeurs avant d’être transmis aux formations supérie
  

Les éléments du dossier candidat renseignés par les équipes pédagogiques sont totalement dématérialisés et doivent être saisis avant le 2 avril (23h59, heure de Paris) :

- la fiche Avenir associée à chaque vœu est disponible depuis le 3 février est peut être remplie à distance
- les bulletins scolaires des 1er et 2nd trimestres de terminale sont soit remontés automatiquement par les chefs d’établissement soit saisis par les élèves dans leur dossier.

Par ailleurs, les conseils de classe qui statuent sur les avis des équipes pédagogiques sont maintenus.

Source : education.gouv.fr

Coronavirus - La phase de formulation des vœux sur Parcoursup se termine jeudi 12 mars, quelles sont les modalités d’accompagnement prévues pour les lycéens de terminale dont les établissements sont fermés ?
  

Les services académiques sont mobilisés dans cette période de fin de phase de formulation des vœux, qui se termine le 12 mars (23h59, heure de Paris) : ils suivent la situation des établissements concernés et mettent en place un soutien spécifique auprès d’eux (organisation de permanences et mobilisation des psychologues de l’éducation nationale et/ou des CIO) pour veiller à ce que les élèves de terminale puissent être accompagnés, même à distance, pour formuler leurs vœux.

Il a été demandé aux chefs d’établissement qu’ils renforcent leur accompagnement via les espaces numériques de travail, les messageries électroniques ou d’autres outils similaires pour assurer la continuité pédagogique et maintenir un contact régulier entre les élèves et leurs professeurs.
Par ailleurs, il est rappelé que les professeurs principaux peuvent suivre la situation de chacun de leurs élèves via l’outil d’aide au pilotage Parcoursup.

Plus précisément, pour les lycéens qui pourraient rencontrer des difficultés et afin de leur permettre de formuler leurs vœux avant la date limite, les conseillers du numéro vert (ouvert de 10 à 16 heures du lundi au vendredi et jusqu’à 18 heures les mercredi 11 et jeudi 12 mars) et les services académiques via la rubrique contact (depuis le dossier candidat) sont mobilisés pour répondre à toutes les questions.

Comme chaque année, une attention particulière sera apportée aux candidats qui auraient rencontré des difficultés pour formuler leurs vœux avant la date limite : chaque situation individuelle sera prise en compte avec bienveillance, en lien avec les services académiques.
Ces modalités d’accompagnement spécifique seront prolongées, en tant que de besoin, jusqu’au 2 avril, date limite pour la confirmation des vœux Parcoursup.

Source : education.gouv.fr

Coronavirus - Que va-t-il se passer pour les élèves qui devaient effectuer une période de formation en milieu professionnel (PFMP) dans un établissement ne pouvant plus les recevoir (EPHAD,etc.) alors même que cette PFMP est nécessaire dans le cadre
  

L’arrêt d’un stage (PFMP) ne peut se faire qu’après l’accord entre le chef d’établissement et l’organisme d’accueil. Dans le cas, où l’organisme d’accueil n’est plus accessible (par exemple pour des mineurs ou parce qu’il est en chômage partiel, etc.), le chef d’établissement est prévenu pour mettre en place une solution adaptée à la situation de l’élève.

Pour les élèves en première année de CAP et en deuxième année de baccalauréat professionnel, il est possible, avec l’accord du chef d’établissement, de reporter les semaines qui n’auront pas été effectuées soit à la fin de l’année scolaire en cours soit l’année suivante.

Pour des élèves en 2ème année de CAP ou en terminale professionnelle (c’est-à-dire dans l’année d’obtention de leur diplôme) dont le report du stage (PFMP) n’est pas possible, à titre exceptionnel et dérogatoire, le recteur peut décider en fonction de la situation des élèves et du calendrier des évaluations, d’une réduction du nombre de PFMP obligatoires. Cette dérogation sera proposée au recteur par le chef d’établissement qui aura pris l’avis de l’inspecteur de l’enseignement technique de la spécialité professionnelle concernée et seulement s’il n’a pas été possible non plus de reconstituer une mise en situation professionnelle au sein du lycée permettant d’évaluer les compétences attendues au diplôme.

Source : education.gouv.fr

Service d`Assistance Pédagogique à Domicile (SAPAD)
  

Présentation :
Les Services d`assistance pédagogique à domicile (Sapad) sont des dispositifs départementaux de l`Éducation nationale destinés à fournir aux enfants et adolescents atteints de troubles de la santé ou accidentés une prise en charge pédagogique au domicile. Il s`agit ainsi d`assurer la continuité de leur scolarité. Ces dispositifs s`inscrivent dans la complémentarité du service public qui garantit le droit à l`éducation de tout élève malade ou accidenté. Ils ont été mis en place par la circulaire n° 98-151 du 17-7-1998.[…]

Public concerné et objectifs visés :
Tout élève dont la scolarité est interrompue momentanément, ou perturbée pour raison médicale (maladie somatique ou accident) est susceptible d`être aidé. Cela concerne les écoles et établissements scolaires publics ou privés sous contrat du département considéré. Toutefois le dispositif ne peut se mettre en place que si l`absence de l`élève excède, de façon prévisible, deux ou trois semaines. Aux affections somatiques, dont la liste est donnée à titre indicatif dans la circulaire, s`ajoutent désormais, dans le cadre de projets spécifiques, certaines autres affections : psychiatriques, troubles du comportement alimentaire, phobies scolaires par exemple.[…]

Accès au dispositif et modalités de l`aide pédagogique :
L`accompagnement en Sapad s`effectue toujours à la demande ou avec l`accord de la famille. Les enseignants ou les médecins peuvent utilement informer les familles de l`existence de cette ressource et solliciter le Sapad. Tous les renseignements sont à prendre auprès de l`Inspection académique du département de résidence de l`enfant.[…]

Textes de référence - Code de l`éducation :
- Article D 351-9 - « Lorsque la scolarité d`un élève, notamment en raison d`un trouble de la santé invalidant, nécessite un aménagement..., un projet d`accueil individualisé est élaboré avec le concours du médecin de l`éducation nationale ou du médecin de santé de protection maternelle et infantile, à la demande de la famille... »
- Circulaire n° 2003-135 du 8-09-2003 : Accueil en collectivité des enfants et des adolescents atteints de troubles de la santé
- Circulaire n° 98-151 du 17 juillet 1998 : Assistance pédagogique à domicile en faveur des enfants et adolescents atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période

Source : tousalecole.fr

Alternance : Comment rédiger une offre de formation ?
  

Il faut tenir compte de deux règles fondamentales :
- l’offre de formation doit être identifiée comme telle sans possibilité d’être confondue avec une offre d’emploi.
- l’offre doit être formulée selon le format LHÉO : Langage Harmonisé d`Échange d`informations sur l`Offre de formation. Ce format vous indique les informations qui doivent être renseignées pour que les offres puissent être présentées de façon homogène et être lisibles et comparables entre elles pour les candidats et les employeurs.

Les informations minimales à fournir dans une offre de formation sont indiquées sur le site dédié : http://lheo.gouv.fr/. Ce site s’adresse à l’ensemble des acteurs travaillant dans la formation professionnelle.

En tant qu’établissement de formation, vous êtes invité à prendre connaissance de ce langage. Vous y trouverez la liste des informations à fournir pour rédiger votre offre. Chacun des éléments est cliquable afin que vous puissiez visualiser la description des informations à renseigner dans chacune des rubriques.

Source : Portail de l`Alternance

Alternance : Proposer une formation en apprentissage
  

L’article L6211-1 précise que l`apprentissage concourt aux objectifs éducatifs de la nation tout en contribuant à l`insertion professionnelle. Cette formation a pour objet de donner à des travailleurs, ayant satisfait à l`obligation scolaire, une formation générale, théorique et pratique, en vue de l`obtention d`une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles. La formation est gratuite pour l`apprenti et pour son représentant légal. L`apprentissage alterne donc une formation pratique en entreprise et des enseignements dispensés pendant le temps de travail dans un centre de formation d’apprentis. La durée de formation en centre de formation est fonction des exigences propres à chaque niveau de qualification et des orientations prévues par les conventions ou les accords de branches. Elle ne peut cependant pas être inférieure à 25 % de la durée totale du contrat.
Cette formation est dispensée dans le cadre d’un contrat d’apprentissage.

La loi Avenir professionnel du 5 septembre 2018 a profondément simplifié la structure juridique dispensant des formations en apprentissage.

Tout organisme de formation peut, dès lors que ses statuts le précisent, dispenser une formation en apprentissage.
Pour répondre au besoin de formation en apprentissage exprimé, il peut également conclure une convention autorisant la dispense d’une partie ou de l’intégralité des enseignements par des établissements d’enseignement, des organismes de formation ou encore des entreprises. Il conserve, dans ce cas, la responsabilité pédagogique et administrative des enseignements dispensés.

Dans le cas d’une convention conclue entre un CFA et un établissement d’enseignement, il peut être spécifiquement créé une Unité de formation par apprentissage (UFA) qui dispense une formation dont il garde la responsabilité pédagogique.

INFO : les CFA existant avant le 1er janvier 2019 ont jusqu’au 31 décembre 2021 pour se conformer à la nouvelle législation. Ils poursuivent donc la dispense de leur formation sous les formes juridiques existantes avant la promulgation de la loi.

Spécificités à respecter pour les organismes de formation dispensant une formation en apprentissage, c’est-à-dire les centres de formation d’apprentis (CFA) :
- Assurer les 14 missions dévolues au CFA notamment celles d’accompagner les personnes en situation de handicap en nommant un référent chargé de l’intégration des personnes en situation de handicap, d’encourager la mobilité en nommant un personnel dédié (cf article L6231-2) ;
- Instituer un conseil de perfectionnement dont la fonction est de veiller à son organisation et à son fonctionnement( dès la parution du décret renvoi également ?) ;
- Tenir une comptabilité analytique (idem dès la parution du décret) ;
- Diffuser annuellement des résultats (taux d’obtention des certifications, taux de poursuite d’étude, etc.) ;
- Délivrer une carte "Etudiant des métiers" ;
- Se soumettre pour les formations diplômantes à un contrôle pédagogique associant les corps d’inspection ou les agents publics habilités par les ministres certificateurs et des représentants désignés par les branches professionnelles et les chambres consulaires.

Source : Portail de l`Alternance

Alternance : Quel type de contrat et combien de temps ?
  

Le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation sont conclus en contrat à durée limitée ou dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée (CDI).

La durée varie en fonction de la formation choisie :
- En principe de deux années pour la période d’apprentissage ; cette durée peut, dans certains cas dérogatoires, être inférieure (6 mois) ou supérieure (3 ans), voire 4 ans pour les travailleurs handicapés.
- De 6 mois à 1 an, voire 3 ans dans certains cas, pour le contrat de professionnalisation à durée déterminée.

La durée de la formation représente au moins 25 % de la durée totale du contrat ou de la période d’apprentissage dans le cadre du contrat d’apprentissage.
La durée de la formation représente entre 15 à 25 % de la durée du contrat sans pouvoir être inférieure à 150 heures dans le cadre du contrat de professionnalisation, sauf dérogation de branche.

Depuis la loi du 5 mars 2014, des possibilités nouvelles sont ouvertes pour : l’exercice d’activités saisonnières en contrat d’apprentissage ou en contrat de professionnalisation; l’ouverture de l’apprentissage aux entreprises de travail temporaire).

Source : Poratil de l`Alternance

Alternance : Comment formaliser un contrat en alternance ?
  

Pour le contrat d’apprentissage : Le contrat d’apprentissage doit être établi par écrit à l’aide du formulaire Cerfa FA 13 (et sa notice) signé par l’employeur et l’apprenti (ou son représentant légal s`il est mineur).
Le contrat précise le nom du ou des maîtres d’apprentissage. L’employeur atteste des titres ou diplômes dont ceux-ci sont titulaires et la durée de leur expérience professionnelle dans l’activité en relation avec la qualification recherchée.
Avant le début de l’exécution du contrat ou, au plus tard, dans les 5 jours ouvrables qui suivent celui-ci, l’employeur transmet à son opérateur de compétences (OPCO) le contrat d’apprentissage accompagné de la convention de formation et le cas échéant de la convention d’aménagement de durée. Les transmissions peuvent se faire par voie dématérialisée.
L’OPCO statue sur la prise en charge financière dans un délai de 20 jours à compter de la réception de l’ensemble des pièces.
Le refus de prise en charge financière est notifié aux parties, par décision motivée ainsi qu’au centre de formation d‘apprentis. La notification peut être faite par voie dématérialisée.
Attention : le dépôt du contrat conditionne le versement de l’aide unique aux employeurs éligibles.
Les employeurs du secteur public adressent leurs contrats à l’unité territoriale de la DIRECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) dont ils dépendent.

Pour le contrat de professionnalisation : Le contrat de professionnalisation doit être établi par écrit à l’aide du formulaire Cerfa EJ 20 (et sa notice). Il est accompagné du document précisant les objectifs, le programme et les modalités d’organisation et de sanction de la formation. Au plus tard dans les 5 jours suivant la conclusion du contrat, l’employeur envoie le contrat de professionnalisation à l’opérateur de compétences (OPCO) dont il dépend. Il s`agit de l`organisme auquel l`entreprise verse annuellement la contribution formation professionnelle. Si l`entreprise ne verse pas encore cette contribution, il faut consulter la convention collective pour savoir si celle-ci désigne un OPCO en particulier. Si aucun OPCO n`est désigné dans la convention collective l`employeur peut s`adresser à un OPCO interprofessionnel. Il est toutefois conseillé aux employeurs de déposer le dossier avant le début de l’exécution du contrat de professionnalisation, afin de s’assurer auprès de l’OPCO de sa conformité et de la prise en charge des dépenses de formation. L’OPCO dispose de 20 jours pour prendre une décision de prise en charge financière de la formation et rendre un avis sur la conformité du contrat. A défaut de réponse dans ce délai, l’OPCO prend en charge le contrat de professionnalisation et le contrat est réputé déposé. Si l’organisme refuse la prise en charge financière au motif que les stipulations du contrat sont contraires à une disposition légale ou à une stipulation conventionnelle, il notifie sa décision motivée à l’employeur et au salarié titulaire du contrat. Après avis de conformité et confirmation de prise en charge des dépenses de formation, l’OPCO dépose le contrat auprès de la Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) du lieu d’exécution du contrat, sous une forme dématérialisée.

Source : Portail de l`Alternance

Alternance - Comment choisir entre les deux contrats proposés ?
  

Le contrat d’apprentissage a pour but d’obtenir un diplôme d`État (CAP, BAC, BTS, Licence, Master,…) ou un titre à finalité professionnelle inscrit au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), dont l’ensemble des titres professionnels relevant du ministère chargé du Travail.

Le contrat de professionnalisation a pour but d`acquérir une qualifiaction professionnelle reconnue (un diplôme ou un titre professionnel enregistré dans le Répertoire national des certifications professionnelles – RNCP) ; un certificat de qualification professionnelle (CQP) ; une qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale.

À titre expérimental pour une durée de 3 ans, le contrat de professionnalisation pourra définir un parcours de formation « sur-mesure » qui ne sera pas nécessairement qualifiant ou certifiant. Les employeurs et les opérateurs de compétences pourront définir eux-mêmes, en accord avec le salarié, les compétences à acquérir dans le cadre d’un contrat de professionnalisation. La souplesse de ce contrat doit permettre aux personnes éloignées de l’emploi de disposer d’une formation sur mesure, plus adaptée à leurs besoins. D’autre part, elle permettra aux entreprises de pouvoir embaucher d’emblée un salarié, qui sera formé au plus près des besoins réels du terrain.

Source : Portail de l`Alternance

L’aide unique pour les employeurs qui recrutent en apprentissage
  

Pour les contrats d’apprentissage conclus à compter du 1er janvier 2019 dans les entreprises de moins de 250 salariés pour préparer un diplôme de niveau inférieur ou égal au bac, une aide unique aux employeurs d’apprentis remplace l’aide TPE jeunes apprentis, la prime régionale à l’apprentissage pour les TPE, l’aide au recrutement d’un apprenti supplémentaire et le crédit d’impôt Apprentissage.
- Pour consulter le dépliant
- Pour consulter le Questions/Réponses
- Pour consulter les Recommandations aux employeurs d`apprentis pour garantir le paiement de l`aide uniquel

Source : Portail de l`Alternance

Apprentissage : trois initiatives régionales valorisées dans le cadre de la mobilisation nationale pour l`emploi
  

Le Premier ministre a fait un point d`étape sur le "Tour de France des solutions", une démarche visant à repérer les initiatives territoriales gagnant à être valorisées et reproduites ailleurs dans le pays. Cette initiative avait été lancée au printemps 2019 par le gouvernement, dans le cadre de la mobilisation nationale pour l`emploi et la transition écologique, à l`issue du "Grand débat". Édouard Philippe a fait état de 21 projets déjà identifiés, parmi lesquels trois concernent spécifiquement l`apprentissage.
En savoir plus sur le site du Gouvernement

Les demandeurs d`emploi bénéficiaires d`une reconnaissance de handicap : un accompagnement renforcé pour une population éloignée de l`emploi
  

En France, les personnes en situation de handicap bénéficient de dispositions spécifiques en faveur de l`emploi. Malgré cela, leur situation sur le marché du travail demeure fragile. En effet ces personnes sont plus souvent au chômage que le reste des actifs. Parmi les demandeurs d`emploi ayant une reconnaissance administrative de handicap, 31 % accèdent à l`emploi au cours de l`année qui suit leur inscription à Pôle emploi. Pôle emploi les accompagne de façon renforcée et leur propose des formations adaptées. Par ailleurs, 23 % d`entre eux bénéficient d`un suivi au sein des structures spécialisées Cap emploi.
Consulter le n° 19.045 de Statistiques et indicateurs sur le site de Pôle emploi

Généralisation des emplois francs au 1er janvier 2020 : ce que contient le projet de décret
  

Suite à l’expérimentation menée d’avril 2018 à décembre 2019, le gouvernement a décidé d’élargir le dispositif "emplois francs" à l’ensemble des quartiers prioritaires de la politique de la ville français. Le projet de décret actant cet élargissement - mais aussi l’accès du dispositif aux jeunes accompagnés par les missions locales et le lancement d’une nouvelle expérimentation à la Réunion - doit paraître d’ici à la fin de l’année afin de permettre son application dès le 1er janvier 2020.
Téclécharger le projet de décret

Le Contrat de Développement Professionnel Intérimaire (CDPI)
  

Le Contrat de Développement Professionnel Intérimaire vous permet :

- De proposer à vos intérimaires peu ou pas qualifiés une formation en vue d’obtenir une 1ère qualification, une qualification différente ou complémentaire,
- D’améliorer l’employabilité de vos intérimaires en leur permettant d’accéder à des missions plus qualifiées ou à des emplois permanents,
- De renforcer la maîtrise des savoirs de base de vos intérimaires,
- D’optimiser la gestion de vos budgets formation

Plus `informations sur le Contrat de Développement Professionnel Intérimaire, sur le site du FAF.TT

Le Contrat d`Insertion Professionnelle Intérimaire (CIPI)
  

Le Contrat d`Insertion Professionnelle Intérimaire vous permet :

- Proposer à des publics en insertion ou réinsertion, une formation leur permettant d’accéder à l’emploi,
- Répondre aux besoins spécifiques de vos clients en construisant un parcours individualisé de formation,
- Optimiser la gestion de vos budgets formation.

Plus d`informations sur le Contrat d`Insertion Professionnelle Intérimaire sur le site du FAF.TT

Hopps Group et Gojob alliés pour mieux recruter
  

L’agence d’intérim digitale aixoise Gojob et le groupe Hopps viennent de signer un accord de partenariat qualifié de « stratégique ». Son objectif : répondre à des demandes de plus en plus exigeants en matière de logistique.
Hopps qui développe un pôle logistique important en lien avec le e-commerce (1 500 employés, en lien avec Dispeo-ADS, Colis Privé et Adrexo) doit faire face à des pics d’activité... D’où l’appel à l’intérim et ce partenariat. Il s’agit d’un accord à bâtir en commun une plateforme digitale dédiée à la logistique, susceptible de s’enrichir de services spécifiques dans un futur proche.
L’ensemble obéit au concept Gojob qui consiste à recruter via l’application gojob.com, moins sur un CV, que sur la motivation d’un candidat qui sera ensuite formé.
La Provence 13.11.2019

L`emploi des personnes handicapées en France
  

L’Agefiph publie les chiffres de l’emploi des personnes handicapées pour la période janvier-juin 2019. 8,9% des personnes au chômage sont en situation de handicap. Leur nombre a baissé de 1,1% entre 2018 et 2019.
Si le nombre de sorties pour reprise d`emploi déclarées à Pôle emploi a progressé de 4,5% en un an, les recrutements accompagnés par Cap emploi (plus de 34 000 au 1er semestre 2019) sont restés stables avec une hausse des contrats de courte durée mais une baisse des contrats durables, notamment des CDI. Après une diminution en 2018, le nombre de maintiens dans l`emploi repart à la hausse (+9% en un an), les Cap emploi ayant contribué au maintien dans l`emploi de plus de 9 800 personnes handicapées au 1er semestre 2019.
Téléchargez le tableau de bord de l’Agefiph

Handicap : Le PIC "Entreprises Adaptées" est mobilisable
  

Les entreprises adaptées expérimentant les CDD Tremplin et les entreprises adaptées de travail temporaire (Eatt) peuvent désormais mobiliser le plan d`investissement dans les compétences Entreprises Adaptées (PIC Formation EA). Au sein de ces entreprises, les personnes éligibles aux aides sont les salariés travailleurs handicapés sans emploi qui risquent de perdre leur emploi en raison de leur handicap, recrutés en CDD Tremplin ou en entreprise adaptée de travail temporaire.
Les demandes d’aides doivent être faites sur le site de l’Agefiph qui gère les dossiers.
Accéder aux formulaires de demandes

Une personne sur six n`utilise pas Internet, plus d`un usager sur trois manque de compétences numériques de base
  

En 2019, 15 % des personnes de 15 ans ou plus n`ont pas utilisé Internet au cours de l`année, tandis que 38 % des usagers manquent d`au moins une compétence numérique de base et 2 % sont dépourvus de toute compétence. Ainsi, l`illectronisme, ou illettrisme numérique, concerne 17 % de la population. Une personne sur quatre ne sait pas s`informer et une sur cinq est incapable de communiquer via Internet. Les personnes les plus âgées, les moins diplômées, aux revenus modestes, celles vivant seules ou en couple sans enfant ou encore résidant dans les DOM sont les plus touchées par le défaut d`équipement comme par le manque de compétences. En France, le niveau global de compétences numériques est semblable à la moyenne européenne.
Consulter le n° 1780 d`Insee première sur le site de l`Insee

Génération 2010 : Des débuts de carrière plus chaotiques pour une génération plus diplômée
  

Que sont devenus les jeunes sortis du système scolaire en 2010, avec ou sans diplôme ? Que nous apprennent leurs 7 premières années de vie active sur les transformations structurelles du marché du travail ? Quel est le poids du contexte économique sur leurs trajectoires ?
Les derniers résultats de l’enquête Génération 2010 du Céreq offrent l’occasion d’un regard inédit sur l’intégration professionnelle d’une jeunesse toujours plus diplômée, et qui voit se creuser les écarts entre niveaux de diplômes.
Céreq Bref n°382, Octobre 2019

AFPA. DevOps, nouvelle formation pour nouveau métier
  

Pour un nouveau besoin identifié au sein d’entreprises, l’Afpa participe à la création d’un nouveau Diplôme (Titre) professionnel d’Administrateur DevOps en lien étroit avec la Direccte, le ministère chargé de l’emploi, et Pôle emploi.
La 1ère formation est à destination des demandeurs d’emploi et débute le 2 décembre à l’Afpa. Conditions d’entrée : avoir de l’expérience dans le domaine d’outils informatiques et un niveau Bac+2 . Inscription pour la formation : communication.paca@afpa.fr
La Provence du 11.11.2019

Un décret détaille les formalités que doivent remplir les nouveaux CFA
  

Un décret du 7 novembre 2019, publié au Journal officiel du 8 novembre, précise les formalités que les nouveaux CFA (notamment d`entreprises) découlant de la loi Avenir professionnel de 2018 doivent remplir.
Localtis publié le 12 novembre 2019

Handicap. Une seconde chance par la reconversion. Le grand dossier
  

Le handicap de naissance ne représente que 7% des cas de reconversions professionnelles. On oublie trop souvent ce handicap qui survient en cours de vie active. Le fameux « ça n’arrive qu’aux autres ! » Si le maintien dans l’emploi par l’entreprise est une chose possible, la plus part des accidents du travail ou des maladies dites professionnelles se terminent malheureusement par un licenciement pour inaptitude. Avec comme conséquence, une très longue période d’inactivité qui peut se traduire par de graves séquelles psychologiques. Il convient donc d’envisager sa reconversion bien en amont et de se faire accompagner par tous les organismes spécialisés. Rebondir vous donne les clés d’une reconversion réussie.
Rebondir n°252 Novembre-Décembre 2019

Un arrêté du 23 octobre 2019 complète la liste des entreprises adaptées retenues pour l`expérimentation du CDD Tremplin
  

Un arrêté du 23 octobre 2019, publié au Journal officiel du 3 novembre 2019, fixe la liste des entreprises adaptées retenues pour mener l`expérimentation d`un accompagnement des transitions professionnelles en recourant au Contrat à durée déterminée (CDD) Tremplin.
La liste des entreprises adaptées retenues par date d`habilitation paraît en annexe et complète l`annexe de l`arrêté du 11 septembre 2019.
Prévu par la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, ce CDD tremplin implique la mise en place d`un parcours d`accompagnement individualisé des travailleurs handicapés bénéficiaires afin de faciliter leur passage dans une autre entreprise. Ces contrats, d`une durée de 4 à 24 mois, permettent aux entreprises adaptées de percevoir une aide dédiée.

Consulter l`arrêté sur le site de Légifrance
AEF info, n°615719 (4 novembre 2019)

Les entreprises d’insertion font recette : grand angle. L’enquête
  

Elles sont de plus en plus nombreuses. Elles concilient profitabilité et, inclusion sociale et génèrent plus de 50M€ de CA en région Paca. Longtemps considérées comme des « assistées », les entreprises d’insertion se développent dans tous les champs de l’économie avec l’espoir d’atteindre les objectifs du président Macron, qui veut créer 100 000 postes supplémentaires dans l’insertion par l’activité économique d’ici 2022. Source : Le Journal des Entreprises – Octobre 2019

Territoire zéro chômeur : l’avenir se précise
  

L’association Territoires zéro chômeur de longue durée revendique depuis plusieurs mois le vote d’une seconde loi d’expérimentation pour son projet. L’exécutif vient de confirmer une démarche de co-construction en ce sens. Dans le même temps, l’association signe un partenariat avec l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph), afin de renforcer sa mission inclusive. Source : Actualités Sociales Hebdomadaires N°3132 – 1er novembre 2019

Les jeunes face au travail : un regard ambivalent, reflet de disparités
  

Opposer les attitudes des jeunes face au travail à celles portées par les générations précédentes amène fréquemment à occulter les disparités qui traversent ce groupe d’âge. Un module ajouté par l’ INJEP au questionnaire de l’enquête « Génération », réalisée par le CÉREQ en 2016, permet d’explorer l’hétérogénéité des représentations des jeunes à l’égard du travail. Ces données font apparaître l’ambivalence et la complexité du regard que ces jeunes portent sur le travail, ainsi que sa diversité : alors que les jeunes occupant les positions professionnelles les plus favorables mettent en avant l’équilibre entre travail et hors travail, les relations entre collègues, l’intérêt du poste ou l’autonomie, ceux qui ont des situations professionnelles plus complexes mettent de ce fait davantage l’accent sur le niveau de rémunération ou la sécurité de l’emploi.
Télécharger la publication ICI

Fermeture annuelle du Centre Régional Information Jeunesse
  

Bientôt les vacances ! A cette occasion, le CRIJ sera fermé à compter du 26 Juillet à 18h et rouvrira ses portes le 26 Août à 13h.

Au programme de la rentrée : des ateliers, un forum job étudiant, les cafés colocs, l`Institut de l`engagement, les permanences emploi, juridiques et d`écrivain public et bien d`autres activités. Bon été !

180 offres d`emploi en Apprentisage dans le 06 !
  

La Chambre des Métiers et de l`Artisanat propose actuellement 180 offres d`apprentissage à pourvoir dans l`artisanat sur le département du 06.

Postulez sur rendez-vous au 04 92 12 53 04
Lieu : 81 avenue Léon Bérenger - 06700 Saint-Laurent-du-Var
Courriel : cad06@cmar-paca.fr

Apprentissage : le ministère du Travail détaille toutes les règles de financement dans un document
  

Le ministère du Travail a publié, vendredi 14 juin 2019, un document précisant toutes les modalités de financement des CFA et des contrats d’apprentissage découlant de la loi "Avenir professionnel" du 5 septembre 2018. Ce document fait le point sur toutes les décisions consolidées par voie réglementaire, tout en évoquant les pistes probables d’atterrissage de certains ajustements encore en cours et en apportant des réponses attendues sur des points centraux de cette réforme de l’apprentissage.

Focus de décembre sur le rôle du volontariat dans l`apprentissage des adultes sur Epale
  

Le focus thématique de décembre 2019 sur Epale portait sur le rôle du volontariat dans l’apprentissage des adultes.
Pendant ce mois, les équipes nationales EPALE et la communauté des professionnels ont publié de nombreux articles, rapports, études de cas et ressources.
Vous pouvez lire le résumé de ce focus thématique, préparé par le coordinateur thématique Andrew McCoshan
Accéder à la plateforme Epale
Le CARIF Espace Compétences vous propose aussi de consulter la page dédiée à la plateforme Epale

5 Opca créent une plateforme d`accompagnement RH
  

Descriptif L`Afdas, le Fafih, Opcabaia, Opcalim et Uniformation ont présenté mardi 4 décembre 2018 leur nouvel outil d`accompagnement des acteurs RH : Webco.tv, centre ressources interactif pour l’emploi et les compétences. Cette plateforme sera inaugurée le 15 janvier 2019.
Cette plateforme de communication est destiné à accompagner la transformation des entreprises.

L`objectif de ce "centre de ressources interactif pour l’emploi et les compétences" ? « Agréger des solutions multimodales, qui n’excluent pas le temps présentiel, pour mettre à disposition de tous des outils, des formations, des témoignages, etc., qui seront autant de sujets d’appropriation de la réforme.
Ainsi ces 5 Opca vont vulgariser la réforme au fur et à mesure de la sortie des décrets, à travers une ligne éditoriale commune

Seront abordés :
- le nouveau cadre légal et réglementaire ;
- la conduite du changement et du pilotage des transitions ;
- la construction de nouvelles relations avec son Opco ;
- la construction de nouveaux deals employeur/salarié "co-investissement et co-responsabilité" ;
- la construction du plan de développement des compétences et l’investissement dans les nouveaux dispositifs ; innover et repenser l’ingénierie de formation ; investir les nouvelles opportunités en matière d’alternance et d’apprentissage ;
- la mise en place une stratégie de "badgification" et de certification" ;
- la construction de dispositifs de formation adaptés et la définition d’une stratégie de certification et de qualification.

Voir le site Internet Webco.tv

Réunion d`information du département de Vaucluse sur son dispositif de recrutement d`assistants familiaux
  

Descriptif Le département de Vaucluse développe des actions pour promouvoir le métier d’assistant familial.
En effet, l’accueil familial est une orientation majeure des enfants confiées à l’aide sociale à l’enfance du Département de Vaucluse. Par conséquent, le département emploie et recrute des assistants familiaux.
Dans le cadre de vos activités de bilan de compétences ou d’accompagnement à l’emploi ou à la reconversion professionnelle, vous êtes amenés à rencontrer des personnes qui pourraient être intéressées par cette profession. Dès lors, Le département de Vaucluse, vous propose de vous informer de son dispositif lors d’une rencontre le vendredi 18 janvier 2019 à 14h à l’Archevêché à Avignon

Cette réunion se déroulera comme suit :
- Présentation du métier d’assistant familial
- Conditions d’exercice, procédure d’agrément
- Conditions de recrutement, statut, formation, profil des enfants accueillis, rémunération
- Temps d’échange avec la salle

Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions possibles, le département de Vaucluse vous remercie de bien vouloir confirmer votre présence lors de cet échange en envoyant un mail à : peggy.reuillard@vaucluse.fr

Important : Ce dispositif du département de Vaucluse ne concerne que les publics que vous accompagnez habitant sur le département de Vaucluse.

Date : 18 janvier 2019 à 14h
Lieu : Salle des Conférences – Archevêché – 35 rue d’Annanelle, rez-de-chaussée de l’aile A – 84000 Avignon

Référentiel des métiers du transport et de la logistique
  

Visuelt


Ce référentiel, réalisé par l’Apec et l’AFT, présente les principaux acteurs du secteur du transport et de la logistique, les enjeux, les évolutions marquantes et les métiers cadres.


De nouveaux enjeux transforment les logiques de fonctionnement du transport et de la logistique :
Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, le projet d’entreprise est centré sur la demande et l’exigence du client.
Les réglementations et les souhaits des citoyens allant dans le sens d’une plus grande attention portée à l’environnement, le développement durable doit de plus en plus être intégré au modèle de développement des acteurs.
L’évolution des modes de vie et la concentration des populations dans les villes obligent à repenser la mobilité des biens et des personnes.
Les innovations technologiques, un des vecteurs de l’efficacité et de la compétitivité des entreprises, transforment les façons de travailler.

Une montée en compétences non seulement dans les domaines techniques, mais également dans les soft skills devient indispensable pour accompagner les transformations du secteur.

Quinze fiches métiers décrivent de manière détaillée les activités principales, les évolutions et les profils recherchés par les entreprises (formations, compétences, etc.) et sont illustrées par des témoignages de cadres en poste.

Référentiel des métiers cadres de la logistique et du transport

Boostez votre accompagnement numérique avec Les Bons Clics!
  

Vous aidez des personnes en difficulté avec le numérique? Découvrez des outils d`accompagnement gratuits sur Les bons clics

Affiche de l`évènement


• Evaluer les compétences des personnes
• Organiser des ateliers collectifs
• Accompagner sur les services en ligne
• Se former aux bonnes pratiques
• Collaborer avec d`autres acteurs

Conférence du CNESCO : quelle éducation à l`orientation au XXIème siècle ?
  

Le Conseil national d`évaluation du système scolaire (CNESCO) a organisé les 8 et 9 novembre 2018 une conférence de comparaisons internationales sur l`éducation à l`orientation.

Comment accompagner les élèves et leurs parents dans la construction du parcours d`orientation ? À quel moment de la scolarité faut-il commencer à parler d`orientation ? Quels dispositifs d` « éducation à l`orientation » ont été mis en place et évalués dans d`autres pays ? Comment lutter contre les représentations sociales et les stéréotypes auprès des élèves, des familles mais aussi des acteurs de l`orientation ? Comment coordonner l`action de l`ensemble des acteurs de l`orientation ?

Telles étaient les thématiques posées tout au long de cet événement, qui dispose d`une page dédiée sur le site Internet du Cnesco, proposant le téléchargement de ressources dédiées. Des vidéos seront bientôt mises en ligne ainsi que les conclusions de la conférence.
Un compte-rendu est également disponible sur le site Internet du Café pédagogique.

Le guide 2018-2019 des formations Sanitaires et du Travail Social en Provence-Alpes-Côte d`Azur est en ligne
  

Saso 2018-2019 Région Sud

Le Carif Espace Compétences a mis en ligne sur son site internet l’édition 2018-2019 du Guide des formations sanitaires et du travail social de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Cette nouvelle publication livre des données utiles sur les aides individuelles que peut attribuer le Conseil Régional, propose des clefs pour mieux connaître et comprendre ces filières de formation, précise les coordonnées des établissements, indique les différentes voies d`accès aux certifications professionnelles

Télécharger le guide 2018-2019 des formations sanitaires et du travail social en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Adoption à l`Assemblée Nationale de la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel
  

Logo du Ministère du Travail

Mercredi 1er aout 2018, Muriel PENICAUD, ministre du travail, se félicite de l’adoption à l’Assemblée Nationale de la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel à une large majorité : 137 voix contre 30. Cette loi porte l’ambition de l’émancipation sociale par le travail et la formation et apporte de nouveaux droits aux concitoyens en leur donnant les moyens de construire leur propre voie de réussite professionnelle grâce à des protections collectives.

Retrouvez la loi en 10 points clés.

Le rapport Eurostudent 2018 est disponible
  

Le 6e rapport du programme comparatif européen Eurostudent, a été rendu public lors d`une conférence internationale qui s’est tenue les 6 et 7 mars derniers à Berlin. Ce programme, mis en place dans les années 90, permet de comparer les conditions de vie et d`études des 28 pays européens participants, et de dresser un panorama des conditions de vie des étudiants européens.
Ce rapport montre notamment que les conditions de vie des étudiants en Europe sont différentes selon le niveau d`études atteint par les parents : en moyenne, les étudiants dont les parents n`ont pas eu accès à l`enseignement supérieur entrent plus tardivement dans l`enseignement supérieur, consacrent plus de temps à l`exercice d`une activité rémunérée, et sont plus souvent dépendants de leurs revenus pour financer leurs études. Ils prévoient également moins souvent d`étudier à l`étranger.
Il montre aussi que la notion d’étudiant peut varier de façon significative d`un pays à l`autre, et cela en raison notamment de l`âge moyen des étudiants, qui diffère selon les pays. En effet, l`âge moyen des étudiants est inférieur à 24 ans en Géorgie, en Albanie, en France, en Serbie ou en Slovaquie, alors qu`il se situe entre 28 et presque 30 ans en Islande, en Finlande, en Suède et en Norvège. Par conséquent, les conditions de vie des étudiants sont également très différentes. Par exemple, plus de deux tiers des étudiants maltais et italiens vivent chez leurs parents, alors que c’est le cas de moins d’un étudiant sur 10 en Norvège, au Danemark et en Finlande.

Télécharger le rapport Eurostudent IV 2016-2018 Synopsis of Indicators
Pour en savoir plus

Médiation numérique : mutation des pratiques, transformation des métiers - INJEP
  

Le dernier numéro des « Cahiers de l’action » explore les liens entre l’éducation populaire et les mutations des pratiques de l’éducation populaire issues du numérique.
Comment le numérique bouscule-t-il les pratiques professionnelles des acteurs ? Qu’est-ce que cela modifie dans les postures d’animation ou de médiation ? Comment cela interroge-t-il les territoires d’intervention et les réseaux d’acteurs ? Quels nouveaux métiers émergent ? Pour quel rapport au public ? Autant de questions traitées dans cette édition des « Cahiers de l’action »

Ce numéro, coordonné par Emmanuel Porte, chargé d’études et de recherche à l’INJEP, propose d’étudier les interactions entre les pratiques d’éducation populaires et le développement de politiques publiques soutenant la médiation numérique. Ce faisant, il donne à voir la variété des défis que les acteurs tentent de relever et l’importance des dynamiques collectives. Il y est question d’espaces d’engagement et d’apprentissage autour du numérique (tiers-lieux, territoire numérique, espace public numérique, fablabs, bibliothèque…), mais aussi de pratiques éducatives augmentées d’expériences collectives et de nouveaux outils.

Cahiers de l`action : jeunesses, pratiques et territoires n°48 - Médiation numérique : mutations des pratiques, transformation des métiers

Un guichet unique pour la formation des saisonniers des Alpes du Sud
  

L’idée avait déjà été expérimentée voici près de dix ans, en 2008, dans les Hautes-Alpes. À quelques semaines de la nouvelle saison des stations de montagne, un nouveau dispositif d’accompagnement et de formation des saisonniers est mis en place dans les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence, les deux départements alpins de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Son nom : Initiative Saisonniers
L’État et la Région Paca relancent ainsi dans les Alpes du Sud la formation des travailleurs saisonniers. C`est le Fongecif qui pilote désormais un guichet unique.
Consulter l`article du Centre Inffo

Remise du rapport de Jean Arthuis "Erasmus Pro : lever les freins à la mobilité des apprentis en Europe"
  

Jean Arthuis a remis, en janvier 2018, à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, son rapport "Erasmus Pro : lever les freins à la mobilité des apprentis en Europe" dont les propositions visent à faciliter et à développer la mobilité européenne des apprentis, les négociations du futur programme Erasmus + vont dans le sens des mesures préconisées par l`eurodéputé.

Plus d`information sur Erasmus Pro

Pôle emploi propose plus de 50 « bourses Erasmus+ » en Europe à partir de mars 2018
  

Pôle emploi Provence Alpes Côte d`Azur, acteur du programme européen de mobilités professionnelles « ERASMUS + », propose à des demandeurs d`emploi une expérience de stage en entreprise à l`étranger.

Vous développerez votre expérience professionnelle avec ERASMUS + dans le cadre d`une expérience professionnelle de 3 mois en entreprise à l`étranger (statut de demandeur d`emploi stagiaire de la formation professionnelle ; maintien des droits acquis et des indemnités versées par Pôle emploi ; contribution financière européenne de participation aux frais de voyage et de vie sur place)
Attention : il ne s’agit pas d`un stage linguistique.

Les conditions pour candidater
- Les mobilités ERASMUS + Formation portées par Pôle emploi PACA s`adressent aux demandeurs d`emploi inscrits depuis 2 mois ou plus.
- Les demandeurs d`emploi retenus devront être disponibles de Janvier à Juillet 2018 inclus.
- Les candidats devront démontrer la valeur ajoutée d`une mobilité ERASMUS+dans le cadre de leur projet de retour d`emploi.
- La réussite de la mobilité nécessite de savoir tenir une conversation simple en anglais et/ou dans une des langues des pays susceptible d`être proposés.

Les engagements des bénéficiaires
- Vous vous engagez auprès de Pôle emploi PACA et de la Commission Européenne à effectuer la mobilité sur l`intégralité de la période contractée. Pôle emploi se réserve la possibilité d`exercer son droit de sanction en cas de désistement non justifié (hors reprise d`emploi justifiée par la déclaration employeur ; maladie ; etc.).
- Vous vous engagez à signaler et à justifier toute absence préalablement.
- Vous vous conformez aux règles de fonctionnement de l`hébergement (collocation ou famille d`accueil) et de l`entreprise d`accueil.
- Vous vous engagez à rédiger un rapport de stage et devrez fournir tout autre document relatif au programme Erasmus+, y compris après le retour du stage (bilan, enquête de satisfaction, etc.).

Où et quand partir ?
- Destinations (proposées aux candidats au regard du projet professionnel et des aptitudes linguistiques) : Allemagne, Espagne, Portugal, Irlande, Italie, Malte, Royaume Uni.
- Période de formation : Janvier 2018 pour les entretiens collectifs et individuels (Ateliers de préparation au départ prévus quelques semaines avant le départ en stage (entretiens / préparation individuelle à distance et ateliers collectifs à Marseille ou Nice). A partir de Mars 2018 : départs à l`étranger (Retour en France au plus tard le 31 juillet 2018).

Comment candidater ?
Une sélection au fil de l`eau , en 2 étapes.
ETAPE 1 – SELECTION SUR DOSSIER via erasmuspaca.demandeursdemploi@gmail.com
ETAPE 2 – SELECTION FINALE : les candidats retenus sur dossier de candidature, seront contactés pour participer à la seconde étape de sélection sous forme d`un entretien individuel, précédé d`une séance d`information collective.
Se rendre disponible pour une information collective et un entretien individuel de sélection qui vous sera proposé.
Entretiens à Marseille (16, 21 et 22 janvier 2018) et Nice (16 et 24 janvier 2018); les lieux seront précisés aux candidats retenus sur dossier - D`autres dates seront envisagées en cas de besoin

CONTACTS ERASMUS+ POLE EMPLOI PACA, un levier pour l`emploi
- pour toute question sur la sélection erasmuspaca.demandeursdemploi@gmail.com
- pour vos questions sur vos droits et obligations en tant que demandeur d`emploi, contactez votre conseiller référent Pôle emploi de votre agence d`inscription.
Retrouvez sur Youtube les journées de préparation des 50 stagiaires professionnels ERASMUS+ POLE EMPLOI PACA

Des ressources pour l`orientation, du lycée à l`enseignement supérieur
  

Le Ministère de l`Education nationale, par le biais de son site Eduscol dont l`objectif est d`informer et d`accompagner les professionnels de l`éducation, a mis en ligne des ressources relatives à l`orientation, du lycée à l`enseignement supérieur.

Dans une page dédiée à ces outils, il détaille les outils de mise en œuvre du plan Etudiant (diaporamas, fiches et guide méthodologique) et explicite les actions d`orientation au lycée avec des liaisons vers les sites Internet Parcoursup (admission post-bac) et Terminales 2017-2018

Pour information, le plan Etudiants présenté le 30 octobre 2017, se compose de 20 mesures pour accompagner l`élève au lycée et dans l`enseignement supérieur autour de 5 axes :
- Mieux accompagner l`orientation au lycée,
- Un accès plus juste et plus transparent dans le supérieur
- Une offre de formation post-baccalauréat sur mesure et rénovée
- Des conditions de vie étudiante au service de la réussite
- Un engagement financier de l`État pour accompagner la réforme

Consultez la page du site Internet Eduscol dédiée à ces ressources

Un rapport sur la mobilité européenne des apprentis
  

L`Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a fait paraître au mois de décembre 2017 un rapport sur la mobilité européenne des apprentis.
Ce rapport "fondé notamment sur les échanges avec une centaine d`acteurs et sur l`analyse détaillée des rares expériences dans ce domaine, met en évidence :
- le très faible accès des apprentis à des opportunités de mobilité européenne, au-delà de rares expériences de courte durée (de quelques jours à quelques semaines) ;
- l`intérêt des acteurs pour le développement de cette mobilité au regard de ses bénéfices pour les apprentis comme pour les entreprises qui les emploient ;
- l`existence de difficultés importantes tenant notamment à la rémunération de l`apprenti pendant sa période à l`étranger, aux calendriers pédagogiques des Centres de formation des apprentis, à la certification des compétences et à la complexité des procédures administratives de mobilisation des crédits d`Erasmus+.
La mission formule une vingtaine de propositions au service d`un développement volontariste de la mobilité européenne des apprentis ; elles relèvent des ministères du travail et de l`éducation nationale, des partenaires sociaux et des régions dans le cadre des discussions sur la réforme de l`apprentissage". (source: BRP / Documentation Française)

Consultez le rapport sur le site Internet de la Documentation Française

Les difficultés de transport : un frein à l`emploi pour un quart des jeunes - Publication de l`INJEP
  

Alors que se tiennent les assises nationales de la mobilité, le Baromètre sur la jeunesse de la Direction de la jeunesse, de l`éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA) s`intéresse plus particulièrement cette année à la mobilité quotidienne et ses effets sur l`insertion socio-professionnelle des jeunes. Et en particulier des plus précaires.
En 2016, un jeune sur quatre a renoncé à un emploi en raison des difficultés de transport. Un sur cinq a dû abandonner un projet de formation et plus de la moitié a dû restreindre sa vie sociale et ses activités faute de moyen de transport adapté. Tel est l`un des enseignements inédits du Baromètre sur la jeunesse 2017, de la Direction de la jeunesse, de l`éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA), une enquête nationale menée chaque année auprès de 4500 jeunes et réalisée par le CRÉDOC et l`Institut national de la jeunesse et de l`éducation populaire (INJEP).
Ces renoncements s`expliquent d`abord par des coûts de transport trop élevés pour de nombreux jeunes. Ils sont aussi à relier au caractère anxiogène du vécu des déplacements évoqués par trois jeunes sur dix. Ces difficultés sont plus fréquentes chez les jeunes les plus précaires, ce qui ajoute des obstacles supplémentaires à leur insertion socio-professionnelle.
Dans un contexte où le taux de chômage important et la généralisation des contrats de type CDD ou intérims génèrent un accroissement des déplacements, la mobilité empêchée peut être vécue comme un signe d’impuissance sociale, révélant au passage une nouvelle forme d’inégalité entre jeunes sur fond de fractures sociales et territoriales.

Consulter cette publication - INJEP analyses & synthèses n°6 , novembre 2017

Le panorama complet des certifications professionnelles en France - COPANEF
  

A l`occasion de l`organisation de la journée du 20 octobre 2017 sur la certification professionnelle, le COPANEF (Comité Paritaire interprofessionnel National pour l`Emploi et la Formation) a souhaité présenter en 3 minutes le panorama complet des certifications professionnelles en France.
Consulter la vidéo réalisée par le COPANEF

Nouvelles règles de cumul de l`ASS avec une activité professionnelle
  

Depuis le 1er septembre 2017, les bénéficiaires de l`allocation de solidarité spécifique (ASS) peuvent cumuler intégralement leur rémunération avec leur allocation pendant trois mois, consécutifs ou non. A l`issue des 3 mois, le versement de l`ASS est interrompu si le demandeur d`emploi poursuit une activité.
Pôle emploi détaille, dans une instruction du 19 juillet 2017, ces nouvelles règles de cumul.

Un livre blanc pour l`insertion des personnes sous-main de justice
  

Un livre blanc consacré aux peines alternatives à l`incarcération publié par la Fédération Citoyens et Justice, indique que les dispositifs d`accès à l`emploi et à la formation des personnes sous-main de justice sont sous-utilisés. Le livre blanc préconise d`augmenter l`accès à la formation dans le cadre des Travaux d`intérêt généraux (TIG). Il signale l`existence de TIG portant spécifiquement sur le retour à l`emploi ou permettant de passer l`attestation de formation aux premiers soins. Citoyens et justice incite également à impliquer les Missions locales dans les TIG et à développer des dispositifs passerelles, pour permettre aux jeunes en perte de dynamisme sur leur projet professionnel de se remobiliser. Autre piste, accueillir ces publics dans des Ateliers et chantiers insertion. Plus globalement, les rapporteurs recommandent d`inscrire les TIG dans des conventions avec les Direccte.
Citoyens & justice, Livre blanc sur les peines alternatives à l’incarcération, les aménagements de peine et l’insertion des personnes en sortie de détention, septembre 2017

Enjeux et usages de la formation professionnelle dans la sécurisation des trajectoires d’emploi : des initiatives territoriales aux réformes nationales - Publication du Centre d’études de l’emploi et du travail - Septembre 2017
  

Le système de formation professionnelle (SFP) est régulièrement critiqué notamment pour sa faible capacité à offrir une seconde chance aux salariés et demandeurs d’emploi les plus vulnérables.
Ce document de travail, s’il ne remet pas en cause la validité de ce constat, veut également pointer l’apport des territoires et des acteurs locaux pour inverser la tendance. Depuis les années 2000, de nombreuses régions sont venues soutenir entreprises, salariés et demandeurs d’emploi en difficulté pour construire des parcours de formation et d’emploi plus sécurisés. Des formes de coordination locales entre les collectivités territoriales, les partenaires sociaux, et le service public de l’emploi (SPE) ont vu le jour pour pallier les déficiences du système né de la loi de 1971. Les réformes nationales du SFP adoptées en 2009 et 2014 s’inscrivent dans la continuité des actions engagées par les territoires avec ce paradoxe que la place réservée aux régions dans la gouvernance du SFP n’en sort pas forcément accrue.
Consulter ce document sur le site du Centre d’études de l’emploi et du travail

Que deviennent les jeunes après un enseignement en transport logistique ? - Résultat de l`enquête de l`AFT
  

L’AFT dévoile les résultats d’une enquête sur le devenir des jeunes ayant suivi une formation du domaine transport et logistique. 6 mois après la fin de leur formation par la voie scolaire dans les filières du transport et de la logistique, 66 % des jeunes sortants sont en emploi ou en recherche d`emploi, 28 % ont fait le choix de s`orienter vers une poursuite d`études à temps plein (ou redoublent) et 6 % se déclarent inactifs. Le transport reste le premier secteur d`insertion. Parmi les sortants ayant déclaré un emploi, 61 % exercent leur activité dans une entreprise du secteur du transport et de la logistique. Cette enquête, menée auprès de l`ensemble des lycées soutenus par l`AFT, s`est déroulée sur la période de novembre 2016 à début février 2017. Son taux de retour est de 59 %.
Consulter cette étude

Apprentissages à l`étranger: la Commission donne un nouvel élan aux stages de longue durée dans toute l`UE
  

La Commission européenne préfinance pour 2017 sept projets pilotes qui visent à expérimenter des stages d’au moins six mois, afin de promouvoir les apprentissages de plus longue durée à l’étranger. Ils vont permettre, souligne un communiqué de la Commission du 4 septembre, à 238 apprentis de suivre un stage de six à douze mois dans un autre pays de l’Union européenne (UE), « l’objectif étant de recenser les bonnes pratiques et les obstacles en matière d’apprentissage de longue durée à l’étranger ». Ces 238 stagiaires s’ajoutent aux 100 apprentis qui participent actuellement à des projets similaires financés par la Commission en 2016.
Consulter le communiqué de presse
Source : Le quotidien de la formation - 13/09/2017

Formation linguistique à visée d`insertion en direction des primo-arrivants 2017-2018
  

Cette formation de français langue étrangère s’adresse aux personnes qui ont besoin d’améliorer leur pratique du français pour faciliter leur communication dans la vie quotidienne et/ou professionnelle.
Elle permet aux apprenants de :
- Développer plus d’autonomie au quotidien,
- Acquérir un niveau de français suffisant pour réaliser leur projet personnel ou professionnel avec la possibilité de préparer un diplôme (DILF, DELF tout public ou DELF pro),
- Renforcer leur accès à l’information et à la mobilité professionnelle, numérique, culturelle et administrative.
Méthodologie d’intervention : Des séances de travail autour de l’écrit et de l’oral, à partir de supports et situations du quotidien, utilisation des ordinateurs (Internet) et sorties "découverte". La formation est gratuite pour les apprenants.

Conditions pour s`inscrire
- Etre étranger non ressortissant de l’Union européenne et résider en France ou avoir obtenu un titre de séjour depuis moins de 5 ans,
- Avoir un projet d’insertion qui correspond aux objectifs de la formation,
- Etre capable de communiquer à l’oral avec des phrases très simples dans des situations et sur des sujets familiers,
- Etre disponible et s’engager à être présent et assidu au planning de formation.

Où ?
Centre de formation AncrAges - 42, Bd d`Annam, Bât.3 - 13016 Marseille.

Quand ?
Les entretiens individuels d’entrée en formation ont lieu sur rendez-vous le lundi 6 novembre et le mercredi 8 novembre 2017.
Par la suite les formation auront lieu le lundi après-midi de 14h30 à 16h30 et le mercredi matin de 9h30 à 11h30 du 6 novembre 2017 au 27 juin 2018, hors vacances scolaires.
Nombre de places disponibles : 12 places (20 à 25 sur l`année avec entrées et sorties permanentes)
En complément, accès libre sur inscription à l’Espace Régional Internet Citoyen d’Ancrages le mardi après-midi de 14h à 17h et le jeudi matin de 9h30 à 12h30.

Contact
Anne-Joëlle Berthier, coordinatrice de l`action et formatrice FLE, formationlinguistique@ancrages.org, tél. 09 50 74 04 67 / 07 68 47 40 79
Retrouvez toutes les informations sur la formation
en vous rendant sur le site Internet d`Ancrages
en téléchargeant la plaquette présentant la session de formation 2017 - 2018
en téléchargeant la fiche de liaison pour orienter des personnes

La formation des chômeurs produit des effets contrastés sur leur insertion - rapport de France Stratégie "Renforcer la capacité des entreprises à recruter" - août 2017
  

Pour améliorer l’impact de la formation professionnelle en termes de retour à l’emploi et réduire les difficultés de recrutement, il importe de comprendre la manière dont les postes sont pourvus et de renforcer les capacités de recrutement des entreprises françaises. Ce rapport présente des pistes pour mieux prendre en compte cette dimension dans l’analyse des dysfonctionnements sur le marché du travail.
Le groupe de travail n° 4 du Réseau Emploi Compétences avait pour objectif initial d’identifier les méthodes et les sources statistiques permettant d’appréhender les « modes d’alimentation » des métiers. L’accès à un emploi peut en effet s’opérer par des voies différentes – après une formation initiale ou continue, par exemple – ou bien privilégier certains profils – jeunes débutants, actifs expérimentés ou demandeurs d’emploi. Étudier ces chemins vers l’emploi permet d’éclairer la nature du lien entre formation et emploi.

La question a déjà été traitée, mais le plus souvent sous l’angle d’un dysfonction­nement de l’appareil de formation ou du processus d’appariement sur le marché du travail. Avec cette idée sous-jacente que si un certain nombre d’emplois restent vacants, c’est par manque de candidats possédant les compétences adéquates. Progressivement, le groupe de travail a été amené à s’intéresser à l’autre bout de la chaîne, autrement dit aux modalités de recrutement des entreprises. Les pratiques de gestion de la main-d’œuvre lui sont en effet apparues comme un déterminant important des modes d’accès aux métiers. Or peu de travaux ont encore exploré cette voie.

Ce changement de point de vue modifie considérablement le regard porté sur la relation entre emploi et formation professionnelle. De fait, depuis une vingtaine d’années, les politiques en faveur de la formation professionnelle se sont multipliées – encore sous le dernier quinquennat. Elles sont en effet perçues comme un des principaux leviers de la lutte contre le chômage puisqu’elles sont censées réduire les difficultés de recrutement liées à l’inadéquation entre l’offre et la demande de compétences sur le marché du travail.

Cependant, force est de constater que les plans massifs de formation et l’élévation du niveau de diplôme ont eu peu de prise sur le taux de chômage. Certains travaux considèrent même que les effets de ces plans sont nuls, quand ils ne conduisent pas à dégrader relativement la situation des profils les moins diplômés. La première partie du rapport passe en revue la littérature sur ce sujet.

Ce constat entrouvre la porte à une autre interprétation des difficultés de recrutement, fondée non plus sur les défauts de compétences des actifs mais sur la qualité de la gestion de la main-d’œuvre pratiquée par les entreprises. Cette approche, complémentaire à la première, appelle la mise en œuvre de politiques de formation différenciées, selon les secteurs ou les profils, comme l’expose la deuxième partie du rapport.

Reste que cette gestion de la main-d’œuvre est complexe à appréhender car de nombreux facteurs entrent en ligne de compte. Quelle est la « structuration RH » d’une entreprise ? Quelles sont ses pratiques en matière de recrutement et de formation ? Plusieurs sources statistiques et diagnostics permettent heureusement de mieux connaître cette dimension : leur exposé fait l’objet de la troisième partie de ce rapport.

Que nous révèlent ces sources ? Précisément que le niveau et la spécialité de formation ne sont pas toujours le premier critère de recrutement des entreprises. Avec d’importantes variations selon les métiers, les secteurs ou les territoires, ces entreprises tendent à privilégier l’expérience et la motivation comme indicateur de la capacité des candidats à satisfaire aux exigences d’un poste. Dès lors, les difficultés de recrutement ou les pénuries invoquées changent de visage : elles pourraient refléter non pas une inadéquation entre compétences détenues et compétences attendues mais plutôt les propres difficultés des employeurs à identifier la capacité des candidats. En améliorant en amont la gestion des ressources humaines, il deviendrait dès lors possible d’améliorer in fine l’impact de la formation sur le retour à l’emploi. Pour les pouvoirs publics, il deviendrait possible de mieux cibler les réponses aux besoins en ressources humaines des entreprises – qu’ils relèvent de la formation initiale ou continue, de dispositifs d’emploi ou d’appui et d’accompa­gnement.

Promouvoir une telle démarche suppose que les acteurs institutionnels – les Régions, l’État, Pôle emploi, les partenaires sociaux – sortent d’une logique « adéquationniste » axée sur le « tout formation ». Cela suppose aussi que le monde de l’entreprise prenne ses responsabilités dans l’identification de ses besoins en compétences. Certaines branches ont déjà commencé ce travail en mettant en place des outils d’accompagnement de leurs adhérents : accompagnement de proximité réalisé par les branches professionnelles ou les OPCA ou plateforme RH financée par l’État, etc.

Toutefois, la responsabilisation et l’accompagnement des entreprises restent souvent traités de manière secondaire, avec des efforts qui portent essentiellement sur la seule phase de recrutement : aide à la définition des profils de poste, au processus du recrutement proprement dit ou encore à l’accueil du nouvel embauché. Nécessaire, cet outillage demande à être complété. Ces dernières années, cet appui RH s’est en outre concentré sur la construction d’outils généralisables à l’ensemble des entreprises alors que les sources statistiques identifiées dans ce rapport montrent à quel point les systèmes de gestion de compétences sont à la fois multiformes, complexes et évolutifs.

Ce rapport vise à permettre aux acteurs de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle (EFOP) de s’emparer de ce sujet pour l’intégrer à leur réflexion sur l’évolution des politiques d’emploi et de formation pour leur territoire ou leur branche professionnelle.

Consulter le rapprot de France Stratégie "Renforcer la capacité des entreprises à recruter" - août 2017

Formation continue et situation sur le marché du travail. Premiers indicateurs du volet salariés de l`enquête Defis - Céreq - Juillet 2017
  

L` Etude n°13 du CEREQ, présente les premiers résultats de la première vague d’interrogation des salariés du dispositif DEFIS qui a eu lieu à l’été 2015. Ces résultats portent principalement sur les aspects relatifs à la formation (types de formation suivie, relations et informations autour de la formation en entreprise) et aux évolutions professionnelles des salariés en interne (pour ceux qui sont toujours dans l’entreprise au moment de la première interrogation, c’est-à-dire à l’été 2015) et en externe (pour ceux qui ne sont plus dans l’entreprise).
Consulter cette publication : Céreq Etudes n°13 juillet 2017

Un retour à l`emploi plus difficile pour les séniors - Insee Première - 25/07/2017
  

En moyenne, en 2016, 3 millions de personnes âgées de 15 à 64 ans sont au chômage en France, soit 10,1 % de la population active. En cours d’année, plus de la moitié des chômeurs (58,5 %) un trimestre donné sont encore au chômage le trimestre qui suit, tandis que 20,6 % occupent un emploi et 20,9 % sont inactifs et font partie pour la plupart du halo autour du chômage.
Plus souvent que les autres actifs, les chômeurs qui trouvent un emploi en occupent un à durée limitée (72,6 % contre 13,1 %) ou sont en situation de sous-emploi (22,9 % contre 6,5 %).Ils sont aussi plus nombreux à souhaiter changer d’emploi (25,7 % contre 8,9 %), majoritairement par crainte de perdre leur emploi ou pour en trouver un plus stable.
Parmi les chômeurs qui ont déjà travaillé et qui retrouvent un emploi, près des deux tiers sont embauchés dans une catégorie socioprofessionnelle en moyenne au moins aussi bien rémunérée que celle occupée dans leur précédent emploi.
Les jeunes actifs présentent un risque de chômage bien plus élevé que leurs aînés. Cependant, quand ils sont au chômage, ils accèdent plus rapidement à l’emploi : 25,8 % des jeunes chômeurs ont trouvé un emploi le trimestre suivant, contre 12,9 % des 50-64 ans. Alors que les seniors sont généralement moins souvent exposés aux emplois à durée limitée et au sous-emploi, la situation s’inverse lorsque l’emploi qu’ils occupent succède à une période de chômage.
Publication Insee Premère - n° 1661 - 25 juillet 2017

Quelles formations pour favoriser l`insertion professionnelle des jeunes ? Les pistes de l`Institut de l`entreprise - Publication de l’Institut de l’entreprise
  

L`Institut de l’entreprise a présenté, il y a quelques semaine, une note intitulée "un chemin de réussite pour chaque jeune" avec laquelle le think tank entend promouvoir des modalités de formation qui favorisent l’insertion professionnelle. Son objectif est de "faire connaître aux décideurs publics, aux acteurs de la formation, au monde enseignant, aux éducateurs, aux jeunes eux-mêmes et à leurs familles les dispositifs d’accompagnement et d’insertion professionnelle qui mènent à l’emploi, et d’en comprendre les facteurs de succès". La note pose les bases de ce que pourrait être un "parcours gagnant pour chaque jeune" et pose un certain nombre de "pistes d’actions" qui pourraient être développées pour parvenir sa mise en œuvre.

le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a présenté son étude : « Service Civique : quel bilan ? quelles perspectives ? »
  

Il y a quelques semaines, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a présenté son étude : « Service Civique : quel bilan ? quelles perspectives ? ».
Le CESE avance plusieurs pistes pour offrir des missions de qualité et en nombre suffisant, tout en veillant à ce que les objectifs de mixité sociale et de cohésion nationale qui lui sont fixés par la loi du 10 mars 2010 soient atteints.
Pour consulter cette étude

« Trois ans de parcours d`insertion des diplômés du champ du sport et de l`animation » - Publication INJEP
  

Dans ce numéro, ce sont les données d’une enquête sur l’insertion des jeunes diplômés du périmètre du sport et de l’animation entre 2010 et 2013 qui sont analysées. Malgré un contexte économique encore défavorable et un marché du travail dégradé par la crise de 2008, les trajectoires d’accès vers l’emploi restent majoritaires. Un diplômé de 2010 aura travaillé en moyenne 31 mois sur ses trois premières années de vie active. Trois ans après l’obtention de leur diplôme, 85 % des sortants sont en activité et 62 % occupent un emploi à durée indéterminée. Plus de six diplômés sur dix exercent encore un métier spécifique du sport ou de l’animation, mais la fréquence des contrats à durée déterminée et du temps partiel dans ces champs pèse sur la satisfaction de ces jeunes.
Consulter cette publication

« Engagement : quels leviers pour mobiliser les jeunes en retrait ? » - Publication INJEP
  

Ce numéro de la collection porte la focale sur des expérimentations du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (FEJ) qui mettent en lumière les dynamiques et les freins à l’engagement des jeunes les plus en retrait de toute forme de participation. En effet, bien que l’engagement des jeunes soit en hausse, de fortes disparités sociales demeurent également dans le domaine de l’engagement. Or, réduire cet écart entre jeunes dans leur implication sociale, politique et associative est devenu une préoccupation essentielle des pouvoirs publics, ceux-ci y voyant un enjeu nodal de cohésion sociale. Parmi les pistes préconisées : mobiliser l’exemplarité par les méthodes pair-à-pair, renforcer la mixité des groupes au sein des projets, combiner les registres d’incitation et les ressorts de l’engagement des jeunes, assouplir les modalités de gouvernance des associations, ou encore, développer la reconnaissance.
Consulter la publication de l`INJEP

Enquête sur les ruptures dans les dispositifs de formation en alternance - FAFIH 2017
  

Le Fafih a réalisé une enquête sur la mesure et l’analyse des taux de rupture dans les dispositifs de formation en alternance. Cette enquête est la première réalisée sur le périmètre précis des établissements du secteur et des diplômes et certifications préparant aux métiers du secteur. L’enquête fait émerger deux leviers d’une alternance réussie qui permettent de diminuer le taux d’abandon : la construction d’un parcours professionnel et l’accompagnement du candidat.
Consulter cette enquête

Opcalia et les éditions Hachette lancent le "guide du Routard de l`alternance"
  

Le "guide du Routard de l’alternance" est disponible en librairie à partir du 21 juin 2017 au prix de 9 euros. Il est édité par Opcalia et les éditions Hachette, l’éditeur du guide du Routard, "avec les soutiens du Medef, de l’Apec et de Centre Inffo".

Un outil européen de profilage des compétences des ressortissants de pays tiers
  

Afin d`aider à la fois les ressortissants de pays tiers hautement qualifiés dans leur recherche d`un emploi qui corresponde à leurs qualifications et ceux, faiblement qualifiés, qui ont besoin d`un complément d`éducation et de formation pour accéder au marché du travail, la Commission européenne lance un outil de profilage des compétences.

Cet éditeur web hors et en ligne permettra aux ressortissants de pays tiers de présenter leurs compétences, qualifications et expériences d`une manière qui puisse être bien comprise par les employeurs, les prestataires d`enseignement et de formation ainsi que les organisations travaillant avec les migrants dans l`ensemble de l`Union européenne.
Pour en savoir plus
Source ARFTLV

Un concours pour valoriser l`image du Bac pro, lancé par Afdet avec le soutien du mécénat de Safran
  

L’Afdet lance un concours pour valoriser le Baccalauréat professionnel et lutter contre les idées reçues, sous forme de courtes vidéos de jeunes en Bac pro, heureux de leur choix.
L’Afdet avec le soutien du mécénat Safran, appelle des élèves et apprentis actuellement en Bac pro à créer une courte vidéo (de 3 mn environ) sans fond sonore et déposer ce témoignage en ligne. Ils y évoqueront, par exemple, les apports de la formation Bac pro suivie, les contacts avec le milieu professionnel, en quoi cela a été un tremplin pour la réalisation du projet personnel …
Ce concours est ouvert jusqu`au 15 novembre 2017.
Pour plus d`information suivez ce lien

Prenez part aux 4èmes Journées Nationales d`action contre l`Illettrisme du 8 au 15 septembre 2017 !
  

Il s`agit de s`emparer de la date du 8 septembre, journée internationale de l`alphabétisation de l`UNESCO, pour rassembler pendant une semaine, chaque année, sous une bannière commune, des manifestations qui donnent à voir l`action conduite dans notre pays pour prévenir et lutter contre l`illettrisme.
Cette dynamique collective, très mobilisatrice (environ 300 événements chaque année) permet de susciter une prise de conscience, toujours plus accrue, sur l`illettrisme, de mieux informer sur les solutions de proximité pour aider les personnes concernées à faire le premier pas, et d`impliquer les médias locaux et nationaux.
Cette quatrième édition des Journées Nationales d`Action contre l`Illettrisme du 8 au 15 septembre 2017 poursuit l`idée de proposer une programmation nationale toujours aussi riche, de donner à voir toutes les manifestations labellisées pendant la période. Les porteurs d`événements labellisés JNAI bénéficient d`un kit de communication transmis par l`ANLCI et qui comprend des outils et ressources sur lesquels s`appuyer et des visuels.
Cette année, notamment,l`ANLCI nous vous donne la possibilité de vous emparer de la campagne de communication développée pour répondre au thème de cette 4ème édition : « Ensemble, on peut vaincre l’illettrisme »
Dans la lutte contre l’illettrisme, la rencontre est un élément déclencheur fondamental qui se fonde avant tout sur la confiance.
A travers la campagne de communication que l`ANLCI va diffuser et dont elle vous propose de vous emparer, elle souhaite que chacun puisse prendre conscience qu’il peut aider une personne confrontée à l’illettrisme en étant celui qui lui permettra de sortir de l’isolement et de faire le premier pas vers une solution.

Vous souhaitez :
- alerter les décideurs sur l’importance d’investir massivement dans le développement des compétences de base : lire, écrire, compter, utiliser l’outil numérique… ;
- que votre action de prévention et de lutte contre l’illettrisme soit reconnue et valorisée ;
- que les médias fassent connaître les solutions que vous proposez ?

L`ANLCI vous propose :
- d’organiser une manifestation (portes ouvertes, exposition, conférence…) entre le 8 et le 15 septembre 2017
- de demander à l’ANLCI le label « Agir ensemble contre l’illettrisme » pour que votre initiative renforce le mouvement initié par l’ANLCI « Ensemble on peut vaincre l’illettrisme ».
Vous pouvez renseigner le formulaire de demande de labellisation dès à présent.
Contacts : virginie.lamontagne@anlci.fr et ophelie.raveaud@anlci.fr

Retrouvez le compte-rendu de la matinale du CARIF Espace Compétences sur le numérique et l`orientation vers l`emploi
  

Le numérique transforme nos sociétés et nos économies. Chaque secteur, chaque métier, chaque usage est amené à muter.
Les pratiques d`orientation s`en trouvent impactées (développement de dynamiques pair à pair, intégration de médiateurs numériques etc…).
Face à cette mutation, comment mettre le BIG DATA au service de l`orientation vers l`emploi ?
Comment concilier accompagnement numérique et humain ?

La conférence du 19 mai 2017, dont le thème " La transformation numérique : un atout au service de l`orientation et de l`accompagnement vers l`emploi " a suscité beaucoup d`intérêt, s`est déroulée à l`amphithéatre de la Salle Agora à Aubagne, de 9h30 à 13h00.
Retransmise en webinaire, elle était donc diffusée en direct sur internet et accessible à tous ceux qui n`avaient pas pu faire le déplacement.
Les intervenants ont, chacun leur tour, exposé leur point de vue sur la transformation numérique puis ont pu répondre en direct aux nombreuses questions qui leur étaient posées sur le fil Twitter créé à cet effet (#numerique19mai).
Retrouvez ci-dessous l`enregistrement de la version webinaire* de cette matinale, les supports de présentation des intervenants, les sites présentés.

*S`agissant d`un enregistrement en direct, nous vous conseillons de vous équiper de matériel audio pour profiter pleinement du webinaire (un casque ou une petite enceinte de bureau, afin d’avoir un volume de son convenable).

La Place Pro: le nouvel outil pour déposer ou consulter offres d`emploi, offres de stages et d`alternance
  

Créé à l`initiative de l`Union Pour les Entreprises des Bouches du Rhône (UPE13), association qui fédère 10500 entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d`activité, et en partenariat avec la Ville de Marseille et la CCIMP, La Place Pro est le nouvel outil pour déposer ou consulter offres d`emploi, offres de stages et d`alternance.
Un outil gratuit qui permet aux entreprises de recruter de façon efficace et rapide, mais aussi aux demandeurs de consulter des offres d`emploi, de stages et d`alternance, mais surtout de créer des CVvidéothèque lors de manifestation étudiantes auxquelles participe l`équipe de La Place Pro.
Toutes les annonces sont modérées par l`équipe de Place Pro ce qui permet aux entreprises de recevoir une sélection de CV les plus adaptés à chaque offre.
Ce service offre aussi la possibilité de télécharger des liens et guides utiles pour chaque profil, comme par exemple "Réussir le tutorat en entreprise" guide du MEDEF PACA.
Cet outil est disponible sur laplacepro.com

Le tableau de bord de la métropole Aix-Marseille Provence du 1er trimestre 2017 vient d’être publié !
  

La DIRECCTE PACA vient de publier le tableau de bord de la métropole Aix-Marseille Provence du 1er trimestre 2017!
Ces tableaux de bord trimestriels présentent, pour chacun des trois territoires qui composent la métropole Aix-Marseille-Provence (comparé à la métropole du Grand Lyon), plusieurs indicateurs :
- demande d’emploi en fin de mois,
- flux d’entrées et de sorties de Pôle emploi.
Vous pouvez consulter ces tableaux de bord au format PDF à l`adresse URL suivante

Pôle Emploi publie dans Etudes et Recherches n° 9 une étude intitulé "Au sortir du chômage, la dynamique des mobilités entre métiers"
  

Identifier les métiers que les demandeurs d’emploi exerçaient avant de connaître le chômage et repérer ceux vers lesquels ils s’orientent quand ils sortent du chômage constituent de précieux éléments de compréhension et d’analyse des mobilités sur le marché du travail.
Dans dans son édition n°9 de "Statistiques, études et évaluations" de janvier 2017, Pôle Emploi s`intéresse à ce sujet et publie "Au sortir du chômage, la dynamique des mobilités entre métiers".
"37 % des demandeurs d’emploi qui trouvent un emploi ont connu une mobilité professionnelle, au sens où le contenu de l’emploi trouvé était différent de celui exercé avant le chômage. Cette mobilité dépend à la fois de leurs caractéristiques individuelles et des possibilités qui leur sont offertes sur le marché du travail.
Trois fois sur dix, le changement de métier s’est fait au sein du même domaine professionnel ; cela est souvent le cas de personnes ayant une expérience professionnelle et/ou un niveau de diplôme élevé. Par contre, sept fois sur dix, le changement de métier a également impliqué un changement de domaine professionnel. L’on distingue ainsi certains domaines professionnels dont les flux de sortie vers le chômage sont supérieurs aux flux d’arrivée en provenance du chômage (gestion et administration des entreprises, bâtiment et travaux publics, mécanique et travail des métaux), et d’autres qui relèvent du secteur tertiaire (services aux particuliers et aux collectivités, santé et action sociale-culturelle-sportive, hôtellerie et restauration, transports et logistique) et pour lesquels les flux sont inversés : les arrivées sont nettement plus importantes que les départs.
La logique selon laquelle ces flux de départs et d’arrivées s’effectuent a également une dimension sexuée. Ainsi, le déclin de certains métiers administratifs très féminisés alimente les flux en direction du commerce, de l’action sociale et des services aux particuliers."
Vous pouvez consulter "Au sortir du chômage, la dynamique des mobilités entre métiers : Etudes et Recherches n° 9" de pôle Emploi en cliquant sur l`adresse URL suivante
Source: pole-emploi.org.

l’INJEP publie deux numéros de Stat-info signés par Martine Camus, de la mission des études, de l’observation et des statistiques (MEOS) sur les emplois aidés dans les métiers du sport et de l’animation.
  

Que sait-on des emplois aidés dans le périmètre ministériel de la jeunesse et des sports ? Quelle est la part et la nature des métiers du sports dans les emplois aidés ? C`est pour répondre à ces deux questions, que l`INJEP a mis en ligne deux numéros de Stat-info sur ce sujet.
Signés par Martine Camus, de la mission des études, de l’observation et des statistiques (MEOS), le premier; « Les emplois aidés dans le périmètre ministériel de la jeunesse et des sports », porte sur 242 000 personnes qui, depuis le 1er janvier 2010, ont bénéficié d’une convention d’emploi aidé, sous la forme d’un Contrat unique d’insertion-contrat d’accompagnement vers l’emploi (CUI-CAE), ou d’un Emploi d’avenir (EAv), dans le périmètre jeunesse & sports. Le deuxième « Les métiers du sport et de l`animation dans les emplois aidés », s’attache plus à la nature de ces contrats et à la typologie des employeurs.

Focus sur: la Garantie Jeunes
  

Depuis le 1er janvier 2017, et après une période d’expérimentation dans plusieurs départements, la Garantie jeunes est généralisée à toute la France et Territoires outre-mer. Petit focus sur cette Garantie Jeunes.
La Garantie Jeunes c`est quoi?
La Garantie jeunes se compose à la fois :
de l’assurance de bénéficier d’un accompagnement intensif vers l’emploi et l’autonomie, à travers la mise en œuvre, en fonction des besoins et du projet du jeune, de périodes de formation, de mises en situation professionnelle, etc ;
• et d’une garantie de ressources qui vient en appui de cet accompagnement. Le bénéficiaire perçoit une allocation forfaitaire mensuelle d’un montant maximal de 470,95€. L’allocation est dégressive à partir de 301 € nets de ressources d’activité perçues par le jeune (par exemple : revenus de travail ou indemnité de chômage), pour être nulle à 80 % du Smic brut. La Garantie jeunes ne fait pas perdre au jeune le bénéfice des aides qu’il pouvait percevoir par ailleurs (par exemple, une allocation de logement), sauf exceptions (par exemple, l’allocation n’est cumulable ni avec l’indemnité de service civique, ni avec la prime d’activité).
La Garantie jeunes constitue l’une des modalités, la plus intensive, du parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (PACEA). Mais comme son nom l`indique, il s`agit d`un "parcours contractualisé", c’est-à-dire que le jeune prend des engagements précis et doit être prêt à s’investir sur la durée. Si les engagements pris ne sont pas respectés, une suspension du paiement de l’allocation peut être décidée.
A qui s`adresse t`elle?
Aux jeunes :
- âgés de 16 ans à moins de 26 ans ;
- qui ne sont ni en emploi, ni à l’école, ni en formation ;
- qui vivent hors du foyer de leurs parents ou au sein de ce foyer sans recevoir de soutien financier de leurs parents ;
- et qui sont en situation de grande précarité (leurs ressources éventuelles ne doivent pas excéder un niveau actuellement fixé à 470,95€).
Comment en bénéficier ?
Les jeunes qui souhaitent bénéficier du dispositif Garantie Jeunes doivent se tourner vers la mission locale de leur domicile (vous pouvez consulter la liste des Missions Locales de PACA à l`adresse URL suivante. Celle-ci les aide à constituer un dossier qui sera ensuite étudié par une commission.
Lorsque le dossier de demande de garantie jeunes est accepté, le bénéficiaire signe un contrat d`un an avec la mission locale. Il est ensuite possible de demander le renouvellement du contrat.
Si vous souhaitez en savoir plus sur ce dispositif, vous pouvez consulter la page dédiée sur le site Internet du Ministère du Travail, de l`Emploi, de la Formation Professionnelles et du Dialogue Social

La DARES publie une étude sur les contrats de génération de 2013 à 2015.
  

Selon une étude de la DARES, publiée en décembre 2016 (dans DARES Résultats n°082), les embauches en contrat de génération pour la période de 2013 à 2015 sont en baisse depuis fin 2014. "59 000 demandes d’aides en « contrat de génération » ont été déposées par 35 000 entreprises au titre de l’embauche de jeunes réalisées entre 2013 et 2015. 49 000 ont été validées (83%) et ont donné lieu à la signature effective d’un contrat de génération.
La répartition sectorielle des entreprises bénéficiaires et le profil des salariés en contrat de génération sont restés stables entre 2013 et 2015. Le commerce, l’industrie et la construction sont les principaux secteurs utilisateurs du dispositif.
Le profil type du binôme en contrat de génération associe un jeune homme ouvrier, déjà présent dans l’entreprise avant son embauche en CDI, et un homme senior titulaire d’un emploi plus qualifié. 21% des contrats de génération de 2013 et de 2014 ont été rompus au cours de leur première année, et 20 % des contrats de 2013 ont été rompus au cours de leur deuxième année, le plus souvent du fait du départ du jeune. Ces taux de rupture sont inférieurs à ceux constatés pour les contrats à durée indéterminée ordinaires pour les jeunes de 15 à 24 ans."
Vous pouvez consulter cette étude complète, à l`adresse URL suivante
(Source: DARES résultats n°082 de Décembre 2016.)

Focus sur: Bob Emploi
  

Plate-forme indépendante construite par l`ONG Bayes Impact, le projet "Bob Emploi" est parti d`une idée simple : permettre à chaque individu de bénéficier d`un accompagnement sur mesure en utilisant les algorithmes pour identifier les meilleures solutions pour chaque profil.
Bob Emploi fonctionne donc en proposant des recommandations aussi personnalisées que possible aux chercheurs d`emploi dans le but de les aider à avancer dans leur recherche. Ces recommandations sont de deux types : les solutions stratégiques ("Avez-vous pensé aux contrats en freelance ?") et les actions simples et concrètes qui seront proposées chaque jour aux chercheurs d`emploi pour les mettre en œuvre ("Lire cet article sur comment envisager un passage en freelance"). Ainsi, un algorithme analyse les données du marché du travail ainsi que des millions de parcours de recherche d`emploi afin de permettre à chacun de bénéficier des bons conseils au bon moment de façon personnalisée. A ce jour, 500 recommandations ont étés créées, notamment grâce aux contributions de chercheurs d`emploi, de conseillers Pôle Emploi, mais aussi d`individus provenant de tous horizons.
L`accompagnement sur "Bob Emploi" s`articule autour de 3 actions:
- Obtenir un plan d`action sur mesure: Le profil du demandeur d`emploi est croisé avec le marché du travail afin de l`aider à identifier comment booster sa recherche d`emploi.
- Recevoir de nouveaux conseils chaque jour: Tous les jours, le demandeur d`emploi reçoit des actions concrètes lui permettant de bosster sa recherche.
- Découvrir de nouveaux métiers à son image: En interagissant avec l`application, le candidat améliore la pertinence des recommandations qui lui sont faites, l`algorithme s`adaptant, à chaque interaction.
Vous souhaitez vous inscrire et bénéficier de l`aide de "Bob Emploi", rendez-vous sur le site Internet bob-emploi.fr

L`UDES développe un kit pratique pour les employeurs de l’économie sociale et solidaire engagés dans l’accompagnement des personnes en emploi d’avenir
  

L`Union des employeurs de l`Economie Sociale et Solidaire a développé un kit pratique à destination des employeurs de l’économie sociale et solidaire engagés dans l’accompagnement des personnes en emploi d’avenir. Composé de fiches pratiques (Check list intégration ; La fonction du tuteur ; Grille d`autopositionnement ; Pour aller plus loin), cet outil à vocation opérationnelle est mobilisable par toutes les branches et structures du secteur.
Ce kit est né à la suite d`une expérimentation lancée par l`UDES en Hauts-de-France, avec le soutien du Conseil régional Hauts-de-France, sur la pérennisation des emplois d’avenir dans les entreprises de l’économie sociale et solidaire. Menée auprès d’un panel d’entreprises de la Métropole Européenne de Lille, elle a pour objet de les accompagner dans l’évaluation prospective de leurs besoins en compétences leur permettant de faire évoluer leurs emplois d’avenir en emplois durables.
Les enseignements de cette expérimentation, pilotée par l’UDES et les organisations syndicales de salariés, mettent en évidence des bonnes pratiques en matière de gestion des ressources humaines et le rôle joué par les employeurs de l’ESS en matière d’insertion sociale des jeunes. L’étude fait aussi apparaître des freins qui pourraient être levés notamment concernant le tutorat et l’anticipation des fins de parcours des jeunes.
Vous pouvez consulter ce kit en suivant ce lien

Forum Intercommunal de l`Emploi, réservez votre espace d`exposition.
  

Depuis 2009, la Centre Communal d`Action Sociale (CCAS) de Cassis, en partenariat avec les communes de Carnoux-en-Provence, Roquefort la Bédoule et Gémenos organise un "Forum Intercommunal de l`Emploi".
Leur objectif est de proposer une manifestation intercommunale afin de favoriser l`insertion professionnelle des demandeurs d`emploicassidens, en proposant des pistes et des solutions pour trouver un emploi ou une formation professionnelle.
La 9ème édition du forum se déroulera le Mardi 21 mars 2017 en s`intégrant à un nouvel évènement, "Les rencontres intercommunales de l`emploi".
Si vous désirez être au cœur de la dynamisation de l`emploi de ces communes, si vous avez des projets en faveur de l`emploi et de l`insertion professionnelle, ou si vous souhaitez venir présenter votre métier… vous pouvez dès à présent réserver votre espace d`exposition gratuit, pour la journée ou la demi-journée. Intéressez? Ne manquez pas cet évènement et contactez Madame Nadia BONANNO BILLON (responsable de l`organisation de ce forum) par téléphone au 04.42.18.36.91.ou remplissez le formulaire de participation et renvoyez le par email : v.florence@cassis.fr copie n.billon@cassis.fr avant le 18 novembre 2016

Le Parlement Européen lance officiellement le "Projet de mobilité longue des apprentis en Europe"
  

Le mercredi 21 septembre 2016, le Parlement Européen a lancé officiellement le "Projet de mobilité longue des apprentis en Europe".
Partant du constat qu`en Europe, un jeune sur quatre en moyenne, et dans certains pays, un jeune sur deux, est au chômage, Jean ARTHUIS, député européen et président de la Commission des Budgets, s`est impliqué pour construire un projet commun afin de promouvoir l’apprentissage et la mobilité longue des apprentis en Europe.
Le programme, dont la phase expérimentale implique 33 centres de formation de 12 pays, avec à sa tête, les Compagnons du Devoir et du Tour de France, permet aux jeunes de partir, dans le cadre de leur contrat d’apprentissage, sur une période de 6 à 12 mois, dans un autre pays.
Tous sont unanimes sur la nécessité de combiner l’apprentissage et la mobilité pour favoriser l’intégration des jeunes sur le marché de l’emploi. Certes, les apprentis peuvent dès à présent accéder à une mobilité à travers le programme Erasmus+ mais les durées d’échange sont courtes : 28 jours en moyenne.

La première année d’expérimentation aura pour objectif principal d’identifier les problèmes et sera la référence pour un élargissement du projet qui démarrera dès l’année suivante, en septembre 2017.
La finalité du projet pilote sera ainsi de trouver un cadre juridique européen, via un “contrat d’apprentissage unique européen”, qui facilitera la mobilité internationale des jeunes en formation par la voie de l’alternance. En attendant, en absence de réponse de droit européen, la solution qui sera mise en oeuvre est le statut d’apprenti tel qu’il existe dans le pays d’accueil. C’est la raison pour laquelle, le consortium s’est limité, dans un premier temps, à 145 apprentis : un volume maximal qu’il lui est possible de gérer dans une configuration au cas par cas. Les acquis d’apprentissage pendant la mobilité seront reconnus a minima pour l’obtention d’un diplôme dans le pays d’origine. Un travail est actuellement mené, dans le cadre de cette expérimentation, pour obtenir une double reconnaissance des compétences professionnelles, dans le pays d’origine et dans le pays d’accueil, et à terme dans tous les pays de l’UE.
Le projet pourra être reconduit jusqu’en 2020, pour ensuite se pérenniser.

Le Commissariat Général à l`Egalité des Territoires (CGET) publie un dossier intitulé "Éclairage sur des dispositifs efficaces d’insertion des jeunes"
  

Comment ramener des jeunes des quartiers en difficulté, après un décrochage scolaire ou des difficultés d’insertion, dans un parcours d’apprentissage ? C`est le sujet sur lequel le Commissariat Général à l`Egalité des Territoires (CGET) a publié un dossier intitulé "Éclairage sur des dispositifs efficaces d’insertion des jeunes" .
Les publications du CGET mettent en avant des solutions qui font leur preuve. Elles apportent des clés pratiques pour les entreprises, qui ont un rôle de premier plan à jouer à travers le parrainage.
Ce dossier comporte 3 documents :« En somme » : « Dynamiques de coopération entre le service public de l’emploi et les acteurs de la politique de la ville », « En bref » n° 23 : « Épide et E2C : accompagner les jeunes décrocheurs des quartiers prioritaires vers la formation et l’emploi » et un Guide pratique : « Guide pratique de création et d’animation d’un réseau de parrainage vers l’emploi au sein des entreprises ».
Ce dossier est consultable sur le site Internet de la CGET
Vous pouvez toutefois télécharger:
- Le Guide de bonnes pratiques: « Dynamiques de coopération entre le service public de l’emploi et les acteurs de la politique de la ville »
- L`article: « Épide et E2C : accompagner les jeunes décrocheurs des quartiers prioritaires vers la formation et l’emploi »
- Le document: « Guide pratique de création et d’animation d’un réseau de parrainage vers l’emploi au sein des entreprises »

Pôle Emploi publie une étude portant sur les "pratiques et impact des activités réduites".
  

Pôle Emploi a publié le 18 août dernier les résultats des travaux menés sur le thème de l’activité réduite, par cinq laboratoires que l`agence a sélectionnés, avec le concours de son conseil scientifique, dans le cadre d’un appel à propositions de recherches.
Au-delà de la diversité des pratiques observables des activités réduites, plus souvent subies que choisies, leurs effets sont globalement positifs. En permettant de conserver un lien étroit au monde du travail, l’activité réduite évite le plus souvent de s’enfermer dans la précarité et de bénéficier d’un « effet tremplin » pour sortir du chômage et accéder à un emploi plus durable. De plus, dans un contexte où les formes particulières d’emploi se diffusent et deviennent de moins en moins atypiques, l’attitude des recruteurs peut bénéficier à ceux qui ont connu le temps partiel ou les emplois temporaires entrecoupés de périodes de chômage, dès lors que cette situation devient banale dans le métier considéré.
Vous pouvez consulter cette étude (de 300 pages) en suivant ce lien

L`emploi saisonnier : enjeux et perspectives
  

Avec des contrats de courte durée et des prises de poste souvent rapides, les travailleurs saisonniers sont confrontés avec encore plus de force aux difficultés que rencontrent de nombreux salariés notamment en termes de sécurisation des parcours professionnels. De ces spécificités découle un autre inconvénient : on ne sait pas combien de personnes sont concernées par le travail saisonnier en France.
À partir des travaux menés et des informations collectées par le groupe de travail que France Stratégie anime, on peut estimer a minima à 500000 le nombre d’emplois saisonniers en France, 600 000 si l’on y ajoute les emplois de vendanges, voire 700 000 si l’on intègre ceux de la fonction publique territoriale. Ces estimations ne sont que des ordres de grandeur, mais elles montrent que la place des emplois saisonniers en France est loin d’être négligeable.
Vous pouvez consulter les données graphiques du document de travail "L`emploi saisonnier : enjeux et perspectives" en suivant ce lien.
Source: ABOUDABRA Sandrine, D`ARTOIS Lucie, LE RU Nicolas, France stratégie, Juillet 2016, 36 p.

L`UNEDIC publie une infographie sur l`indemnisation des demandeurs d’emploi par l`Assurance chômage. (Données au 31 décembre 2015)
  

L`UNEDIC publie une infographie et quelques chiffres clés pour avoir les idées claires sur l`indemnisation des demandeurs d’emploi par l`Assurance chômage.
Au 31 décembre 2015:
- 3,4 millions de personnes sont couverte par l`assurance chômage.
- 2,8 millions sont indemnisés dont, 18% ont moins de 25 ans et 21% ont 50 ans ou plus.
- Dans 39% des cas, l`inscription au chomage survient suite à la fin d`un CDD, 28% s`inscrivent suite à un licenciement.
Vous pouvez consulter l`intégralité des données, en suivant ce lien

L’ANLCI lance une charte pour lutter contre "l’illectronisme"
  

Le collectif « Agir ensemble contre l’illettrisme » fédéré par l`Agence Nationale de Lutte Contre l`Illettrisme (ANLCI) ont signé la charte « Pour que le numérique profite à tous, mobilisons-nous contre l’illettrisme ».
Prendre la mesure des conséquences de la digitalisation pour les personnes en situation d’illettrisme, mette en place un accompagnement humain dans les points d’accès aux services publics numériques, en particulier les plus éloignées de ces services, promouvoir les initiatives qui tendent à rapprocher ces personnes du numérique… tels sont les objectifs de la charte que va lancer l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI) lors de ses Journées du numérique des 6 et 7 septembre à Lyon.
Les 45 organismes qui ont d`ores et déjà signé la charte adhèrent aux 3 principes suivants :
- Maîtriser la lecture, l’écriture et les compétences de base, une première marche indispensable.
- Simplifier les contenus et proposer un accompagnement adapté.
- Faire du numérique un levier puissant pour prévenir et lutter contre l’illettrisme.
Vous pouvez consulter la charte du collectif, en suivant ce lien.
Source: Fil d`info N° 298, 13 juillet 2016. GREF Bretagne

Les leviers pour favoriser l`accès et le recours aux soins des jeunes en insertion - Observatoire de la jeunesse - Jeunesses : études et synthèses n° 31 - 02/2016
  

L’INJEP dans «Observatoire de la jeunesse - Jeunesses : études et synthèses n° 31 - 02/2016», publie une étude sur les leviers pour favoriser l’accès et le recours aux soins des jeunes en insertion.
Comment favoriser l’accès et le recours aux soins des jeunes précaires, confrontés à des difficultés de santé qui freinent leur insertion sociale et professionnelle ? Les expérimentations du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (FEJ) proposent deux types de leviers : un accompagnement social et/ou médical pour lever les freins informationnels (optimisation de la couverture maladie, prise de conscience des besoins de santé…) et l’intervention de « médiateurs » auprès des jeunes les plus éloignés des institutions.
Vous pouvez consulter cette étude dans son intégralité, en suivant ce lien.

L`accès au monde du travail des personnes en situation de handicap; Enquête Ipsos, Fonds handicap et société, juin 2016
  

Ipsos et le Fonds Handicap & Société se sont intéressés à la situation des personnes handicapées en entreprise : l`accompagnement, l`accès à l`emploi, la perception des autres employés.
Ils ont donc réalisés une enquête auprès de 401 salariés du secteur privé, 163 fonctionnaires ou agents du secteur public (Etat, collectivités locales, hôpitaux….), 78 personnes en recherche d’emploi et un sur-échantillon de 300 personnes en situation de handicap (actives ou en recherche d’emploi) avec équi-répartition des types de handicap (moteur, visuel, auditif, psychique, maladie invalidante.
Cette enquête met en évidence 5 constats :
- Une situation persistante de discrimination malgré l’évolution des mentalités.
- Un accompagnement déficient des demandeurs d’emploi handicapés.
- L’accessibilité à l’emploi jugée bien inégale selon le type de handicap.
- Des freins pour collaborer avec des personnes en situation de handicap qui relèvent davantage de préjugés.
- Quelles solutions pour faciliter l’embauche et l’intégration dans le monde du travail ?
Retrouvez les grands enseignements de cette enquête, en suivant ce lien.

Publication d`un dossier documentaire intitulé "Lutte contre le décrochage et mise en œuvre des PSAD, de la remédiation à la prévention : quel nouveau rôle pour les régions ?"
  

A travers une sélection d’articles et une bibliographie, il permet d’alimenter le débat sur la question de la lutte contre le décrochage scolaire, les stratégies régionales et les nouvelles approches au regard des dernières évolutions.
Dossier documentaire réalisé, à l’occasion des Journées d’information et d’échanges de pratiques pour les Conseils régionaux des 9 et 10 juin 2016, organisées en partenariat avec le CNFPT et la région Centre-Val de Loire.
Vous pouvez consulter ce dossier documentaire, en suivant ce lien

Missions locales, quels échecs, quelles réussites ?
  

Podcast de l`émission "Un jour en France" sur France Inter, consacré aux réussites et aux échecs des misions locales.
A l’heure du chômage massif des jeunes (environ 25% des moins de 25 ans en France) et des manifestations contre la Loi travail, les missions locales, créées en 1982, sont chargées de répartir dans chaque territoire les dispositifs du gouvernement d’aide à l’insertion des jeunes dans le monde du travail, tels que les emplois d’avenir et la garantie jeunes. Mais que sont ces missions locales ? Comment fonctionnent-elles ? Combien de jeunes fréquentent ce réseau ? L’action des missions locales est-elle efficace ? Quelles difficultés rencontrent-elles ?
Avec :
- Jean-Patrick Gille, président de l’UNML (Union nationale des missions locales) et député PS d’Indre-et-Loire
Philippe Labbé, en duplex de Saint Denis de la Réunion, ethnologue, docteur en sociologie, consultant dans un cabinet en SCOP, chargé d’enseignement et chercheur associé à l’Université de Rennes 2 et auteur de 5 ouvrages sur les missions locales aux éditions Apogée, dont il dirige la collection « Les panseurs sociaux ». Et Alice Igual, membre du collectif "Arrêtez de nous mettre dans vos cases". [D`après le résumé éditeur?].
Vous pouvez réécouter cette émission, en suivant ce lien.
Source: GREF Bretagne

Le guide "Comment les entreprises peuvent-elles favoriser l`accès à l`emploi des habitants des quartiers ? Recueil d`initiatives, méthodologies clés, bonnes pratiques et préconisations"
  

L`IMS publie un guide "Comment les entreprises peuvent-elles favoriser l`accès à l`emploi des habitants des quartiers ? Recueil d`initiatives, méthodologies clés, bonnes pratiques et préconisations".
"Ce guide présente les initiatives en faveur de l’accès à l’emploi des habitants des quartiers prioritaires de la Politique de la Ville déployées par les entreprises signataires de la Charte Entreprises & quartiers. Il contient un recueil d’initiatives, méthodologies clés et bonnes pratiques par enjeu permettant le retour à l`emploi, un regard sur les facteurs clés du succès ainsi que des préconisations de méthodes". [D`après le résumé de Cosoter.].
Vous pouvez consulter ce guide, en suivant ce lien Source: GREF Bretagne

Regards des jeunes issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville sur l`entreprise
  

L`IMS publie une étude sur la perception des entreprise par les jeunes issus de quartiers prioritaires de la ville; étude soutenue par la CGET.
Elle permet à la fois de mieux comprendre la vision actuelle mais également d`identifier des marges de progrès essentielles pour l`insertion professionnelle de ces jeunes.
[...] Au-delà de l’état des lieux général sur la manière dont les jeunes des quartiers prioritaires perçoivent l’entreprise est de mieux comprendre la vision actuelle qu’ont ces jeunes mais également d’identifier des marges de progrès essentielles pour leur insertion professionnelle. [Résumé éditeur.].
Vous pouvez consulter cette étude de l`IMS, en suivant ce lien
Source: GREF Bretagne

Que deviennent les jeunes après un enseignement en Transport Logistique ? Résultats de l`enquête annuelle. Examen présenté en Juin 2015 - Formations CFA et Ecoles de la Profession AFT
  

La 12e Etude de placement après une formation Transport & Logistique en apprentissage a pour objectif de connaître la situation professionnelle des apprentis s’étant présentés à un diplôme Transport - Logistique de niveaux V à II, 6 mois après leur examen en Juin 2015.
L`enquête a concerné l’ensemble des Centres de formation d’Apprentis Transport - Logistique (CFATL) et écoles de la profession. Elle s’est déroulée sur la période de décembre 2015 à mi-janvier 2016. Avec un taux de retour de 74 %, cette étude dévoile une population plus âgée et principalement masculine issue de l’enseignement technique et professionnel et dans la majorité des cas diplômée plus ou moins mobile selon le niveau de formation, tant au niveau scolaire que professionnellement.

Environ 6 mois après avoir terminé leur formation en apprentissage dans les filières du Transport et de la Logistique :
- 97 % des jeunes décident d’entrer sur le marché du travail : 76 % sont en emploi (y compris l’alternance) et 21 % en recherche d’emploi
- 3 % ont fait le choix de s’orienter vers une poursuite d’études à temps plein (ou redoublent)
- 1 % se déclarent inactifs

Le transport reste le premier secteur d`emploi : parmi les 76 de ces jeunes en emploi, 61 % travaillent dans une entreprise du secteur du Transport ou de la Logistique… [Présentation éditeur.].
Vous pouvez consulter cette étude, en suivant ce lien
Source: GREF Bretagne

L’insertion professionnelle des CQP en 2015 : CQP sortis de formation en 2014
  

Comme chaque année, l’Observatoire de l’ANFA analyse l’insertion professionnelle des jeunes issus d’un Certificat de Qualification Professionnelle de la branche des services de l’automobile en contrat de professionnalisation. Pour cette interrogation 2015 des jeunes sortis de formation en 2014, l’Observatoire a contacté les 1408 jeunes ayant passé leur examen CQP. Plus de la moitié ont répondu aux enquêteurs. Il en ressort que l’insertion professionnelle des jeunes issus de CQP est toujours très supérieure aux diplômes. Parmi les jeunes ne poursuivant pas leurs études, 87% d’entre eux sont en emploi 8 mois après la fin de leurs études. [Résumé éditeur.].
Vous pouvez consulter l`analyse de l`Observatoire de l`ANFA, en suivant ce lien
Source: GREF Bretagne

Dix ans de transitions professionnelles : un éclairage sur le marché du travail français
  

Sur la dernière décennie, les transitions professionnelles des actifs sont relativement stables, autour de 16 % en moyenne chaque année, et évoluent en lien avec le cycle économique et de l’emploi. Pour autant,depuis la crise de 2008, la structure des transitions professionnelles s’est modifiée : les allers et/ou retours entre emploi et chômage sont plus nombreux relativement aux transitions d’emploi à emploi (changements d’employeur). Ils représentent près de six transitions sur dix, illustrant ainsi l’instabilité du marché du travail.

La rupture du lien d’emploi, mesurée à partir de la probabilité de connaître une transition de l’emploi vers le chômage, se concentre sur certaines catégories de travailleurs : les jeunes, les moins qualifiés et de façon moindre les seniors. Ce sont ces mêmes travailleurs qui présentent la probabilité la plus forte de changer d’entreprise d’une année sur l’autre. Le risque de basculement vers le chômage dépend fortement du type de contrat de travail, ce qui atteste de la dualité du marché du travail : il est dix fois plus important pour les salariés en intérim et six fois plus important pour les salariés en CDD que pour les salariés en CDI. Pour autant, au sein même de ce dernier segment, le risque est hétérogène : il apparaît ainsi plus élevé pour les familles monoparentales et les immigrés non européens. En tenant compte de facteurs objectifs, la probabilité de perdre son emploi renvoie surtout aux modes de gestion de la main-d’œuvre au sein des entreprises ou à certains métiers, plutôt qu’aux seules caractéristiques individuelles observables (sexe, âge, diplôme, catégorie socioprofessionnelle notamment). De ce point de vue, la montée des contrats à durée limitée (CDD et intérim) et le raccourcissement de leur durée moyenne, y compris des CDI, suggèrent que ces transitions sont davantage subies que voulues. Parallèlement, les transitions vers l’emploi stable (CDI) connaissent une baisse tendancielle depuis la crise de 2008, surtout pour les chômeurs, ce qui tend à renforcer la segmentation du marché du travail. [Présentation éditeur.].
Vous pouvez consulter cette étude en suivant ce lien.

Compte-rendu de la conférence-débat Emplois d`avenir : un contrat comme les autres ?
  

Quel bilan tirer des Emplois d’avenir plus de trois ans après leur création par la loi d’octobre 2012? Prolongement de l`étude-action menée par l`Institut Bertrand Schwartz, coordonnée par Anne Le Bissonnais (Idéel) et publiée dans la collection « Les Cahiers de l’action » éditée par l’INJEP, une conférence-débat à l’Assemblée nationale tire un premier bilan positif de ce dispositif d’accès à l’emploi de plus de 270 000 jeunes. (résumé éditeur)
Vous pouvez consulter le compte-rendu de la conférence-débat sur le site Internet de l`Institut Bertrand Schwartz
Source: GREF Bretagne

L`apprentissage aux métiers d`art dans les TPE artisanales : synthèse et chiffres clés
  

Les métiers d`art conservent un large pouvoir de fascination du public, en France et à l`étranger, comme le montre chaque année le succès des Journées Européennes des Métiers d`Art, organisées par l`Institut National des Métiers d`Art (INMA).
Cet intérêt pour le geste et l`objet d`art amène-t-il plus de jeunes à se former à ces métiers souvent rares ? Quels sont dans les Régions les lieux de formation à la centaine de diplômes répertoriés ? L`apprentissage est-il toujours la filière privilégiée pour la transmission de ces savoir-faire séculaires ? Quel est enfin le rôle des entreprises artisanales dans cette formation ?

Ce dossier de l`ISM répond à ces questions et dresse un bilan de la formation initiale aux principaux métiers d`art (filières des arts du spectacle, du bois, du cuir, de la facture instrumentale, du métal, de la bijouterie-joaillerie-orfèvrerie, de la photographie, de la terre, du textile-mode et du verre). Il montre l`évolution des effectifs d`élèves et apprentis entre 1995 et 2013 et dresse, par filières, une cartographie de l`offre de formation.
Quelques constats sont mis en exergue :
- Les métiers restent globalement attractifs avec un total de 11 000 inscriptions en 2013/14, mais l`apprentissage s`étiole au profit des formations scolaires ;
- de nombreux diplômes ne sont plus préparés en formation initiale ;
- l`offre territoriale est inégale et parfois peu rationalisée selon les régions, la difficulté étant de maintenir une capacité d`accueil pour de micro-effectifs. [D`après le résumé éditeur].
Vous pouvez consulter l`intégralité de cette étude en suivant ce lien
Source: GREF Bretagne

"Tous" mobilisés contre le décrochage scolaire - Variations autour d`un mot d`ordre national (Bulletin de Bref du Céreq, n° 345 [01/04/2016])
  

Le plan national contre le décrochage scolaire, lancé à la rentrée 2014, entend renforcer la collaboration entre les professionnels de l`éducation pour améliorer la prévention du phénomène. L`expérience des Groupes de Prévention du Décrochage Scolaire (GPDS) montre comment les chefs d`établissement ont composé avec ce mot d`ordre national et comment, dans le contexte local des établissements, l`idée du travail collaboratif prend des formes concrètes plurielles. (résumé éditeur)
Pour plus d`information, vous pouvez télécharger le bulletin du CEREQ en cliquant sur ce lien
Source: GREF Bretagne

Les jeunes sans diplôme sont inégalement répartis sur le territoire (Bulletin de Note d`information, 46 [01/12/2015])
  

Les jeunes de 16 à 25 ans qui quittent le système éducatif sans obtenir de diplôme supérieur au brevet représentent 10,5 % de cette tranche d’âge en 2011.
Loin d’être uniforme sur le territoire, leur situation est en partie liée au contexte économique et social local. Elle tend toutefois à s’améliorer : en cinq ans, la proportion de jeunes sans diplôme baisse de 0,6 point et la dispersion entre les départements diminue légèrement. [Résumé éditeur.].
Vous pouvez consulter cet article sur le site de l`Education Nationale
Source: GREF Bretagne

Plates-formes de suivi et d’appui aux jeunes en situation de décrochage : guide des PSAD
  

S`adressant aux responsables, acteurs et réseaux partenaires des plates-formes de suivi et d`appui aux jeunes en situation de décrochage, ce guide leur propose : des messages clés et des conseils pour le fonctionnement des plates-formes ; des méthodes de travail et des outils pratiques.
Il s`articule autour de 5 thématiques : acteurs, repérage, prise de contact et suivi, solution et enfin, pilotage de la plate-forme. Pour chacune de ces thématiques, vous trouverez :
- Quelques idées clés
- Des bonnes pratiques associées
- Une synthèse sur la démarche / le processus de travail
- Une liste et un bref descriptif des outils
[D`après la présentation éditeur.].
Vous pouvez consulter ce guide en format PDF en cliquant sur ce lien
Source: GREF Bretagne

Plan de relance de l`apprentissage : l`accompagnement des apprentis pour une sécurisation des parcours
  

L`IGAS, l`IGAENR et l`IGEN ont été saisies d`une mission portant sur l`accompagnement des apprentis pour une sécurisation des parcours, dans le cadre du plan de relance de l`apprentissage présenté par le Gouvernement en juillet 2014.
La lettre de mission demandait d`identifier et d`évaluer des pratiques professionnelles de lutte contre les ruptures des contrats d`apprentissage et de sécurisation des parcours mises en oeuvre au niveau régional.
Après une analyse de la politique de l`apprentissage (périmètre, acteurs, données et évaluation), la mission présente un ensemble de dispositifs permettant d`accompagner les parcours des apprentis. Elle émet des propositions visant à favoriser la capitalisation et l`évaluation des dispositifs de sécurisation des parcours des apprentis. [D`après le résumé de la Documentation Française.].
Vous pouvez consulter ces propositions et le rapport complet en format PDF, sur le site de l`Education Nationale.
Source: GREF Bretagne

Les motifs de décrochage par les élèves. Un révélateur de leur expérience sociale
  

Pour quelles raisons une partie des élèves interrompent-ils, au moins temporairement, leurs études ? les recherches ont désormais bien établi les différents facteurs sociaux et scolaires conduisant au décrochage scolaire.
Mais la perception qu’ont les jeunes des conditions et des situations justifiant leur décrochage est moins investiguée. Or on peut s’interroger sur les façons dont les jeunes motivent eux-mêmes leur décrochage scolaire, et en quoi cela reflète, ou non, une forme spécifique de rapport à l’institution scolaire.
Une première enquête conduite en 2013 dans l’académie de Nantes révélait une forte lassitude du système scolaire considéré par une majorité des jeunes comme inadapté, sélectif et injuste [Bernard et Michaut, 2014].
Le travail est ici poursuivi, à partir d’une enquête réalisée dans l’académie de Créteil, près d’un tiers des jeunes décrocheurs y ont ainsi été sollicités par téléphone ; et un échantillon représentatif de 762 jeunes a accepté de répondre au questionnaire.
Interrogés sur les motifs de leur décrochage, les jeunes manifestent massivement leur souhait de rejoindre le marché du travail et leur rejet de l’institution scolaire. les modélisations statistiques et les classifications révèlent que les motifs d’interruption sont davantage associés à l’expérience scolaire des jeunes qu’à leurs conditions sociales. (résumé éditeur)
Vous pouvez consulter cette étude en format PDF, sur le site de l`Education Nationale
Source: GREF Bretagne

Lutte contre les décrochages de l`école à l`université : expérimentations et projets européens
  

Panorama de 10 actions de lutte contre le décrochage scolaire en établissements scolaire et à l`université en Europe. Exemples d`actions également menées en faveur des professionnels de l`éducation et de la formation et des collectivités territoriales européennes.
Vous pouvez consulter le document en format PDF sur le site de l`Agence ERASMUS +
Source: GREF Bretagne

Lutte contre le décrochage
  

En Pays de la Loire, 27000 jeunes sont sortis du système scolaire sans qualification équivalente au baccalauréat ou sans diplôme à finalité professionnelle (CAP/BEP). Jacques AUXIETTE, Président du Conseil régional, a demandé au CESER d`étudier les conditions d`un raccrochage réussi et en particulier les partenariats entre les acteurs publics et privés.
Au terme des rencontres avec 70 acteurs intervenant dans le repérage ou la prise en charge des jeunes sortis du système scolaire sans solution, se dégage l’urgence d’une évolution du système éducatif passant par une meilleure coordination des acteurs, une prise en compte de la diversité des publics et de l`accompagnement social.
Vous pouvez consulter cette études sur le site du CESER Pays de la Loire
Source: GREF Bretagne

Les jeunes de 18 à 24 ans. Tome III - Les jeunes ni lycéens ni étudiants
  

Portrait des jeunes adultes ni lycéens ni étudiants : alternants, jeunes actifs, au chômage au décrocheur. statistiques, politiques emploi et de raccrochage.
Cette étude du Haut Conseil de la Famille est consultable en ligne sous format PDF.
Source: GREF Bretagne

L`enseignement et la formation professionnels : une solution pour prévenir la sortie précoce du système éducatif et y remédier
  

Des recherches récentes mettent en lumière le rôle de l’enseignement et de la formation professionnels pour éviter le décrochage des jeunes et favoriser leur réinsertion, indépendamment de leur parcours antérieur. Une note d`information publiée par le CEDEFOP est en ligne
Pour consulter cette note d`information, consultez le site du GREF Bretagne
Source: GREF Bretagne

Les écoles de la deuxième chance : donner aux jeunes décrocheurs les moyens de réussir
  

Face au fléau du décrochage scolaire, qui concerne chaque année près de 150 000 jeunes, des initiatives se multiplient pour permettre à ces « décrocheurs » de ne pas tomber dans l`exclusion.
Dispositif méconnu, les Écoles de la deuxième chance, créées dans le prolongement du livre blanc « Enseigner et apprendre - vers la société cognitive » de la Commission européenne présenté lors du Conseil européen de Madrid de décembre 1995, accueillent chaque année plus de 14 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans sortis du système scolaire.
S`appuyant sur une maquette pédagogique originale fondée sur la remise à niveau des savoirs fondamentaux et la multiplication des stages, les Écoles de la deuxième chance permettent à ces jeunes, rencontrant la plupart du temps d`importantes difficultés scolaires et sociales, de définir un projet professionnel adapté à leur profil et à leurs aspirations. Avec un taux de sortie positive de près de 60 pourcents, ce dispositif a fait les preuves de son efficacité.

À la suite de leur mission de contrôle budgétaire sur ce dispositif, François Patriat et Jean Claude Requier, rapporteurs spéciaux du budget de la mission « Travail et emploi », proposent dans ce rapport le développement du réseau selon cinq axes principaux :
1- Renforcer et institutionnaliser la coordination des dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire et entre écoles ;
2- Améliorer la visibilité du dispositif en développant les actions de communication et en dotant l`attestation de compétences acquises, délivrée en fin de scolarité, d`une véritable reconnaissance juridique ;
3- Renforcer le suivi des anciens stagiaires et développer de nouveaux indicateurs de performance ;
4- Poursuivre le développement territorial du réseau, en particulier dans l`ouest de la France ;
5- Consolider le financement des écoles en actualisant la circulaire de 2009 fixant les modalités de participation de l`État au financement des écoles et en précisant aux organismes collecteurs les règles relatives à la répartition de la taxe d`apprentissage par circulaire. [résumé éditeur]
Pour en savoir plus: consultez la synthèse de ce rapport.
Source: GREF Bretagne

Une école de la réussite pour tous
  

L’école n’arrive pas à atténuer les inégalités dues à l’origine sociale ou culturelle : elle trie dès le plus jeune âge et, loin de combler ces inégalités, elle les aggrave.
Le Conseil économique, social et environnemental a été l’un des premiers à le dénoncer en septembre 2011.
Dans cet avis, le CESE a voulu montrer qu’une école de la réussite pour tous est possible. Il a mené plus de 200 auditions et rencontré des acteurs de l’éducation qui innovent. Dans une approche originale, il a fait participer à ses travaux des parents vivant dans la grande pauvreté, adoptant avec eux la démarche de « Croisement des savoirs ». Ne laisser aucun élève au bord de la route, tel est le sens des préconisations ici. Le CESE souligne également l’importance d’ouvrir l’école aux parents, notamment à ceux qui en sont les plus éloignés, et met en avant des pédagogies coopératives. [Résumé éditeur.].
Cet avis estconsultable en ligne sur le site du CESE
Source: GREF Bretagne

Les dispositifs et les crédits mobilisés en faveur des jeunes sortis sans qualification du système scolaire
  

La Cour des comptes rend public, le 20 janvier 2016, un rapport sur les dispositifs et les crédits mobilisés en faveur des jeunes sortis sans qualification du système scolaire demandé par la commission des finances, de l’économie générale et du contrôles budgétaire de l’Assemblée nationale, en application de l’article 58-2° de la loi organique relatives aux lois de finances.
La Cour dresse six constats :
1) il n’existe pas de politique unifiée de formation et d’insertion des jeunes concernés ;
2) l’effort financier public en faveur des jeunes sans qualification est substantiel : 1,4 Md€ au titre des dispositifs d’insertion et de formation et 0,5 Md€ au titre des emplois aidés ;
3) le ministère de l’éducation nationale a répondu au problème en cherchant à agir au plus vite auprès des jeunes sortant du système éducatif sans qualification ;
4) les jeunes âgés de 18 à 25 ans peuvent bénéficier de plusieurs dispositifs spécifiques (CIVIS ou dispositifs de deuxième chance) ;
5) les dispositifs de droit commun d’aide à l’insertion accueillent un très grand nombre de jeunes sans qualification ;
6) l’architecture d’ensemble de ce système et la dispersion des dispositifs ne permettent pas d’atteindre les objectifs affichés.
La Cour formule huit recommandations.
Ces huit recommandations, ainsi que le rapport est consultable en ligne, sur le site de la Cour des Comptes.
Source: GREF Bretagne

Du décrochage scolaire à l`insertion professionnelle : analyse d`une mise en situation professionnelle en mission locale
  

Coup de projecteur sur Altern`Go, le dispositif mis en oeuvre par la Mission Locale de Lorient pour les jeunes décrocheurs de certains quartiers Lorientais. Cette production a été réalisée dans le cadre d`un master 2 "Jeunesse : politiques et prises en charge" de l`EHESP.
Ce document est consultable sous format PDFen cliquant sur ce lien
Source: GREF Bretagne

Lancement de la campagne de recrutement des apprentis dans la fonction publique de l’État pour la rentrée 2016 par le Gouvernement
  

Thierry Le Goff, Directeur Général de l`Administration et de la Fonction Publique (DGAFP), et Carine Chevrier, Déléguée Générale à l`Emploi et à la Formation Professionnelle(DGEFP), ont remis aux ministres et aux préfets de région une circulaire pour lancer la campagne de recrutement d’apprentis en 2016-2017 dans la fonction publique de l’État, avec pour objectif, d`atteindre environ 10 000 apprentis fin 2016. Déjà un milliers d`offres d`apprentisage sont actuellement disponible sur le site de la Bourse Interministérielle de l`Emploi. En 2015, 4 420 contrats d`apprentissage ont été signés dans la fonction publique d`Etat.
Le DGAFP et la DGEFP demandent notamment aux services de l’État de valoriser la fonction de maître d’apprentissage auprès des agents.Pour ce faire, les conditions d’éligibilité à cette fonction, son rôle, les formations disponibles ont, de ce fait, été détaillées dans un document destiné aux DRH ministérielles.
Vous pouvez consulter la circulaire remise aux ministres et préfets de région, mais aussi le document d`information à destination des DRH ministérielle.

La websérie "La famille Millevoies" pour découvrir les métiers de l`artisanat
  

Réalisé par "L`Artisanat", la série « La famille Millevoies » met en scène des adolescents qui parlent de leur vocation professionnelle à leurs parents.
Ce sont des programmes courts (1 minute) pédagogiques, et humoristiques, qui présentent la richesse et la diversité des métiers de l’artisanat. Par le biais de questions-réponses, ces vidéos vont également à l’encontre de préjugés et de clichés que l’on peut avoir sur certains métiers.
Comme Baptiste qui veut devenir boulanger et se voit sillonner les routes de campagne pour apporter le pain dans les villages ou bien encore Gabrielle qui souhaite être glacière et qui, l’hiver, concoctera des mousses et des entremets.
Les vidéos sont visionnables sur le site Internet du Portail Régional de l`Information sur la formation et les métiers

Parution d`une analyse de la DARES sur les structures de l`insertion par l`activité économique.
  

La Direction de l`Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques (DARES) a publié en avril dernier, une analyse portant sur les structures de l`insertion par l`activité économique et la diversité du taux d’encadrement des salariés en insertion dans ce secteur.
Chaque permanent en charge de l’accompagnement dans les entreprises d’insertion et les ateliers et chantiers d’insertion suit entre 2 et 4 salariés contre 10 ou plus dans les associations intermédiaires et les entreprises de travail temporaire d’insertion.
Cette différence résulte en partie de leurs activités respectives, mais l’accompagnement dispensé diffère aussi selon la nature des difficultés sociales rencontrées par les salariés. Les problèmes administratifs et d’accès aux droits, de mobilité, de logement et d’endettement sont ceux pour lesquels les responsables de structures déclarent le plus souvent mettre en œuvre un accompagnement. Il varie également selon l’intensité des difficultés rencontrées : plus de 80 % des structures augmentent la fréquence des entretiens avec les permanents lorsque leurs salariés rencontrent davantage de difficultés.
Cette étude est consultable et téléchargeable sur le site du Ministère du Travail, de l`Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social

L`UNML et France Volontaires s`allient pour faire du volontariat international de solidarité une opportunité pour tous les jeunes
  

Partant du constat que, la grande majorité des jeunes qui accèdent aux possibilités d’engagement à l’international est en général diplômée, l’Union National des Missions Locales (UNML) et France Volontaire se sont alliés pour permettre à tous les jeunes, et ce quels que soient leurs profils, d’accéder au volontariat international de solidarité.
La construction de ce partenariat c’est construit sur trois axes :
- Le projet pilote intitulé « Ambassadeurs de l`engagement citoyen à l`international » va permettre à 45 jeunes, accompagnés par des Missions Locales, de partir dès le mois de juin 2016 rejoindre les Espaces Volontariats de France Volontaires. Cette mission sera intégrée à l’ensemble de l’offre des missions proposées par l’UNML dans le cadre de son agrément avec l’Agence du Service Civique.
- L`accueil de volontaires étrangers sur des missions de Service Civique en Mission Locale, dans le cadre de la réciprocité : les premiers volontaires viendront en France dès 2016.
- Un accompagnement par France Volontaires des Missions Locales qui souhaitent développer leur stratégie à l’international, en faisant vivre ou en créant de nouveaux partenariats. Pour ce faire, l’UNML va faire évoluer son agrément de Service Civique.
L’interview de Pierre Soëtard, Directeur de programmes de France Volontaires est accessible sur le site internet de l’UNML
Publié par : l`Union Nationale des Missions Locales (UNML)

Evaluation du programme européen « jeunesse en action » par l’INJEP
  

L’institut National de la Jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) a réalisé une étude sur l’évaluation du programme européen « Jeunesse en action » visant à évaluer le caractère équitable de celui-ci, tant du point de vue de son accès que des performances d’apprentissage.
Cette étude démontre que les « jeunes avec moins d’opportunités » profite faiblement de ce dispositif, mais, qu’ils en retirent davantage en termes d’apprentissages.
L’étude est disponible en ligne sur le site Internet de l’INJEP

Apprentissage dans le secteur public : modification réglementaire du tutorat
  

Le nombre d’apprentis par maître d’apprentissage dans le secteur public non industriel et commercial peut être porté à 3
(au lieu de 2) si l’un des apprentis prolonge son apprentissage suite à un échec à l’examen.
Décret n° 2016-456 du 12 avril 2016

Signature de la convention de coopération entre le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d`Azur et le Pôle emploi
  

Le 11 avril 2016, le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d`Azur et le Pôle emploi ont signé une convention de coopération portant sur les années 2016-2019.

Trois axes stratégiques y sont précisés :
- Contribuer à la réalisation dynamique d`un diagnostic socio-économique partagé de la région Provence-Alpes-Côte d`Azur.
- Renforcer la coordination de la Région et de Pôle emploi pour l`orientation et la formation professionnelle des demandeurs d`emploi dans le cadre de la stratégie définie par la Région, et en lien avec les acteurs économiques.
- Mobiliser l`action de Pôle emploi et de la Région au service du développement économique du territoire.

Des détails sur cette convention sont donnés sur les sites du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d`Azur et de Pôle emploi:
- Consulter l`article du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d`Azur
- Consulter l`article du Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d`Azur
- Consulter la convention sur le profil Slideshare de l`Avie Cap emploi

Un site Internet pour découvrir et faire adopter le certificat CléA
  

Les partenaires sociaux et le Copanef viennent de mettre en ligne un site Internet pour faire découvrir et populariser le certificat CléA qui se focalise sur l`acquisition des savoirs de base, au travers du "socle de connaissance et de compétences professionnelles" développé par le décret n°2015-172 du 13 février 2015.
Le site permet de décrire le dispositif à l`intention des demandeurs d`emploi, des salariés, des employeurs et donne les outils nécessaire à sa mobilisation (référentiel, étapes, acteurs..).
Il permet également de connaître les organismes qui informent et mettent le CléA en œuvre dans chaque département.

Le site Internet est disponible à l`adresse url suivante : www.certificat-clea.fr
Un article de présentation rédigé par le Centre Inffo est également disponible pour en savoir plus sur les objectifs du CléA

L`offre d`accompagnement global des Missions locales reconnue par la convention d`objectifs
  

L`Etat et les Missions locales ont signé une convention pluriannuelle d`objectifs qui permet désormais la reconnaissance de l`offre globale d`accompagnement proposée en terme d`orientation, de formation, d`emploi, de santé, de logement ou encore de mobilité. La notion de projet de territoire sera prise en compte pour finaliser les offres en fonction des demandes des acteurs.
"Apporter une solution à tous les jeunes en demande d`insertion et un appui aux employeurs, inscrire l`action partenariale des missions locales dans un projet de territoire en s`appuyant sur leur fonction d`ingénierie, et renforcer le pilotage des mesures des politiques de l`emploi confiées aux missions locales", tels sont les objectifs définis par cette convention.
Des indicateurs d`évaluation seront retravaillés par un groupe de travail comprenant l`UNML et le Conseil national des missions locales (CNML), la DGEFP et des représentants des Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l`emploi (Direccte) et de leur équivalent en outre-mer (Dieccte) : ces indicateurs impacteront par la suite la dotation budgétaire des Missions locales.

Retrouvez le détail de cette signature et téléchargez la convention et les annexes sur le site Internet de Localtis, qui en fait un article.

Centre Inffo : Actualisation du schéma des structures d`accueil par public
  

Le Centre Inffo vient d`actualiser son schéma des structures d`accueil-information-orientation par public accueilli

Partenariat entre l`Arpe, l`IRFEDD, l`ORM et le CARIF : pour une meilleure connaissance de l`état de l`emploi et de la place des femmes dans les métiers de l`économie verte en Provence-Alpes-Côte d`Azur
  

Les résultats du projet "Anticiper les opportunités d`emploi pour les femmes au sein de l`économie verte et verdissante" conduit par l`Agence Régionale Pour l`Environnement et l`Ecodéveloppement (ARPE PACA) pendant 2 ans et coréalisé avec l`Institut Régional de Formation à l`Environnement et Développement Durable (IRFEDD) et l`Observatoire régional des Métiers (ORM) ont été présentés le 17 septembre dernier.
Le livret pratique "Emplois verts, opportunités pour les femmes ?" édité dans le cadre de ce projet a été remis à cette occasion.

Parmi les activités liées à l`économie verte en PACA, quatre sont porteuses d`enjeux emblématiques au regard de la place des femmes : l`entretien, la création des espaces verts, du traitement des déchets, de l`assainissement de l`eau et de la maintenance. Elles sont présentées en focus thématiques au fil des pages.

Retrouvez ce livret sur le site de l`ARPE, de l`IRFEDD ou de l`ORM

Un nouveau site spécial Métiers d`Art en Provence-Alpes-Côte d`Azur
  

Créé avant tout pour les femmes exerçant un métier d`art dans la région, le site Internet contribue à leur reconnaissance et permet au public de retrouver leurs boutiques et leurs ateliers pour partir à la découverte du savoir-faire unique de ces artisanes !